Le Conseil de gouvernement adopte un projet de décret fixant les indemnités versés aux magistrats hors grade    Nomination : Chadi Chemaly à la tête du Fairmont Royal Palm Marrakech    BVC : la confiance envers les actions à un plus haut    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Soutien des Etats-Unis «au droit d'Israël à se défendre»    Serie A: AC Milan cartonne, la Juve entretient l'espoir    RSB-RCAZ (2-0) : Lahouasseli responsable deux fois !    RCA-FUS (1-1) : Le Fath s'offre un nul in extremis !    ASFAR-MAS (3-2) : Une belle remontada face à une amère désillusion !    Conseil de gouvernement: adoption d'un projet de loi portant création de l'Agence nationale des eaux et forêts    CMC: La campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    Météo/Maroc: temps généralement stable ce jeudi 13 mai    M'diq-Fnideq: Madaëf soutient les porteurs de projets touristiques    Botola: Remontada de l'AS FAR face au MAS    Botola: le Raja accroché (1-1) par le FUS (Vidéo)    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Agadir: la veille de l'Aid, les autorités mobilisées pour le respect des mesures préventives (Photo)    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    Lions de l'Atlas : Le Maroc affrontera le Ghana et le Burkina Faso en amical    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    Streaming musical: Spotify améliore les options de partage pour les réseaux sociaux    Aïd Al Fitr: Grâce royale au profit de 810 personnes    Le Maroc place la question palestinienne au même rang que sa cause nationale (El Otmani)    Conseil de gouvernement : adoption d'un projet de loi portant création de l'Agence nationale des eaux et forêts    «Aywad»: un hymne à la vie    Covid-19: maintien du couvre-feu de 20h à 6h durant les jours de l'aid el fitr    Le PPS condamne l'agression contre la Palestine    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 12 mai 2021 à 16H00    Journée internationale des musées : ouverture exceptionnelle et gratuite des musées affiliés à la FNM    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    Aid El Fitr 2021: voici la date de la fin du Ramadan au Maroc    CMC : la campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    Tan-Tan : saisie de 6,5 tonnes de chira, cinq individus interpellés (photos)    Nasser Bourita aborde les relations maroco-ivoirienne avec son homologue, Kandia Camara Kamissoko    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président algérien nomme un ancien diplomate au poste de Premier ministre
Publié dans Barlamane le 29 - 12 - 2019

La nomination d'un nouvel arrivant politique intervient alors que le pays est aux prises avec un mouvement de protestation exigeant une refonte complète du système.
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a nommé un universitaire peu connu et un diplomate à la retraite comme nouveau Premier ministre, qui a promis de regagner la confiance des gens après des mois de manifestations de rue massives.
Abdelaziz Djerad, 65 ans, a été invité par Tebboune samedi à former le prochain gouvernement algérien, selon l'agence de presse officielle APS. Dans sa première déclaration publique, Djerad a déclaré qu'il était crucial que les autorités s'efforcent de «regagner la confiance des gens» et s'est engagé à rassembler les Algériens pour relever «les défis socio-économiques et nous sortir de cette période délicate».
Auparavant, Djerad a été secrétaire général de la présidence au milieu des années 90 et a occupé le même poste au ministère des Affaires étrangères de 2001 à 2003.
Les manifestants sont d'abord descendus dans les rues du pays en février pour s'opposer à la décision du président de longue date Abdelaziz Bouteflika de briguer un cinquième mandat à la présidence. Mais les protestations se sont accentuées après la démission de Bouteflika. Les militants pro-démocratie ont appelé au retrait de l'armée de la scène politique et d'écarter tous ceux qui ont servi sous l'ancien président.
Au lieu de cela, le chef de l'armée de l'époque, Ahmed Gaid Salah, qui est effectivement devenu le chef de facto du pays, a organisé la tenue de la présidentielle qui a finalement eu lieu le 12 décembre, malgré l'opposition du mouvement de protestation.
Depuis le début des manifestations, Djerad, professeur de sciences politiques, est devenu un critique acerbe de l'élite politique algérienne. Ses apparitions dans des talk-shows politiques se sont multipliées dans les semaines qui ont précédé la destitution de Bouteflika.
Il s'est également prononcé contre la tenue du vote présidentiel qui a amené Abdelmadjid Tebboune au pouvoir, affirmant que des réformes radicales devaient être adoptées avant qu'un tel vote puisse avoir lieu.
« Si un président est élu dans le contexte actuel, actuellement imposé aux Algériens, il y aura une autre crise plus importante et une rupture totale entre les gouverneurs et les gouvernés », a déclaré Djerad aux médias d'Etat en avril, cité par le site d'information local TSA.
En juin, il a remis en question la gestion de la crise par les militaires, demandant la raison pour laquelle le haut commandement de l'armée n'avait pas retiré son soutien au Premier ministre d'alors Noureddine Bedoui et au président par intérim Abdelkader Bensalah, tous deux considérés par le mouvement de protestation comme des vestiges de la vieille garde.
«Dans toute négociation ou dialogue, il y a des signaux que nous devons émettre à qui nous parlons. Le véritable acteur en puissance, l'armée, pourrait envoyer ces signaux en destituant le Premier ministre et aussi le président, d'autant plus que leur départ leur coûtera rien politiquement», a-t-il déclaré à la TSA.
L'armée, qui a été un arbitre clé du pouvoir économique et politique en Algérie depuis son indépendance de la France en 1962, avait insisté pour que le vote ait lieu.
Des milliers d'Algériens ont manifesté vendredi pour la 45e semaine consécutive contre Tebboune, qu'ils ont rejeté comme un loyaliste de Bouteflika trié sur le volet par le chef de l'armée Ahmed Gaid Salah, mort le 23 décembre d'une crise cardiaque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.