Marché de capitaux : Près de 77 MMDH de levées en 2020    En-Nesyri buteur de la Liga grâce à un nouveau triplé    CHAN : La Guinée rattrapée par la Zambie sur le fil !    CHAN / Namibie-Tanzanie : Une première... les 3 arbitres étaient des femmes !    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Orange Maroc se prépare à la 5G    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives
Publié dans Barlamane le 27 - 01 - 2020

Une alliance de partis et d'associations liés au « Hirak » s'est engagée samedi à Alger à rassembler les forces de ce mouvement de contestation populaire inédit face à un pouvoir accusé d' »autoritarisme ».
La contestation populaire s'organise. Regroupée au sein du Pacte pour l'alternative démocratique (PAD), cette coalition anti-régime a organisé des « assises pour l'alternative démocratique » pour discuter de l'avenir du « Hirak » après la présidentielle du 12 décembre, qualifiée de « mascarade électorale », qui a abouti à l'élection d'un nouveau chef d'Etat, Abdelmadjid Tebboune.
Le PAD s'est constitué après la démission en avril dernier, sous la pression de la rue, du président Abdelaziz Bouteflika, afin d'élaborer un cadre au changement du « système » en place depuis l'indépendance du pays en 1962, notamment via la mise sur pied d'institutions de transition. Il comprend notamment le Front des forces socialistes (FFS) et le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), deux partis d'opposition, mais aussi la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH) ou le Rassemblement Action Jeunesse (RAJ).
Déclenché le 22 février 2019, « le +Hirak+ a lancé le processus d'un Etat de droit pour fermer définitivement la page de la dictature militaire », a plaidé Mohcen Belabbes, le président du RCD, devant quelque 200 participants. Dans une « plate-forme pour l'aboutissement démocratique de la révolution citoyenne », adoptée à la fin des travaux, les participants exigent « l'organisation d'une période de transition démocratique à même de satisfaire les aspirations légitimes du peuple algérien ».
Pour ce faire, les forces du PAD « œuvrent à la tenue d'une Conférence nationale indépendante du système », souligne la plate-forme. « Celle-ci rassemblera toutes les forces agissantes de la société qui (…) refusent le coup de force du 12 décembre et le processus de restauration de l'autoritarisme », détaille le document. En réponse à la vague de protestation, M. Tebboune, 74 ans, un ancien fidèle de Bouteflika, dit vouloir encourager le dialogue.
Dans un apparent geste d'apaisement, 94 personnes détenues pour des faits liés au « Irak » ont été remises en liberté ces dernières semaines, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). Mais 124 restent emprisonnées. Une motion de soutien aux « détenus politiques et d'opinion » a été lue samedi devant l'assistance.
Le président Tebboune promet une réforme de la Constitution et un comité d'experts a été instauré pour la préparer. Le président algérien, qui s'efforce de s'attirer les bonnes grâces du « Hirak », a entamé des consultations avec des personnalités politiques, dont certaines réputées proches de la contestation, afin de parvenir à la promulgation d'une « Constitution consensuelle » qui serait soumise à référendum.
Selon M. Tebboune, « l'avis de tous sera pris en compte en ce qui concerne la méthodologie à suivre, mais également les problèmes dont souffre le pays ». « Dans un mois, c'est le 1er anniversaire de la révolution. Aujourd'hui, la rue exprime le rapport de force mais il n'est pas suffisant. Il faut reprendre l'initiative politique de façon à casser l'agenda du pouvoir qui s'impose contre nous et est en train de se recomposer », a plaidé samedi Salhi, vice-président de la LADDH.
Si, à l'approche du 1er anniversaire du « Hirak », la mobilisation est importante chaque semaine à Alger et dans certaines villes de province, elle marque le pas par rapport aux manifestations monstres du printemps 2019 ou aux cortèges ayant précédé la dernière présidentielle. Dans ses rangs mêmes, beaucoup s'interrogent sur la direction que doit prendre ce mouvement sans structure formelle, pluriel et pacifique. Parallèlement à la plate-forme du PAD, un collectif d'intellectuels vient de lancer un appel en faveur d' »une conférence nationale fédératrice » du « Hirak ».
Les signataires de cet appel, au nombre de 120 (universitaires, avocats, journalistes, étudiants) ambitionnent de faire « converger toutes les initiatives » des parties liées au mouvement de contestation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.