Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Autrement : Peuples en souffrance
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 31 - 05 - 2011

Presque cinq mois ont passé depuis que Zine El-Abidine Ben Ali ( le 14 janvier ) et Hosni Moubarak (le 11 février) ont été contraints d'abandonner le pouvoir.
Aux explosions de joie des populations tunisienne et égyptienne ont succédé l'amertume et l'angoisse. Dans les deux pays, la situation économique s'avère désastreuse. Du fait de la révolution, selon les estimations de l'économiste franco-tunisien Elyès Jouini, la Tunisie a perdu cinq milliards de dollars de son P.I.B. (Produit intérieur brut) : un milliard en raison du blocage de l'activité économique, deux à cause de la baisse du tourisme, et deux autres à cause de la guerre en Libye, son premier partenaire commercial. En Egypte, le taux de croissance qui était de 6% avant la révolution a chuté à 1%. Le tourisme, tout particulièrement, s'est effondré. 90% de touristes en moins au Caire! Partout les entreprises licencient. Les investisseurs ont peur et s'abstiennent d'engager le moindre dinar ou le moindre piastre. A présent, la dépression économique menace les acquis démocratiques encore très fragiles. A cette situation d'économies sinistrées, s'ajoutent les inquiétudes concernant les évolutions démocratiques. Après des années où les oppositions ont été combattues, muselées, persécutées, qui peut incarner la relève et l'espoir? En Egypte particulièrement, les populations ne sont pas formées au jeu démocratique. Cela ne risque-t-il pas de favoriser les populismes? Ces derniers mois, les Egyptiens ont découvert que les courants islamistes ne se résumaient pas chez eux, comme ils le pensaient, à la puissante confrérie des Frères musulmans. Plusieurs groupes salafistes sont apparus au grand jour. Et la crainte se développe dans les milieux démocratiques que l'aile dure des Frères musulmans soit tentée de flirter avec les revendications salafistes. En attendant, les troubles à l'ordre public sont nombreux. Ainsi, jamais les affrontements confessionnels, opposant chrétiens coptes et musulmans, n'avaient été aussi fréquents et aussi meurtriers. D'aucuns pensent que des membres de l'ancien régime seraient à l'origine de ces troubles. Réunis ces derniers jours à Deauville, en France, les dirigeants du « G8 », ce groupe de discussion et de partenariat qui rassemble huit des plus riches pays du monde ( Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada et Russie ) se sont engagés sur une aide de quarante milliards de dollars aux pays amorçant un processus démocratique. Quarante milliards de promesse de la part de pays eux-mêmes lourdement endettés. Comment cet argent va-t-il pouvoir être débloqué? Les institutions internationales devraient en payer une large part, ainsi que les pays du Golfe, pourtant si peu démocratiques, qui sont appelés à mettre la main à la poche! Si cet argent parvient à être réellement débloqué et versé, il faudra, cependant, qu'il le soit dans des conditions de transparence. Ainsi, les milliards d'aide accordés par les Etats-Unis à l'Egypte depuis plus de trente ans, n'ont servi qu'à enrichir des prédateurs. Tunisie et Egypte ont commencé des révolutions politiques. Celles-ci n'aboutiront heureusement que si se déroulent, aussi, des révolutions économiques.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.