Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    OCI : Les attaques israéliennes contre les Palestiniens aggravent les risques d'instabilité dans la région    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Virtuel, maudit virtuel
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 02 - 2002

Connexion. Quel avenir pour une relation entamée sur la toile ? Une relation virtuelle où l'absence physique de ses protagonistes joue un rôle déterminant dans son développement comme dans sa destruction. La ligne rouge entre le virtuel et le réel est loin d'être mince.
H.H est une jeune marocaine de 21ans. Il y a deux ans de cela, et à l'image de ce qu'un bon nombre de jeunes marocains, garçons comme filles, elle avait fait la rencontre d'un jeune français d'origine marocaine, T.B.
Une simple rencontre sur le net qui n'a pas tardé à se transformer en sympathie puis en véritable relation amoureuse. Même si séparés géographiquement, ils étaient en permanence contact via le chat, les e-mail et même l'échange de cadeaux.
Des services sur Internet sans lesquels une telle relation n'aurait jamais pu avoir lieu. Pas aussi facilement ni avec une telle rapidité. Pour H, c'était le grand amour. Ils se sont mis à élaborer des projets communs et ont envisagé de se marier. Sérieux. Passés neufs mois, T.B a décidé de rentrer au « bled » spécialement pour avoir un contact direct avec sa bien aimée et mener à bien ce qu'ils avaient commencé. La déception. Dès leur premier contact direct, H savait que quelque chose n'allait pas. Que la personne devant elle était loin d'être ce qu'elle s'était longtemps imaginé. La désillusion. Tout au long du séjour de T. au Maroc, le couple menait une relation on ne peut plus amoureuse. Mais H. savait que son coeur n'y était pas. Incapable de lui dire en face ce qu'elle avait sur le cœur, elle a préféré le cacher. Après tout, T. allait rentrer en France et la relation était vouée à une fin imminente. Ce n'était pas l'avis de T. qui y croyait toujours.
Loin de se douter des sentiments de la jeune femme. il s'était même engagé à la demander en mariage auprès de ses parents et en avait parlé aux siens. Une fois reparti en France, plus aucune nouvelle ne lui parvenait de sa bien-aimée. H. avait décidé de rompre tout lien avec lui. T. en était malheureux, H. ne l'était pas mois. Une souffrance qui continue jusqu'à ce jour. Ce n'est là qu'un exemple, parmi tant d'autres, de relations entamées sur le net mais qui n'ont pas pu aboutir. Moyen de rencontre et plate-forme de connaissances par excellence, l'Internet offre une multitude de moyens de s'ouvrir aux autres, de tisser des amitiés et, comme c'est souvent le cas, de vraies relations amoureuses.
L'absence physique des protagonistes, la tendance à idéaliser la personne sur l'autre bout de la toile, la volonté de se représenter sous son meilleur jour. Des raisons qui contribuent à ce qu'on n'ait qu'une idée approximative, maquillée et parfois même fausse les uns sur les autres. «Ce n'est pas à travers des rencontres, au départ un simple divertissement, que l'on peut se faire une idée juste sur une personne qu'on ne connaît que virtuellement, encore moins construire des relations solides et durables», s'exclame Hanâa, une jeune étudiante marocaine habitant en France et fervente internaute, qui nous cite des exemples de certaines amies à elle qui ont pâti d'une tendance passagère. «Les préjugés, Internet aidant, que l'on a sur certaines personnes pouvent jouer en la faveur de développement d'une pareille relation comme ils pouvent la tuer dans l'œuf. La réalité de ce que nous sommes est toute autre. La déception, de part comme d'autre, est toujours au bout du tunnel », insiste-t-elle. Le charme d'un rapport virtuel reste toujours à la fois limité et exagéré par la distance qui sépare le « couple ». Un joli vase, facilement cassable. Le moyen de communication universel, serait-il en train de tuer la communication…la vraie?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.