Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Benbouchta, le peintre contre la mondaine
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 30 - 01 - 2004

Amina Benbouchta expose ses tableaux le 12 février à l'atelier Bachkou de Saâd Hassani. Cette peintre occupe une place à part dans les arts plastiques au Maroc. Elle souffre d'une étiquette, en raison de sa vie mondaine. Tout le contraire de ses tableaux qui ne reposent pas sur une brillance convenue.
A vue d'œil, il est impossible de deviner son métier. Il n'y a pas une trace de peinture sur ses ongles, impeccablement taillés. La petite taille de son sac à main Christian Dior, correspond très peu aux gigantesques cartables, interminables chemises en carton et autres malles où peut tenir la moitié d'une boutique. L'attirail encombrant qui écrase, d'habitude, les épaules des femmes peintres ne fait pas un seul pli à la veste d'Amina Benbouchta. Elle est toujours très élégamment habillée et au physique, elle ressemble à une actrice de cinéma. Dans la corporation des peintres, elle occupe un pré doré, en raison de son patronyme. Son père, Mehdi Benbouchta, était ministre. Son oncle, également. Amina Benbouchta fréquente la très haute bourgeoisie de Casa. Aux soucis pécuniaires des peintres, à la sueur de leur course pour vendre un tableau, elle oppose une assurance et une fraîcheur tranquilles.
Amina Benbouchta ne renie pas ses origines. Ne cherche pas à se défendre par des considérations genre : on peut être ici et là-bas. On peut faire ceci et cela. Elle tranche ! Elle banalise la bourgeoise lorsqu'elle parle de l'artiste. “Ma personne est anecdotique“, dit-elle, établissant une distinction entre son activité de peintre et sa vie mondaine. Son discours éclaire souvent, par opposition son art. Il n'y a rien d'anecdotique dans la peinture d'Amina Benbouchta. Elle s'attache à l'essentiel. Une forme, qui s'apparente à un vase ou une jarre, dote d'équilibre un tableau, exempt d'une figuration qui se prêterait à la trame du discours.
Les tableaux de Benbouchta sont faits pour clore le bec à quiconque voudrait y trouver une parenté avec la bijouterie ou le chatoiement des beaux tissus. Ils sont très souvent peints en noir ou en gris, à l'exception d'un seul coloré en rouge. Le noir, le gris et le rouge : des foyers d'énergie sombres en peinture.
La peinture d'Amina Benbouchta est aux antipodes de la séduction facile. Il faut la regarder longtemps pour pénétrer dans les formes simples d'une chaise ou d'un vase. Amina Benbouchta semble avoir compris la leçon de Cézanne. Elle a l'art d'insuffler de la vie à des natures mortes. Mais l'étiquette est tenace, et l'intéressée a beau peindre des tableaux minimalistes dans leur expression, le cortège qui accompagne sa personne fait du bruit. Elle dit apprécier les gens qui vont au-delà des étiquettes pour interroger l'œuvre. Et puis, “ça serait trop facile d'être un peintre avec l'air qu'il faut“.
Amina Benbouchta est venue relativement tard à la peinture, à l'âge de 15 ans. Pourquoi la peinture ? “Parce que je suis incapable de faire autre chose“. Lorsqu'on insiste un peu plus, elle répond : “Chaïbia a fait un rêve qui l'a conduit à la peinture. Moi, j'ai senti que je devais faire des tableaux“. Elle apprend à manier les pinceaux sous la férule du peintre Jacques Alérini. Elle part ensuite au Canada pour poursuivre des études en anthropologie. Elle revient avec un diplôme, sans pour autant se passionner pour cette discipline. Elle renoue avec l'art de peindre en suivant des cours dans des ateliers privés et à l'école supérieure des beaux-arts de Paris. Sa première expo personnelle remonte à 1991. C'était dans la galerie Arcanes de Rabat. L'expo a été saluée de façon unanime par les peintres et la presse.
Depuis cette expo, Amina Benbouchta a beaucoup travaillé. Pas à un rythme suffisamment soutenu : elle est mère de trois enfants. Et à 40 ans, elle estime qu'une grande dose de son énergie va à ses enfants. Elle a pourtant les préoccupations d'un peintre angoissé. Elle détruit souvent, efface, ne montre que les toiles dont elle est fière. “Il se passe quelque chose en peinture qui dépasse le peintre“. Amina Benbouchta compte beaucoup à cet égard sur les accidents, sur l'intervention du hasard pour ouvrir à sa peinture des voies insoupçonnées. “J'ai toujours besoin d'affirmer que je suis peintre“. Elle l'affirme d'une façon qui flatte peu la rétine. Sa peinture n'est pas tape à l'œil ou jolie. Elle n'est pas séduisante. Tout le contraire de l'apparence de son auteur. Dans le chapitre de la séduction, Amina Benbouchta doit travailler avec retenue, sans frénésie dans le geste. Elle est loin de la ‘jadba' dont se réclament de nombreux artistes au Maroc : “Je peux difficilement séduire mon mari en sortant hirsute de mon atelier“.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.