Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Baccalauréat-2021: voici la meilleure moyenne au niveau national    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Sri Lanka : ouverture d'une enquête sur des soldats suspectés d'humilier des musulmans    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    Ismail Ould Cheikh Ahmed :«sur le Sahara, la Mauritanie ne joue pas un rôle de médiateur, mais elle maintient sa position de neutralité positive»    Benabdallah appelle à une participation massive des jeunes aux prochaines échéances électorales    Le SG du PPS reçoit une délégation de Hamas conduite par Ismaïl Haniyeh    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    Botola D1 : Les FAR et le SCCM bénéficiaires des matches joués samedi    Euro 2020 : Les Allemands se reprennent face aux Portugais (4-2)    Ligue des champions : le WAC surclassé à Casablanca par Kaizer Chiefs (0-1)    Nouvelles MINI. Elles montent toutes en gamme    Collectivités territoriales. Voici le dernier délai pour bénéficier de l'amnistie sur la fiscalité locale    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Baccalauréat 2021 : Un taux de réussite de 68,43%    Nador: il sème le chaos et fracasse trois voitures (DGSN)    René-Marc Chikli, Pdt du Syndicat français des Entreprises de Tour Operating :«la décision du Maroc de placer la France sur sa liste A et d'ouvrir ses frontières nous a fait plaisir et nous arrange»    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Raffarin, une solidarité impatiente avec Sarkozy
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 04 - 2010

Jean-Pierre Raffarin se défausse sur «les entourages» qui n'ont d'autres obsessions que de jeter l'huile sur le feu et allumer les animosités là où il ne devrait y avoir qu'harmonie et cohérence.
Il y a quelque chose d'assez particulier chez Jean-Pierre Raffarin, l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac, c'est qu'il dégage, malgré lui, cette étrange opposition sournoise à Nicolas Sarkozy même quand il s'échine à lui tresser les plus scintillants lauriers. Et quand la presse lui fait remarquer ce trait de caractère, Jean-Pierre Raffarin se défausse sur «les entourages» qui n'ont d'autres obsessions que de jeter l'huile sur le feu et allumer les animosités là où il ne devrait y avoir qu'harmonie et cohérence. Et si Jean-Pierre Raffarin était parvenu à créer cette impression, c'est qu'il a réussi à installer avec le président de la République un rapport ambigu, fait d'excès de gratitude en marée basse et de montée d'adrénaline en marée haute. Quand Nicolas Sarkozy le traite avec des égards, (voyages, réceptions, missions et consultations) Jean-Pierre Raffarin, très sensible, est tout sucre, tout miel avec sa gouvernance. Mais il suffit qu'il n'accorde pas d'importance à ses conseils ou qu'il le snobe sur un sujet important pour que Jean-Pierre Raffarin, hier encore soldat discipliné de la majorité, se transforme en fougueux critique, souvent plus féroce que l'opposition socialiste. L'affaire qui avait configuré leurs rapports fut la présidence du Sénat, lorsque Nicolas Sarkozy avait préféré soutenir Gérard Larcher plutôt que de lui donner ce juteux fauteuil de la République, Jean-Pierre Raffarin avait fait son deuil. Désormais, les jeux sont faits. Il ne pourra plus occuper cette fonction de conseiller de prince qu'il désire tant. Après avoir servi Jacques Chirac, il ne rêvait que d'une chose, mettre son talent et son savoir-faire au service de Nicolas Sarkozy. Qui l'en a empêché ? Certainement pas la volonté lucide de Nicolas Sarkozy mais les conseils malveillants, jaloux et morbides des entourages. Jean-Pierre Raffarin cuvait en silence son amertume. Il lui arrivait de temps à autre d'adresser des piques vengeresses en direction de François Fillon dont il méprise l'inaction et le manque d'inspiration. Il se défoulait comme il pouvait. Comme s'il se restreignait à épargner sa cible principale pour exercer ses talents de tirs sur un leurre. Jusqu'à ce que, par un effet involontaire, crise d'autorité et défaite électorale obligent, un club des anciens Premiers ministres se forme virtuellement. Il est composé de l'ennemi intime Dominique de Villepin, du challenger de toujours Alain Juppé, du parrain déçu Edouard Balladur et de l'offreur de services permanent Jean-Pierre Raffarin. Ce club a su tisser un des plus violents réquisitoires contre la gouvernance de Nicolas Sarkozy, montrant que le champion d'hier, est directement défié au sein de sa propre famille. Jean-Pierre Raffarin, qui aurait aimé que l'ouverture politique pratiquée par Nicolas Sarkozy le touche aussi, n'est pas tendre avec le président. Même quand il se propose de défendre son action, il trouve toujours le moyen de laisser sa marque. Une griffe qui en dit long sur son impatience que sur son adhésion : «Nicolas Sarkozy a, en quelque sorte, désacralisé la fonction présidentielle». Nicolas Sarkozy doit se dire, la rage au cœur, qu'avoir de tels soutiens n'est pas de nature à augmenter vos chances de gagner.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.