La direction des prisons dément une nouvelle fake news    Les préparatifs de la session extraordinaire au menu d' une réunion du bureau de la Chambre des représentants    Visa For Music 2021: l'appel à candidatures est lancé !    Hausse de 95,5% des exportations marocaines vers le Brésil en janvier    La TVA a une incidence directe sur le secteur informel (HCP)    La Chambre des représentants approuve le projet de loi organique relative à la nomination aux postes supérieurs    Le Maroc a reçu lundi son 5ème lot de vaccins, 8 millions de doses au total    L'accord agricole entre le Maroc et l'UE résiste aux menées séparatistes    Université Euromed de Fès-OFPPT : signature d'une convention-cadre de partenariat    Le double jeu de l'Allemagne contre les intérêts stratégiques du royaume    Hirak : à la recherche d'une maturité    Assurances : le géant allemand Allianz accusé de bafouer le droit international    Arabie Saoudite: des civils blessés par un projectile houthi à Jazan    Baie de Cocody : les ouvrages maritimes achevés    L'Opinion : La goutte qui fait déborder le vase    Une banque sur tous les fronts    Marché des voitures neuves au Maroc : des ventes qui progressent de 6,23%    Le Maroc invité d'honneur de la 7e édition de l'Africa Agri Forum    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    Covid-19: «Les vaccins seuls ne protégerons pas»    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    Conseil de gouvernement : la légalisation du cannabis médical encore au menu    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    Le groupe Somagec jette l'éponge pour le téléphérique de Tanger    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Casablanca : Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Edito : Régions centralisées    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    La France et l'Allemagne peinent à écouler leurs vaccins AstraZeneca    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Visite de Mariano Rajoy au Maroc : Le PP va-t-il enterrer à jamais la hache de guerre avec le Maroc ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 01 - 2012

M. Rajoy, qui s'est qualifié comme «ami du Maroc», a affirmé que l'Espagne soutient «avec force» le processus de réformes dans le Royaume qui constitue «un modèle» pour les autres pays.
La visite du nouveau locataire de la Moncloa au Maroc a marqué la scène politique. Au cours de son premier déplacement à l'étranger en tant que président du gouvernement, Mariano Rajoy a été reçu, mercredi 18 janvier, à Rabat, par SM le Roi Mohammed VI au Palais royal. Il a également eu des entretiens avec son homologue marocain Abdelilah Benkirane. Lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue, le chef de gouvernement a plaidé pour l'établissement «des meilleures relations possibles». De son côté, M. Rajoy, qui s'est qualifié comme «ami du Maroc», a affirmé que l'Espagne soutient «avec force» le processus de réformes dans le Royaume qui constitue «un modèle» pour les autres pays. Par ailleurs, la présidence du gouvernement espagnol a affirmé, dans un communiqué, que M. Rajoy a plaidé devant ses interlocuteurs marocains pour «l'ouverture d'une nouvelle étape dans les relations bilatérales dans laquelle seront renforcées encore davantage les relations privilégiées et de bon voisinage entre les deux pays». Ainsi, peut-on aujourd'hui dire que les relations maroco-espagnoles sont entrées dans la phase de normalisation, malgré l'arrivée au pouvoir du PP, un parti qui depuis toujours usait de manœuvres haineuses portant atteinte aux intérêts du Maroc? Etant donné que, même avec le PSOE de M. Zapatero au pouvoir, les deux pays voisins n'ont pas échappé à des moments de tension occasionnés par les agissements hostiles des conservateurs, doit-on s'attendre, encore une fois, à des relations froides? Selon les observateurs, c'est le contexte régional, notamment la crise économique, qui ébranle l'Europe, laquelle impose au PP de Mariano Rajoy d'adopter des positions plus modérées envers le Maroc. «Je pense que M. Rajoy arrive à la tête du gouvernement espagnol à un moment où il y a une nouvelle conjoncture internationale caractérisée par la crise économique et financière dont l'Espagne garde des séquelles très profondes. Il y a aussi l'état dans lequel se trouve l'Europe qui donne des signaux de panne. A cela s'ajoute la situation dans le monde arabe ayant connu des bouleversements majeurs et qui a marqué une rupture stratégique. Ce sont certains éléments qui font que le Parti populaire doit adopter une approche nouvelle par laquelle il doit chercher à ouvrir une page nouvelle avec le Maroc», indique Mohamed Benhamou, président du Centre marocain des études stratégiques (CMES), dans une déclaration à ALM. «Bien évidemment, les positions du PP au gouvernement ne vont pas être celles du PP à l'opposition. C'est la realpolitik qui pousse les responsables à adopter des positions beaucoup plus modérées et plus ajustées une fois au pouvoir», indique M. Benhamou. Le président du CMES appelle, ainsi, le Parti populaire à tourner la page du différend avec le Maroc et à s'inscrire dans une nouvelle ère marquée par la coopération. «Le Maroc est pour l'Espagne un voisin et un partenaire. L'économie espagnole, à travers beaucoup d'entreprises, trouve dans notre pays un espace où elle réalise des bénéfices et des gains énormes. Il est temps que le PP sorte de cette situation dans laquelle il se trouve parfois en opposition par rapport aux intérêts de notre pays. Le moment est venu pour qu'une nouvelle page soit ouverte», souligne M. Benhamou.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.