De nouveaux avantages pour les fonctionnaires de police    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Liquidité bancaire: Léger creusement du déficit    Pourquoi le PAM est au bord de l'implosion    Episode 9 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie de Nazareth    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    La CGEM explore les opportunités de coopération avec les partenaires institutionnels du Royaume    Le GAM dévoile sa Vision 2022    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Face à l'EST, le WAC vise une troisième consécration continentale    Les vraies fausses raisons d'une démission    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    Eléphants roses    Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Pompeo    WAC-Espérance de Tunis. Les resquilleurs font flamber les prix des tickets    Hakim Ziyech bientôt avec le Real Madrid ?    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Services publics : La Cour des comptes compare le Maroc à l'Europe    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Sport et Ramadan : Ce que recommandent les experts    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Les produits alimentaires plus chers en avril    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Constats chocs du PDG de la RAM    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    Biodiversité. Quand les voyants sont au rouge    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dr Amina El Khadime : «Dans 90% des cas, on relève une infection à l'escherichia coli»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 12 - 2010

Les infections urinaires sont multiples et pourraient avoir des conséquences très graves si elles ne sont pas traitées. Le docteur Amina El Khadime nous éclaire sur ce sujet.
ALM : Qu'est-ce qu'une infection urinaire?
Amina El Khadime : Une infection urinaire c'est très large. Cependant, c'est un terme souvent utilisé pour qualifier les cystites qui sont des infections urinaires basses. Parce qu'il y a aussi les pyélonéphrites qui sont des infections urinaires hautes qui se localisent au niveau des reins.Cependant, les plus fréquentes restent les cystites. C'est rare que l'on fasse une pyélonéphrite sauf si on souffre d'un vrai problème. C'est une colonisation de la vessie par des germes et souvent par des bactéries dont la plus fréquente est l'escherichia coli. Quand on demande des analyses cytobactériologiques des urines (ECBU) chez une femme, dans 90% des cas, on relève une infection à l'escherichia coli ou e-coli. C'est donc le germe responsable des cystites le plus fréquent.
Pourquoi les femmes sont plus exposées à développer une cystite que les hommes?
L'urètre qui est le tuyau qui va de l'extérieur jusqu'à la vessie est court chez la femme. Par contre chez l'homme, l'urètre traverse tout le pénis et son entrée est loin de la vessie. L'anatomie de la femme est différente, elle permet une colonisation très rapide de vessie par les germes. Aussi, l'anus, le vagin et l'urètre sont très proches et donc les germes des matières fécales ou du vagin passent facilement dans l'urètre et atteignent la vessie. C'est pour cela que les médecins conseillent aux petites filles de bien se laver et aux mamans de toujours laver ou essuyer leurs bébés des grandes lèvres vers le rectum et jamais l'inverse. Parce que sinon, elles peuvent ramener les germes du rectum qui sont propices à provoquer des infections urinaires vers l'urètre. En effet, l'escherichia coli peut avoir colonisé l'intestin et passer à travers les matières fécales. Aussi, on demande généralement aux femmes qui fréquentent des toilettes publiques de ne pas s'asseoir sur la cuvette pour ne pas rencontrer un germe et attraper une infection urinaire.
Est-ce qu'il y a d'autres facteurs qui exposent la femme aux infections urinaires?
Oui, il y a aussi les rapports sexuels. Comme on l'a signalé plus haut, l'entrée du vagin est très proche du méat de l'urètre. Et donc, pendant le rapport sexuel, l'urètre débouche directement dans le vagin et permet le passage des germes (s'il y en a) vers la vessie. Donc, un rapport sexuel qui ne comprend pas certaines normes de propreté est très propice à une infection urinaire. Sinon, une immunodépression, un diabète ou encore certaines malformations prédisposent des femmes plus que d'autres à être victimes de cystites.
Quels sont les symptômes d'une infection urinaire?
Les premiers signes de l'infection urinaire sont les brûlures au moment de faire pipi. Ensuite, les passages aux toilettes deviennent plus fréquents c'est-à-dire que la patiente fait une polyurie. Parfois, les urines sont accompagnées de sang, à savoir une hématurie. Et enfin, il y a une dysurie et très rarement de la fièvre qui est un signe de complications. Mais généralement, c'est tellement douloureux que les femmes consultent dès l'apparition des premiers symptômes.
Que faut-il faire quand on attrape une infection urinaire?
Idéalement, il faut faire un examen cytobactériologique des urines. Cet examen permet de savoir quel type de germes est responsable de l'infection pour faire ensuite un antibiogramme pour savoir quel antibiotique est adapté au germe pour bien le cibler et le traiter. Malheureusement, les femmes prennent, parfois, en pharmacie des antiseptiques urinaires qui calment les douleurs un moment. Ensuite, l'infection récidive. En fin de compte, la cystite est très banale, il faut juste bien la traiter pour éviter les récidives.
Y a-t-il des complications suite à une infection urinaire non traitée?
Bien sûr. La première complication est que cette infection remonte vers les reins étant donné que l'arbre urinaire va jusqu'aux reins. Les deux uretères (tuyaux qui relient la vessie aux reins) permettent facilement le passage des germes. Dans ce cas l'infection devient rénale et on appelle cela une pyélonéphrite qui peut facilement se développer et faire un abcès rénal. Cela peut aller jusqu'à détruire le rein. Ou encore, l'infection rénale pourrait passer par le sang et faire une septicémie. Alors qu'il serait plus facile de traiter une cystite qui d'ailleurs ne passe jamais inaperçue.
Pourquoi les femmes enceintes sont-elles plus exposées à l'infection urinaire?
Ce qu'il faut savoir c'est qu'une femme enceinte a généralement la vessie comprimée par l'utérus qui grandit et provoque une stagnation des urines à certains endroits. Et comme ça ne circule plus correctement, le risque d'infection est plus présent. Aussi, pendant la grossesse, les hormones font que tous les organes génitaux se relâchent y compris le méat de l'urètre permettant un passage plus facile des germes.
Les gestes à suivre pour éviter une infection urinaire
• Aux toilettes, essuyez-vous d'avant en arrière, de façon à éloigner les bactéries de la cavité vaginale
• Buvez beaucoup de liquides, 8 à 10 verres d'eau dans la journée : uriner beaucoup permet de laver les voies urinaires
• Videz votre vessie dès que vous avez envie d'uriner. Il faut éviter de se «retenir» car cela permettrait à la bactérie de se développer.
• Buvez un verre d'eau avant et après un rapport sexuel, essayez d'uriner, même si vous n'en avez pas un besoin urgent.
• Si vous utilisez un diaphragme, il est impératif de le nettoyer après chaque usage, et lors d'une consultation de gynécologie demandez à votre médecin de le vérifier, surtout après un accouchement ou après une modification nette de votre poids.
• Préférez les douches aux bains
• Il faut éviter d'utiliser autour de la région génitale tout produit (parfum, poudre, spray hygiénique) susceptible de contenir un élément allergisant.
• Portez des sous-vêtements de préférence en coton, les bactéries aiment un environnement chaud et humide : le coton laissant passer l'air facilite un environnement plus sec et moins chaud.
• Evitez de porter des sous-vêtements trop serrés
• Traitez une éventuelle tendance à la constipation en évitant les produits qui provoquent des épisodes de diarrhée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.