Idiotorial : L'ovalie a son virus    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Météo : le temps et les températures prévus ce lundi au Maroc    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Les marchands non financiers anticipent une diminution de leur activité    Rapatriement de 290 Marocains bloqués au Canada    Le Maroc accueillera le premier Canopy by Hilton en Afrique du Nord    Le Parlement et le HCP renforcent leur coopération    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Safi en quarantaine : Le spectre du reconfinement plane sur d'autres cités    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil dans le meilleur des PJD    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Tarik Haddi, nouveau président de l'AMIC    Des ministres gaffeurs!    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    L'ANP et l'AFD pour un développement durable et compétitif des ports    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Radouane Amine : « Nous défendons la thèse mettant l'humain au centre de tout modèle de développement »    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie : pour leur 52ème marche, les manifestants déterminés à réclamer le départ du régime
Publié dans Barlamane le 14 - 02 - 2020

Les manifestants sont redescendus en nombre dans les rues d'Alger, le 14 février, pour un 52ème vendredi consécutif, à l'approche du premier anniversaire du mouvement de contestation populaire inédit du système en place.
Les rues du centre d'Alger étaient bondées pour ce 52ème vendredi consécutif de contestation contre le système au pouvoir depuis l'indépendance de l'Algérie en 1962 et contre le maintien de l'appareil du président déchu Abdelaziz Bouteflika au pouvoir. Une foule compacte a défilé dans le centre de la capitale, plus importante que les vendredis précédents. Il est toujours impossible d'évaluer précisément le nombre des manifestants en l'absence de tout comptage officiel.
«On veut un vrai changement politique! Nous n'allons pas nous arrêter !», scandaient les protestataires, encadrés par un imposant dispositif policier, à l'adresse des caciques du régime.
Des manifestants pacifiques se sont rassemblés dans les espaces urbains chaque semaine au cours des douze derniers mois, comprenant de quelques centaines à des centaines de milliers de participants le mardi et après la prière du vendredi. Traversant toutes les générations et les clivages sociaux, les manifestations n'ont montré aucun signe d'arrêt, même si le nombre total a fluctué ces derniers temps. Cependant, avec des différences régionales et aucun soutien rural notable, des fissures commencent à apparaître dans la façade unifiée du mouvement.
L'aspect le plus frappant, c'est que les manifestants ont rigoureusement bloqué les tentatives d'infiltration dans leurs rangs. La question qui prévaut, comme dans tous les mouvements de protestation, est de savoir si les marches ont un avenir viable dans leur forme actuelle. Dans un premier temps, les manifestants ont demandé la démission du président d'alors, Abdelaziz Bouteflika, dont la candidature déclarée pour un cinquième mandat a déclenché la première manifestation spontanée en Kabylie, à l'est d'Alger, la capitale. Par le biais des réseaux sociaux, des manifestants dans d'autres villes – surtout Alger, Oran et Constantine – ont rejoint l'appel à la démission de M. Bouteflika, qui a abouti à des rassemblements de masse en mars ayant engendré sa démission début avril et le report des élections présidentielles prévu pour ce mois jusqu'en décembre.
Cependant, la dynamique politique en jeu a rapidement évolué. Les manifestations hebdomadaires se sont poursuivies après avril pour cibler l'ensemble de l'establishment politique algérien, avec des demandes de plus en plus vives pour une refonte complète de la structure et de la constitution de l'élite. Même avec la récente élection d'Abdelmadjid Tebboune à la présidence – dans des sondages largement boycottés par les manifestants – il faudra plus qu'un changement de garde de haut niveau pour modifier les objectifs du Hirak. Le nouveau président, lui-même un ancien Premier ministre aux relations conflictuelles avec l'entourage de M. Bouteflika, n'est pas un nouveau venu dans le système attaqué. Mais l'enjeu est de taille, surtout pour éviter le risque de conflits plus directs maintenant que les lignes de bataille politique sont redessinées cette année.
Il y a un an, l'establishment politique de l'Algérie – ou Le Pouvoir -, mélange des élites militaires et civiles selon la terminologie locale – était divisé sur la façon de concevoir un départ discret pour M. Bouteflika, qui était rarement vu en public depuis qu'il a été frappé d'un accident vasculaire cérébral en 2013. Son jeune frère, Saïd Bouteflika, a été largement accusé d'avoir abusé de sa position aux côtés de son frère pour permettre à un réseau corrompu d'oligarques de contester les intérêts acquis de l'appareil militaire algérien.
En mai, Gaid Salah a autorisé les arrestations de Saïd Bouteflika et de ses plus proches collaborateurs, ainsi que des deux derniers chefs du DRS, le service de renseignement militaire algérien, le très redouté Mohamed « Toufik » Mediene et son ancien adjoint Athmane Tartag. Tous ont été accusés de tentative de coup d'Etat et condamnés à 15 ans d'emprisonnement dans le cas des principaux coupables – une condamnation confirmée en appel cette semaine. Une fois de plus, cette manœuvre a été présentée comme une réponse aux demandes populaires de mettre fin à la corruption de haut niveau et aux abus de pouvoir commis par l'ombre au sein d'un Etat des services de renseignement. Pourtant, les manifestants ont persisté à identifier Gaid Salah comme une planche centrale du système qu'ils cherchaient à réformer, ce qui a conduit à de nouvelles arrestations des critiques les plus virulents de la campagne présidentielle prévue pour décembre.
En l'occurrence, la victoire électorale de M. Tebboune le 12 décembre semble avoir ouvert la voie à une approche plus conciliante des manifestants, alors qu'il a présenté une feuille de route pour la réforme constitutionnelle, promettant des élections législatives d'ici la fin de 2020, et a commencé à libérer des milliers de détenus du Hirak. La mort soudaine de Gaid Salah, le 23 décembre, a également laissé la place à des changements dans la direction militaire, sinon dans son organigamme général.
Pourtant, il subsiste un désaccord sur la direction que le pays devrait prendre. L'Algérie rurale, qui a voté en plus grand nombre que les boycotteurs urbains, semble désormais plus prête à engager le dialogue offert par la nouvelle présidence, influencée par la stabilité offerte par l'armée. Mais pour beaucoup dans le Hirak, les changements proposés manquent de crédibilité alors que les principaux piliers de l'establishment restent en place.
En l'absence d'une plate-forme politique propre, le Hirak risque d'être dépassé ou divisé. Une coalition de partis d'opposition établis sous l'égide d'un pacte démocratique alternatif prétend défendre la rue en énonçant ses propres demandes de réformes constitutionnelles dans le cadre d'un dialogue avec le nouveau président. D'autres avertissent que l'engagement devrait se concentrer sur les mécanismes nécessaires pour faire respecter les lois et la constitution existantes plutôt que sur des déclarations sans effet véritable.
Il manque toujours un processus convenu par lequel les prochaines étapes sont définies, y compris des discussions sur l'éléphant dans la pièce: l'économie. Dans un Etat qui tire encore 95% de ses revenus étrangers des exportations de pétrole et de gaz, la concurrence sur les recettes dominées par l'Etat a toujours divisé l'établissement algérien, même à des moments où des niveaux élevés de dépenses publiques ont été déchaînés pour anticiper le risque de manifestations populaires il y a dix ans.
Maintenant, avec des dépenses publiques dépassant les réserves financières à un rythme alarmant – les réserves de devises devraient presque diviser par deux de 62 milliards de dollars en 2019 à 34 milliards de dollars en 2021 – la taille du gâteau divisible diminue. Pendant des années, les Algériens ont évoqué la nécessité d'un nouveau contrat social, mais ils n'ont pas la vision et le leadership nécessaires pour réformer les structures économiques qui reposent depuis trop longtemps sur le favoritisme plutôt que sur des efforts productifs.
Les demandes de représentation et un système politique dans lequel tous les Algériens ont un intérêt pourraient continuer à être le cri de ralliement du Hirak. Mais traduire ces demandes en un modèle économique viable pour soutenir cette aspiration nécessite l'engagement d'un ensemble d'acteurs entièrement nouveaux, issus principalement des secteurs naissants de la start-up, de l'entreprise sociale et des nouvelles technologies de l'Algérie qui représentent le présent ainsi qu'un futur lointain.
Pour une société qui a tant souffert de la profonde méfiance des autres ainsi que de l'Etat, la spontanéité et la maîtrise de soi des manifestants Hirak sont un signe clair de leçons apprises sur les dangers réels d'un débordement dans la violence. Cependant, sans une stratégie claire pour gérer la diversité et la différence – et explorer de nouvelles façons de transformer la protestation en propositions concrètes – le mouvement risque d'imploser. Il est désormais nécessaire de tracer une feuille de route qui dépasse le seuil des slogans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.