Météo: les prévisions du mercredi 18 mai    Le Bahreïn exprime sa gratitude pour les efforts du Roi pour préserver l'identité d'Al-Qods    Sadiki : Déficit de 2 milliards de m3 des Les retenues des barrages à usage agricole    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    IRCAM/Chambre des conseillers : Une alliance pour consolider l'institutionnalisation de l'amazigh    En visite en Turquie, Abdelmadjid Tebboune a lourdement péché contre la bienséance    A Buffalo, Biden dénonce « le poison » du suprémacisme blanc    Le roi félicite le nouveau président somalien    Après 2 ans d'absence, le festival Jazzablanca fait peau neuve à Anfa Park    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    [Urgent] Le gouvernement annule l'obligation du test PCR pour l'accès au territoire marocain    Annulation de la condition du test PCR pour l'entrée au territoire marocain    Aït Taleb: « L'hôpital de Tarfaya sera opérationnel en octobre prochain »    Casablanca : Interpellation du suspect impliqué dans le vol sous la menace de l'arme blanche d'une agence bancaire    Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Le Maroc annule l'exigence du test PCR pour entrer sur le territoire    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    L'OCP affiche une performance solide à T1 2022    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Espagne a gazé des Marocains
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 01 - 2002

Il est de plus en plus certain que l'armée espagnole a utilisé des gaz nocifs pendant la guerre du Rif. Les effets dévastateurs de ces armes non conventionnelles se font encore sentir dans cette région du Maroc. Les victimes n'arrivent toujours pas à faire entendre leur voix.
Ilias Elomari n'en démord pas. Il persiste et signe. Pour lui, l'Espagne est coupable de crimes contre l'humanité lors de la Guerre du Rif (1921-1926) qui a fait plusieurs milliers de victimes- pour avoir utilisé des armes chimiques contre les populations de cette zone du Maroc. Le président de l'Association de défense des victimes de la guerre des gaz toxiques au Rif est passionné par cette affaire très sensible. Il ne parle que de ça. Depuis la création en 1999 de cette association avec quelques amis de la région, il a essayé par deux fois de convoquer à El Hoceïma une conférence internationale à ce sujet. La première en avril 2001 et la deuxième récemment en janvier 2002. Sans résultat pour le moment.
En raison de l'interdiction des autorités marocaines qui a frappé cette initiative, jugée, selon toute vraisemblance, politiquement et diplomatiquement non correcte.
La thèse de l'usage de gaz toxiques par l'armée espagnole n'a jamais été admise officiellement. Le secret total a longtemps entouré ce dossier avant que deux chercheurs allemands, Rolf-Dieter Müller et Rudibert Kunz, ne s'y intéressent en publiant en 1992 un livre d'investigation à ce sujet qui sera traduit quatre plus tard en arabe. Les conclusions de l'enquête sont accablantes. Sans appel. Elles fourmillent de détails sur cette période de l'histoire contemporaine. Les scientifiques en question sont partis d'un constat : la plupart des habitants de Nador souffrent depuis plusieurs décennies d'un cancer du larynx qui a fait et continue de faire plusieurs victimes parmi les civils.
Pourquoi cette région précisément et non pas une autre du pays qui est atteinte ? Existe-t-il un lien de cause à effet entre cette pandémie et les agissements passés de l'Espagne dans le Rif ? Une chose est sûre : Il est maintenant connu que Madrid et Berlin avaient signé en 1923 une convention, tenue alors secrète, en vertu de laquelle l'Allemagne s'engage à fournir à l'Espagne un gaz chimique baptisé Lust.
À cette époque-là, l'armée espagnole s'enlisait déjà dans le bourbier rifain, confrontée à une résistance des plus farouches, menée par Abdelkrim Al Khattabi (1881-1963). Il fallait le pousser d'autant plus à capituler que ce héros national a infligé en 1921 une défaite cinglante aux troupes espagnoles lors de la bataille mémorable d'Anoual. Humiliés au plus profond d'eux-mêmes, mus par une vengeance aveugle, ces derniers, soutenus par un commandement militaire français, ont dû recourir au gaz expérimental meurtrier en 1925 et 1926 fabriqué donc par l'Allemagne nazie. Abdelkrim Al Khattabi, au courant de cette expérimentation criminelle, avait attiré l'attention de la Croix Rouge internationale sur l'usage de ce gaz toxique interdit pourtant par les conventions internationales. En vain. Les habitants du Rif transformés malgré eux en cobayes par l'irresponsabilité d'un occupant arrogant et par la complicité de puissances européennes.
Il n'y a pas une famille dans la région rifaine qui ne porte pas le deuil d'un père, d'une mère, d'un frère ou d'une cousine…Tous décimés, souvent dans la fleur de l'âge, par le cancer. Les familles sont inconsolables de la disparition mystérieuse des leurs. N'ont qu'un seul désir : connaître la vérité sur cette tragédie. Dans les années 20, les gens crevaient subitement sans que l'on sache de quoi. Le mal, non identifié, a été appelé “Akhenzir“ (saloperie) dans le dialect local. On ne savait pas alors qu'il s'agissait du cancer. Pour M. Elomari, la région nord du pays représente près de 60% des cas de cancer du Royaume, de même que la mortalité infantile due à cette maladie est particulièrement élevée dans cette partie du Maroc. On est glacé d'effroi devant une telle hécatombe qui a également rejailli sur l'environnement local. En effet, certaines terres sont biazrrement arides. Rien n'y pousse, sauf des pierres.
Faut-il imputer tout cela au comportement de l'Espagne lors de la Guerre du Rif ? Les membres de l'association en ont la quasi-certitude à défaut d'en posséder des preuves irréfutables. En voulant organiser une conférence internationale à El Hoceïma, cette association cherchait justement à faire la lumière sur cette affaire d'une extrême gravité en mettant à contribution des scientifiques, des universitaires et des chercheurs marocains et étrangers. Trois membres du gouvernement actuel, le ministre des Affaires étrangères Mohamed Benaïssa, Mohamed El Yazghi de l'Environnement et son collègue de la Santé Thami El kyari, ont confirmé leur participation à cette manifestation avortée. L'avocat Jacques Vergès était également attendu, ainsi qu'un représentant d'Amnesty International. Le professeur Gueddari, directeur de l'institut national d'oncologie, devait intervenir à cette occasion pour livrer des chiffres sur le taux du cancer dans le Rif par rapport au Maroc.
Ilyas Elomari, quant à lui, n'est pas découragé pour autant. Il compte aller jusqu'au bout afin de tirer au clair une histoire à la fois troublante et bouleversante. Le dossier des ravages de la Guerre du Rif ne fait que commencer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.