Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie : les forces de sécurité ont eu recours à une répression implacable pour réduire au silence des détracteurs pacifiques
Publié dans Barlamane le 18 - 02 - 2020

La vague de protestation qui a touché l'Algérie témoigne d'une foi renouvelée dans le pouvoir des citoyens et des citoyennes.
En Algérie, les autorités ont cherché à réprimer les manifestations en arrêtant arbitrairement et en poursuivant en justice de très nombreux manifestants, append-on du rapport annuel d'Amnesty International sur la situation des droits humains dans la région Mena (région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord) en 2019.
Dans ce contexte, l'ONG de défense des droits de l'Homme souligne que des policiers et des gendarmes, bien souvent en civil, ont arrêté arbitrairement des centaines de personnes qui manifestaient pacifiquement, et dans de nombreux cas ont confisqué leur téléphone afin d'empêcher la diffusion d'informations sur les événements. À partir du mois de juin, plus de 100 manifestants ont été renvoyés devant les tribunaux pour répondre de charges liées à l'expression, pourtant pacifique, de points de vue sur le Hirak ou d'opinions exprimées pendant des manifestations. Des dizaines d'entre eux ont été condamnés à des peines de prison.
En juin et juillet, le ministère public a inculpé au moins 34 manifestants et manifestantes pacifiques d'«atteinte à l'intégrité du territoire national». En octobre et novembre, les tribunaux ont condamné au moins 28 de ces personnes à des peines allant jusqu'à 18 mois de prison. En septembre, 24 militants au moins ont été inculpés d'«incitation à un attroupement non armé», rapporte Amnesty International.
En outre, le lancement de la campagne pour l'élection présidentielle, en novembre, a été marqué par la multiplication des arrestations par les forces de sécurité. Selon des organisations locales de défense des droits humains, 300 personnes au moins auraient été arrêtées pour la seule période allant du 17 au 24 novembre. En décembre, les autorités ont libéré au moins 13 militants pacifiques. Les autorités ont interdit les activités de plusieurs associations, bien souvent pour des motifs liés aux manifestations organisées dans le cadre du Hirak. Au cours de l'année, au moins 10 journalistes algériens qui couvraient les manifestations du Hirak ont été arrêtés et quatre journalistes étrangers ont également été interpellés, puis expulsés.
De plus, les autorités ont ordonné la fermeture de 9 églises chrétiennes. Les forces de sécurité ont arrêté et détenu des milliers de migrants venus d'Afrique subsaharienne. Certaines de ces personnes ont été transférées de force dans l'extrême sud de l'Algérie, d'autres ont été expulsées vers d'autres pays, affirme le rapport.
A noter que des organisations de défense des droits des femmes se sont mobilisées dans le cadre du Hirak et ont réclamé la fin de toutes les formes de violence liée au genre et l'abrogation du Code de la famille, qui est discriminatoire à l'égard des femmes dans les domaines du mariage, du divorce, de la garde des enfants et de la tutelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.