«Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    Tourisme: Tanger consolide sa croissance grâce au TGV    Volkswagen offre 830 millions d'euros au profit de 400.000 clients    Bourse de Casa: la performance hebdomadaire (10-14 janvier) dans le vert    Botola Pro : classement et résultats de la 16ème journée    Fédération royale marocaine de basket-ball : une étape cruciale du plan d'urgence    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Voici les prévisions météo pour la journée du lundi 17 février 2020    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Les Tangérois Next Kids remportent la compétition nationale de robotique "First Lego League"    SIEL 2020 : le CNDH discute de la situation carcérale au Maroc    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    De rupture en échec    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives
Publié dans Barlamane le 27 - 01 - 2020

Une alliance de partis et d'associations liés au « Hirak » s'est engagée samedi à Alger à rassembler les forces de ce mouvement de contestation populaire inédit face à un pouvoir accusé d' »autoritarisme ».
La contestation populaire s'organise. Regroupée au sein du Pacte pour l'alternative démocratique (PAD), cette coalition anti-régime a organisé des « assises pour l'alternative démocratique » pour discuter de l'avenir du « Hirak » après la présidentielle du 12 décembre, qualifiée de « mascarade électorale », qui a abouti à l'élection d'un nouveau chef d'Etat, Abdelmadjid Tebboune.
Le PAD s'est constitué après la démission en avril dernier, sous la pression de la rue, du président Abdelaziz Bouteflika, afin d'élaborer un cadre au changement du « système » en place depuis l'indépendance du pays en 1962, notamment via la mise sur pied d'institutions de transition. Il comprend notamment le Front des forces socialistes (FFS) et le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), deux partis d'opposition, mais aussi la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH) ou le Rassemblement Action Jeunesse (RAJ).
Déclenché le 22 février 2019, « le +Hirak+ a lancé le processus d'un Etat de droit pour fermer définitivement la page de la dictature militaire », a plaidé Mohcen Belabbes, le président du RCD, devant quelque 200 participants. Dans une « plate-forme pour l'aboutissement démocratique de la révolution citoyenne », adoptée à la fin des travaux, les participants exigent « l'organisation d'une période de transition démocratique à même de satisfaire les aspirations légitimes du peuple algérien ».
Pour ce faire, les forces du PAD « œuvrent à la tenue d'une Conférence nationale indépendante du système », souligne la plate-forme. « Celle-ci rassemblera toutes les forces agissantes de la société qui (…) refusent le coup de force du 12 décembre et le processus de restauration de l'autoritarisme », détaille le document. En réponse à la vague de protestation, M. Tebboune, 74 ans, un ancien fidèle de Bouteflika, dit vouloir encourager le dialogue.
Dans un apparent geste d'apaisement, 94 personnes détenues pour des faits liés au « Irak » ont été remises en liberté ces dernières semaines, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). Mais 124 restent emprisonnées. Une motion de soutien aux « détenus politiques et d'opinion » a été lue samedi devant l'assistance.
Le président Tebboune promet une réforme de la Constitution et un comité d'experts a été instauré pour la préparer. Le président algérien, qui s'efforce de s'attirer les bonnes grâces du « Hirak », a entamé des consultations avec des personnalités politiques, dont certaines réputées proches de la contestation, afin de parvenir à la promulgation d'une « Constitution consensuelle » qui serait soumise à référendum.
Selon M. Tebboune, « l'avis de tous sera pris en compte en ce qui concerne la méthodologie à suivre, mais également les problèmes dont souffre le pays ». « Dans un mois, c'est le 1er anniversaire de la révolution. Aujourd'hui, la rue exprime le rapport de force mais il n'est pas suffisant. Il faut reprendre l'initiative politique de façon à casser l'agenda du pouvoir qui s'impose contre nous et est en train de se recomposer », a plaidé samedi Salhi, vice-président de la LADDH.
Si, à l'approche du 1er anniversaire du « Hirak », la mobilisation est importante chaque semaine à Alger et dans certaines villes de province, elle marque le pas par rapport aux manifestations monstres du printemps 2019 ou aux cortèges ayant précédé la dernière présidentielle. Dans ses rangs mêmes, beaucoup s'interrogent sur la direction que doit prendre ce mouvement sans structure formelle, pluriel et pacifique. Parallèlement à la plate-forme du PAD, un collectif d'intellectuels vient de lancer un appel en faveur d' »une conférence nationale fédératrice » du « Hirak ».
Les signataires de cet appel, au nombre de 120 (universitaires, avocats, journalistes, étudiants) ambitionnent de faire « converger toutes les initiatives » des parties liées au mouvement de contestation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.