CHAN (Maroc-Ouganda) / Ammouta : « Le match sera décisif pour les deux sélections »    Berrechid-Settat: accident de plus de 30 véhicules (vidéo)    Evolution du coronavirus au Maroc : 337 nouveaux cas, 466.626 au total, lundi 25 janvier 2021 à 18 heures    Journée internationale de l'éducation : l'UNESCO soutient l'employabilité dans le Maghreb    OCDE : le Maroc ne figure pas parmi les gros émetteurs de carbone    Forum de Davos : Le redressement de l'économie post-Covid en débat (vidéo)    L'OFI plaide pour des listes électorales égalitaires    Musées : La FNM lance un concours pour la création et la réalisation graphiques destinées à la refonte de son identité visuelle    Le rock maghrébin en concert à Meknès    "Communication de crise. Crise de communication", nouvel ouvrage de Mustapha Elouizi    Le souffle révolutionnaire donne un nouvel élan au cinéma soudanais    La Ligue arabe salue les accords auxquels les parties libyennes sont parvenues à Bouznika    L'Opinion : La Maison tranche...    La souveraineté du Maroc sur ses terres, cette indéniable réalité qui enrage la junte et ses marionnettes    Zakaria Aboub: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium à la CAN U20    Youssef En-Nesyri, au sommet de la Liga    L'OCK accroché par Wydad Témara    Un décret Royal relatif au statut particulier des internes des hôpitaux au menu du Conseil de gouvernement    Rabat : Une convention entre la Faculté de droit et le Parlement    «ISRAE, ELLE...», nouveau roman de Mohamed Ouissaden    Covid-19: Mobilisation des moyens appropriés pour réussir la campagne de vaccination    Le dirham se déprécie de 0,67% face à l' euro    Smartphones : Attention au hacking malveillant !    La Chine accorde un grand attachement envers l'Afrique    Navalny marque des points dans un combat à hauts risques avec le Kremlin    Quand Victor Hugo guerroie contre l'anankè    Bientôt un prix spécial du nom de feu Noureddine Saïl    Le frère de Maître Gims s'installe à Marrakech    Neta ElKayam « La musique ancienne judéo-marocaine est la voix du futur »    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    La CGEM coopte la Fédération Marocaine de l'Externalisation des Services    Les Etats-Unis comptent s'appuyer sur les succès de la normalisation avec le Maroc dans les relations américano-israéliennes    Impôts: ce qui change pour les commerçants    Le trafic y afférent a grimpé de 20% en 2020: Tanger Med, 1er port à conteneurs de la Méditerranée    France : reprise des visas de regroupement familial    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dakhla: La préservation du bassin hydraulique d'Oued Eddahab-Lagouira à l'ordre du jour
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 01 - 2012

Les eaux souterraines constituent la seule ressource en eau de la région d'Oued Eddahab-Lagouira, alors que le niveau de la nappe locale a continué de baisser au cours de ces dernières années.
Les eaux souterraines constituent la seule ressource en eau de la région d'Oued Eddahab-Lagouira, alors que le niveau de la nappe locale a continué de baisser au cours de ces dernières années. Pour en assurer une exploitation raisonnable, l'Agence du bassin hydraulique de Sakia El Hamra et Oued Eddahab a lancé récemment une étude à l'horizon 2030 au niveau de ce bassin qui va permettre de prendre connaissance de l'état des lieux des ressources en eau, définir ensemble une stratégie de gestion et de développement des ressources en eau du bassin hydraulique de la région, arriver à surmonter les problèmes auxquels est confronté le développement des ressources en eau au niveau de Dakhla et également de proposer des scénarios de développement des ressources en eau dans toute la zone du Sud. Selon les responsables de l'Agence, cette étude permettra d'examiner la situation actuelle de la nappe qui constitue l'unique source d'approvisionnement en eau potable dans la région en vue de connaître les quantités d'eau souterraine à exploiter par an pour répondre aux besoins de l'agriculture et aux besoins de la population en eau potable, afin d'assurer une meilleure exploitation. Ce bassin est dépourvu d'eau de surface, tandis que ses eaux souterraines sont majoritairement renfermées dans des nappes profondes. Le potentiel des ressources en eaux souterraines dans la région est estimé à 9 millions m3 par an, alors que les besoins actuels en eau sont de l'ordre de 7,8 millions m3 (4,3 millions m3 pour le secteur agricole et 3,5 millions m3 pour l'approvisionnement des habitants). Ces besoins devront se développer pour atteindre en 2030 un volume de près de 29 millions m3, alors que le volume des eaux souterraines demeurera le même (9 millions m3), ce qui exige le recours aux eaux non conventionnelles telles que le dessalement, le recyclage des eaux usées et le traitement des eaux saumâtres. En effet, au niveau du bassin hydraulique local, les écoulements d'eau de surface sont très limités dans le bassin. Les nappes souterraines constituent l'essentiel des ressources en eau du bassin riche en dépressions qui sont des lieux d'accumulation d'eau connus sous le nom de Sebkhas. D'après les explications fournies, la rareté des précipitations fait également que les nappes inventoriées sont peu ou pas du tout rechargées. Les analyses isotopiques confirment que la majeure partie des eaux souterraines s'est infiltrée il y a plus de 5 mille ans et que, par conséquent, il s'agit généralement de nappes fossiles.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.