Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dr Amina El Khadime : «Dans 90% des cas, on relève une infection à l'escherichia coli»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 12 - 2010

Les infections urinaires sont multiples et pourraient avoir des conséquences très graves si elles ne sont pas traitées. Le docteur Amina El Khadime nous éclaire sur ce sujet.
ALM : Qu'est-ce qu'une infection urinaire?
Amina El Khadime : Une infection urinaire c'est très large. Cependant, c'est un terme souvent utilisé pour qualifier les cystites qui sont des infections urinaires basses. Parce qu'il y a aussi les pyélonéphrites qui sont des infections urinaires hautes qui se localisent au niveau des reins.Cependant, les plus fréquentes restent les cystites. C'est rare que l'on fasse une pyélonéphrite sauf si on souffre d'un vrai problème. C'est une colonisation de la vessie par des germes et souvent par des bactéries dont la plus fréquente est l'escherichia coli. Quand on demande des analyses cytobactériologiques des urines (ECBU) chez une femme, dans 90% des cas, on relève une infection à l'escherichia coli ou e-coli. C'est donc le germe responsable des cystites le plus fréquent.
Pourquoi les femmes sont plus exposées à développer une cystite que les hommes?
L'urètre qui est le tuyau qui va de l'extérieur jusqu'à la vessie est court chez la femme. Par contre chez l'homme, l'urètre traverse tout le pénis et son entrée est loin de la vessie. L'anatomie de la femme est différente, elle permet une colonisation très rapide de vessie par les germes. Aussi, l'anus, le vagin et l'urètre sont très proches et donc les germes des matières fécales ou du vagin passent facilement dans l'urètre et atteignent la vessie. C'est pour cela que les médecins conseillent aux petites filles de bien se laver et aux mamans de toujours laver ou essuyer leurs bébés des grandes lèvres vers le rectum et jamais l'inverse. Parce que sinon, elles peuvent ramener les germes du rectum qui sont propices à provoquer des infections urinaires vers l'urètre. En effet, l'escherichia coli peut avoir colonisé l'intestin et passer à travers les matières fécales. Aussi, on demande généralement aux femmes qui fréquentent des toilettes publiques de ne pas s'asseoir sur la cuvette pour ne pas rencontrer un germe et attraper une infection urinaire.
Est-ce qu'il y a d'autres facteurs qui exposent la femme aux infections urinaires?
Oui, il y a aussi les rapports sexuels. Comme on l'a signalé plus haut, l'entrée du vagin est très proche du méat de l'urètre. Et donc, pendant le rapport sexuel, l'urètre débouche directement dans le vagin et permet le passage des germes (s'il y en a) vers la vessie. Donc, un rapport sexuel qui ne comprend pas certaines normes de propreté est très propice à une infection urinaire. Sinon, une immunodépression, un diabète ou encore certaines malformations prédisposent des femmes plus que d'autres à être victimes de cystites.
Quels sont les symptômes d'une infection urinaire?
Les premiers signes de l'infection urinaire sont les brûlures au moment de faire pipi. Ensuite, les passages aux toilettes deviennent plus fréquents c'est-à-dire que la patiente fait une polyurie. Parfois, les urines sont accompagnées de sang, à savoir une hématurie. Et enfin, il y a une dysurie et très rarement de la fièvre qui est un signe de complications. Mais généralement, c'est tellement douloureux que les femmes consultent dès l'apparition des premiers symptômes.
Que faut-il faire quand on attrape une infection urinaire?
Idéalement, il faut faire un examen cytobactériologique des urines. Cet examen permet de savoir quel type de germes est responsable de l'infection pour faire ensuite un antibiogramme pour savoir quel antibiotique est adapté au germe pour bien le cibler et le traiter. Malheureusement, les femmes prennent, parfois, en pharmacie des antiseptiques urinaires qui calment les douleurs un moment. Ensuite, l'infection récidive. En fin de compte, la cystite est très banale, il faut juste bien la traiter pour éviter les récidives.
Y a-t-il des complications suite à une infection urinaire non traitée?
Bien sûr. La première complication est que cette infection remonte vers les reins étant donné que l'arbre urinaire va jusqu'aux reins. Les deux uretères (tuyaux qui relient la vessie aux reins) permettent facilement le passage des germes. Dans ce cas l'infection devient rénale et on appelle cela une pyélonéphrite qui peut facilement se développer et faire un abcès rénal. Cela peut aller jusqu'à détruire le rein. Ou encore, l'infection rénale pourrait passer par le sang et faire une septicémie. Alors qu'il serait plus facile de traiter une cystite qui d'ailleurs ne passe jamais inaperçue.
Pourquoi les femmes enceintes sont-elles plus exposées à l'infection urinaire?
Ce qu'il faut savoir c'est qu'une femme enceinte a généralement la vessie comprimée par l'utérus qui grandit et provoque une stagnation des urines à certains endroits. Et comme ça ne circule plus correctement, le risque d'infection est plus présent. Aussi, pendant la grossesse, les hormones font que tous les organes génitaux se relâchent y compris le méat de l'urètre permettant un passage plus facile des germes.
Les gestes à suivre pour éviter une infection urinaire
• Aux toilettes, essuyez-vous d'avant en arrière, de façon à éloigner les bactéries de la cavité vaginale
• Buvez beaucoup de liquides, 8 à 10 verres d'eau dans la journée : uriner beaucoup permet de laver les voies urinaires
• Videz votre vessie dès que vous avez envie d'uriner. Il faut éviter de se «retenir» car cela permettrait à la bactérie de se développer.
• Buvez un verre d'eau avant et après un rapport sexuel, essayez d'uriner, même si vous n'en avez pas un besoin urgent.
• Si vous utilisez un diaphragme, il est impératif de le nettoyer après chaque usage, et lors d'une consultation de gynécologie demandez à votre médecin de le vérifier, surtout après un accouchement ou après une modification nette de votre poids.
• Préférez les douches aux bains
• Il faut éviter d'utiliser autour de la région génitale tout produit (parfum, poudre, spray hygiénique) susceptible de contenir un élément allergisant.
• Portez des sous-vêtements de préférence en coton, les bactéries aiment un environnement chaud et humide : le coton laissant passer l'air facilite un environnement plus sec et moins chaud.
• Evitez de porter des sous-vêtements trop serrés
• Traitez une éventuelle tendance à la constipation en évitant les produits qui provoquent des épisodes de diarrhée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.