Concours national de langue russe    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Sopriam inaugure un nouveau DS Store à Casablanca    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    RAM: ouverture d'une nouvelle ligne Dakhla-Paris    Gestion d'actifs: une révolution est en marche    Le Maroc élu meilleur émetteur africain sur le marché financier international en 2021    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    Prévisions météorologiques pour le vendredi 18 juin 2021    SEM Pekka Hyvönen, Ambassadeur de la Finlande au Maroc : « Nous comptons faire du Maroc le pont entre la Finlande et les autres pays africains »    ONDA : 15 aéroports obtiennent le label "Airport Health Accreditation" de l'ACI    Coupes de la CAF : WAC et Raja pour briller sur le continent    Quatre ministres d'origine marocaine au sein du nouveau gouvernement israélien    Autriche: Retour à la normalité, le masque FFP2 n'est plus obligatoire    MRE/Prix des traversées maritimes: un projet de décret adopté    Nouvelle consécration pour Fouzi Lekjaa    Euro 2020: le Danemark tombe face à la Belgique (VIDEO)    Officiel : Sergio Ramos dit adieu au Real Madrid    Championnat d'Italie: Buffon de retour à Parme    CGLU : Boudra appelle à une réponse rapide aux exigences des villes africaines en matière de développement post-pandémie    La promotion des relations bilatérales au menu des entretiens de M. Bourita avec le président de l'Assemblée nationale de Serbie    Maroc/Covid-19: le bilan de ce jeudi 17 juin    Ouverture d'un hôpital privé à El Jadida    Météo Maroc: de la pluie attendue ce vendredi 18 juin    9 personnes arrêtées pour fabrication et vente d'armes blanches    Voyages : Ryanair lance une action en justice contre le gouvernement britannique    Le Maroc, premier pays arabe et africain à devenir «Membre Associé»    Après Biden-Poutine, Moscou salue le « bon sens » américain sur le dialogue stratégique    L'effet papillon et l'énergie créatrice    Disney investit l'animation africaine de science-fiction    Botola / IRT-RCA (0-3) : Le Raja assure et se rassure    Le chef du Hamas loue le rôle du Royaume dans la promotion de la paix    Législatives algériennes : les islamistes envisagent de faire partie de la prochaine coalition    Les Etats-Unis adoptent un jour férié commémorant la fin de l'esclavage    Allemagne : deux morts dans une fusillade, opération policière en cours    RAM. Vols additionnels à partir de l'Europe: voici les détails (PHOTO)    Célébration de la Journée nationale de la résistance : Une consécration de l'épopée de l'histoire de la lutte nationale    Sahara marocain: le Gabon apporte son « plein soutien » à l'initiative d'autonomie    L'ONMT lance une campagne de communication dédiée à la diaspora    Le projet de loi portant charte des services publics adopté à l'unanimité    La justice met la pression sur l'armée espagnole    Botola Pro : Victorieux, le Raja revient à trois points du WAC    Championnat arabe d'athlétisme : les Lions de l'Atlas débutent avec 3 médailles au 1er jour    Le réalisateur marocain Chakib Benomar n'est plus    Le clip de la chanson est porté par Assaad Bouab : Jihane Bougrine sort «Serek F'Bir»    Exposition: Hé, voilà une abstraction ni arrogante ni froide !    Parution: roman trépidant d'une trahison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives
Publié dans Barlamane le 27 - 01 - 2020

Une alliance de partis et d'associations liés au « Hirak » s'est engagée samedi à Alger à rassembler les forces de ce mouvement de contestation populaire inédit face à un pouvoir accusé d' »autoritarisme ».
La contestation populaire s'organise. Regroupée au sein du Pacte pour l'alternative démocratique (PAD), cette coalition anti-régime a organisé des « assises pour l'alternative démocratique » pour discuter de l'avenir du « Hirak » après la présidentielle du 12 décembre, qualifiée de « mascarade électorale », qui a abouti à l'élection d'un nouveau chef d'Etat, Abdelmadjid Tebboune.
Le PAD s'est constitué après la démission en avril dernier, sous la pression de la rue, du président Abdelaziz Bouteflika, afin d'élaborer un cadre au changement du « système » en place depuis l'indépendance du pays en 1962, notamment via la mise sur pied d'institutions de transition. Il comprend notamment le Front des forces socialistes (FFS) et le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), deux partis d'opposition, mais aussi la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH) ou le Rassemblement Action Jeunesse (RAJ).
Déclenché le 22 février 2019, « le +Hirak+ a lancé le processus d'un Etat de droit pour fermer définitivement la page de la dictature militaire », a plaidé Mohcen Belabbes, le président du RCD, devant quelque 200 participants. Dans une « plate-forme pour l'aboutissement démocratique de la révolution citoyenne », adoptée à la fin des travaux, les participants exigent « l'organisation d'une période de transition démocratique à même de satisfaire les aspirations légitimes du peuple algérien ».
Pour ce faire, les forces du PAD « œuvrent à la tenue d'une Conférence nationale indépendante du système », souligne la plate-forme. « Celle-ci rassemblera toutes les forces agissantes de la société qui (…) refusent le coup de force du 12 décembre et le processus de restauration de l'autoritarisme », détaille le document. En réponse à la vague de protestation, M. Tebboune, 74 ans, un ancien fidèle de Bouteflika, dit vouloir encourager le dialogue.
Dans un apparent geste d'apaisement, 94 personnes détenues pour des faits liés au « Irak » ont été remises en liberté ces dernières semaines, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). Mais 124 restent emprisonnées. Une motion de soutien aux « détenus politiques et d'opinion » a été lue samedi devant l'assistance.
Le président Tebboune promet une réforme de la Constitution et un comité d'experts a été instauré pour la préparer. Le président algérien, qui s'efforce de s'attirer les bonnes grâces du « Hirak », a entamé des consultations avec des personnalités politiques, dont certaines réputées proches de la contestation, afin de parvenir à la promulgation d'une « Constitution consensuelle » qui serait soumise à référendum.
Selon M. Tebboune, « l'avis de tous sera pris en compte en ce qui concerne la méthodologie à suivre, mais également les problèmes dont souffre le pays ». « Dans un mois, c'est le 1er anniversaire de la révolution. Aujourd'hui, la rue exprime le rapport de force mais il n'est pas suffisant. Il faut reprendre l'initiative politique de façon à casser l'agenda du pouvoir qui s'impose contre nous et est en train de se recomposer », a plaidé samedi Salhi, vice-président de la LADDH.
Si, à l'approche du 1er anniversaire du « Hirak », la mobilisation est importante chaque semaine à Alger et dans certaines villes de province, elle marque le pas par rapport aux manifestations monstres du printemps 2019 ou aux cortèges ayant précédé la dernière présidentielle. Dans ses rangs mêmes, beaucoup s'interrogent sur la direction que doit prendre ce mouvement sans structure formelle, pluriel et pacifique. Parallèlement à la plate-forme du PAD, un collectif d'intellectuels vient de lancer un appel en faveur d' »une conférence nationale fédératrice » du « Hirak ».
Les signataires de cet appel, au nombre de 120 (universitaires, avocats, journalistes, étudiants) ambitionnent de faire « converger toutes les initiatives » des parties liées au mouvement de contestation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.