Industrie. Le Maroc, un des pays les plus compétitifs au monde (Mezzour)    Pape François: "Le leadership spirituel et les Prières du Roi Mohammed VI nous sont précieux"    Coupe de la CAF (finale): RSB/Orlando Pirates, pour consacrer la suprématie des clubs marocains sur la scène africaine    Météo Maroc: temps chaud avec chergui local ce vendredi 20 mai    Relance touristique : Akhannouch préside une réunion de travail    Légalisation électronique: un projet de décret adopté    La place boursière casablancaise clôture à l'équilibre    «Jaw Jab» de la troupe du théâtre national de Mohamed Eljam présentée en Italie    Ibenge « fier » de jouer la finale de la Coupe de la CAF avec Berkane    Coupe du monde 2022 / Arbitrage : Jayed et Zourak ''qualifiés'' au Mondial !    Aziz Akhannouch préside une réunion de travail sur la relance du tourisme    Blink Pharma annonce sa première levée de fonds auprès d'Azur Innovation Fund    L'établissement de relations « stables et de confiance » avec le Maroc est « primordial » (ministre espagnol)    Jeu d'échecs : Casablanca abrite bientôt la « Chess Week »    Elespanol.com révèle comment le Citizen Lab a utilisé de «faux positifs» pour provoquer le scandale «Catalangate»    Blé: le stock national du Maroc couvre quatre mois    Covid-19 au Maroc: 124 nouveaux cas, aucun décès    Variole du singe: les Marocains doivent-ils s'inquiéter ?    Maroc: tout ce qu'il faut savoir sur le congé de paternité    Erdogan déterminé à contrer l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN    Liban: La BM et l'ONU accordent 10 millions de dollars pour le port de Beyrouth    Accès à l'information sur la migration: Bouayach met en avant à New York le rôle des institutions nationales des droits de l'homme    Gabon: Aubameyang annonce sa retraite internationale    MAS : Le bel hommage des Massaouis à leur joueur Djedje Franck Guiza !    Adhésion à l'UE: L'Ukraine dénonce un traitement dégradant de certains pays européens    Les opportunités d'affaires au Maroc dévoilées aux opérateurs sud-coréens    Palestine-Canada / ACIA : les vins fabriqués en Cisjordanie ne sont pas d'Israël    Achraf Hakimi se confie sur son amitié avec Mbappé (VIDEO)    Fusillade de Buffalo: Le parquet ouvre une enquête sur le rôle des réseaux sociaux    Cours des devises du jeudi 19 mai 2022    Direction de la prison locale Tiflet 2: « Le détenu (M.L.H) n'a déclaré aucune grève de la faim »    Le Maroc et la Belgique veulent renforcer leur coopération dans le domaine de l'emploi    [ Interview ] Tout sur le grand retour de Jazzablanca (vidéo)    Musique Andalouse. Un concert aux couleurs de l'Espagne et du Maroc    Inclusion économique des jeunes : L'INDH montre la voie à Boulemane    Pass vaccinal ou test PCR pour accéder au territoire    Interpellation du suspect impliqué dans le vol d'une agence bancaire à Casablanca    Douanes : Des recettes records de 111,2 milliards DH en 2021    Football : le Marocain Aymen Barkok remporte l'Europa League    Video : un lapsus de l'ex-président américain George W.Bush fait le tour de la toile    Jazzablanca 2022 : Le programme dévoilé    Rabat : Hommage à l'écrivain jordanien Mustafa Alqorna, pour son roman "Chaos dans le jardin du diable"    «Ateliers de l'Atlas» 2022 : Un appel à projets lancé    Michel Fugain en «Causerie musicale» à Casablanca    Exploration gazière: Chariot lève 25,5 millions de dollars pour son projet Anchois    Mise en place d'une plate-forme numérique destinée pour les étudiants de retour d'Ukraine    La Russie expulse 85 diplomates de France, d'Espagne et d'Italie    La 15ème édition de Jazzablanca Festival du 1er au 3 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sarkozy sous-traite à Fillon l'enterrement du débat sur l'identité nationale
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 02 - 2010

Fillon n'a pas tari d'éloges sur le courage de Besson ni sur la nécessité pour la France de s'interroger en ces temps de mondialisation cannibale sur les contours de son identité.
Tout était dit dans l'image de la furtive conférence de presse qui a suivi le séminaire gouvernemental sur l'identité nationale. Un Premier ministre, François Fillon, reprenant avec une maestria toute républicaine les ressorts d'un débat sur l'identité nationale qui avait tourné à l'exhibition xénophobe. Et un ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale, Eric Besson, aussi silencieux qu'une tombe, cuvant sa défaite et sa frustration de voir le gouvernement le lâcher en rase campagne, avec comme seul lot de consolation un enterrement de première classe, pour reprendre l'expression qui scintille dans les éditoriaux de la presse française. François Fillon venait de clôturer ce que le Haut commissaire à la Diversité, Yazid Sabeg, avait qualifié de «déversoir des médiocrités», par une série de mesures symboliques, à l'effet placebo, créatrices de compromis. Le tout constituant les gammes d'un chant de cygne pour enterrer un débat dont l'effet boomerang menaçait l'ensemble de la stratégie de Nicolas Sarkozy. Pour faire avaler la pilule et éviter de souligner davantage cette marche arrière enclenchée par le président de la République sous la pression de l'opinion, François Fillon n'a pas tari d'éloges sur le courage d'Eric Besson qui a su affronter les critiques les plus acerbes, ni sur la nécessité pour la France de s'interroger en ces temps de mondialisation cannibale sur les contours de son identité. Cela faisait partie des mouvements obligatoires de la manœuvre. Il était difficile d'imaginer un François Fillon -même si en privé il n'avait pas arrêté de dire tout le mal qu'il pensait de ce débat national- fustiger en public les dérives et autres dérapages dont l'excès de zèle et la gestion au bulldozer d'Eric Besson étaient directement responsables. Singulière couronne sur ce grand enterrement du débat sur l'identité nationale, la création d'une commission de personnalités, intellectuels, historiens, parlementaires, chargés d'encadrer ce qui restera de ce débat avant qu'il ne s'éteigne de lui-même. François Fillon qui selon l'opposition jouait «les pompiers de service» dans cette affaire, sait mieux que quiconque que les intellectuels en question, gênés aux entournures par les effluves d'un tel débat, ne se bousculeront pas pour faire partie de cette commission.
En signifiant la fermeture de cette parenthèse enflammée sur l'identité nationale, François Fillon s'est mis dans la peau d'un arbitre qui doit siffler la fin du match sous peine que les choses ne dégénèrent et provoquent des ruptures incontrôlables. Et même s'il l'a fait sur ordre contraint de Nicolas Sarkozy, François Fillon semble en tirer un grand bénéfice politique. Il est en train de vivre en ce moment une séquence où il apparaît comme un des rares chefs de l'exécutif à garder la tête froide sur les épaules et à dégager de la confiance là où d'autres, emportés par la passion, s'avèrent anxiogènes. Le grand perdant de ce grand virage de Nicolas Sarkozy est Eric Besson. Comment va-t-il pouvoir continuer à assumer ses fonctions en portant sur les épaules le poids d'un tel désaveu ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.