Covid-19: Les prix des vaccins flambent, les gains des labos cartonnent    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Record des transactions par carte bancaire en juillet    Intelaka : 2,7 milliards de DH de crédits accordés à fin 2020    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    JO-2020: Soufiane El Bakkali champion olympique du 3000 m steeple    Soufiane El Bakkali offre l'or olympique au Maroc    La Fédération royale marocaine de boxe dissout la Direction technique    Une réunion de hauts responsables militaires marocains et américains à Rabat    Compteur coronavirus : 4.206 nouveaux cas et 52 décès en 24h    Pr. Marhoum Filali à 2M.ma : le vaccin est l'unique parade à la Covid-19    Campagne de vaccination: le Maroc cible les jeunes de plus de 18 ans    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Maroc-Algérie : "Notre conviction intime est que les frontières soient et demeurent ouvertes"    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Fête du Trône: La communauté juive marocaine d'Israël réitère son attachement à la monarchie et à la Mère-patrie    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    Programmation informatique: Python dans la cour des grands    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Marsa Maroc : l'Etat cède 35% du capital à Tanger Med    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Protection des données : OCP et UM6P adhérent au Data-Tika    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Reprise: ces secteurs qui marquent à nouveau le «Stop»    Covid-19 : la vaccination fait baisser le taux de mortalité et le nombre des cas graves (Spécialiste)    La cause du décès de Abdellah Habib Bilal remise en question par sa famille et des membres du polisario    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Coupe du Trône / WAC-MAT : Les relégués éliminent les champions et passent en finale    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    «Enti Hayati», le duo de Saâd Lamjarred et Calema cartonne    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    Abdelati El Guesse et Nabil Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800m    JO-2020 de Tokyo: Voici le programme du mardi 03 août 2021    Le Maroc remporte le titre avec 13 médailles, dont 9 en or    Famine : l'Ethiopie et Madagascar au niveau d'alerte maximum (FAO et PAM)    Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi en direct sur Info Soir de 2M (VIDEO)    Boutaïna El Fekkak, l'amour de soie    Tout artiste est lui-même    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Décryptage : La voie du dialogue
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 07 - 2011

La tente de la nouvelle Constitution devrait abriter tous les citoyens marocains. Il est peut-être temps d'ouvrir un dialogue avec ceux qui disaient «Non».
La nouvelle Constitution du Royaume entrera bientôt en vigueur. Une fois que le processus de validation juridique sera mené à terme, elle deviendra la Constitution de tous les Marocains.
Elle ouvre une nouvelle phase dans l'histoire du pays. Le citoyen sait désormais qu'il choisira à travers les urnes la couleur politique du gouvernement à qui il veut confier la gestion des affaires publiques. Il sait aussi qu'il pourra sanctionner, toujours à travers le vote, ceux qui n'ont pas accompli les promesses qu'ils lui avaient faites lors des élections antérieures. La démocratie repose dans son essence sur ce principe. La majorité écrasante des partis politiques a adhéré à cette Constitution. Et ces partis ont expliqué cette adhésion par la volonté d'aller de l'avant dans la consolidation des acquis démocratiques et de la construction d'une nouvelle architecture politique basée sur la stabilité et la pérennité de la nation. Mais il existe quelques franges de la société marocaine qui ont dit «Non» à la Constitution et d'autres qui l'ont tout simplement boudée. C'est une minorité. Le référendum l'a confirmé chiffres à l'appui. Ce qui se passe dans la rue l'a aussi démontré à travers les manifestations spontanées de soutien au nouveau texte et de rejet des sit-in des adeptes du «Non».
Mais cela n'empêche pas le fait que la tente de la nouvelle Constitution devrait abriter tous les citoyens marocains. Il est peut-être temps d'ouvrir un dialogue avec ceux qui disaient «Non», notamment ceux qui sont mus par une volonté spontanée de changement et non pas ceux – et c'est la minorité de la minorité – qui étaient mobilisés par des agendas qui nous sont étrangers.
L'appel, un peu timide, d'Al Adl Wal Ihssane à entamer un dialogue national est un signal qui montre que cette mouvance cherche à entrer dans une phase de normalisation. Cela fait trois décennies qu'elle s'active dans une situation particulière vacillant entre la légalité non reconnue et la clandestinité non assumée. Ses dirigeants sont pour la plupart avides de ce changement. Ils veulent basculer dans la légalité et sortir de l'engrenage faussement mystique créé par les proches de Yassine pour pérenniser un statu quo conflictuel qui n'arrange que les intérêts financiers de la famille du Cheikh. Ouvrir la voie du dialogue nécessite cependant la réunion de certaines conditions notamment en ce qui concerne les fondamentaux de la Nation. Il suffit qu'il y ait, à ce sujet, un signal de bonne volonté du côté du cercle politique de la Jamaâ pour que le dialogue puisse être envisageable. Pour ce qui est de l'Etat, il est clair que le Maroc a toujours été le pays de l'inclusion et non de l'exclusion. Le problème ne devrait certainement pas se poser de ce côté-là.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.