Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Visites de feu SM Mohammed V à Tanger et à Tétouan    Courriers et colis destinés à l'international : Barid Al-Maghrib prévoit des changements    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Lévinas, le visage, l'humanité    91 nouveaux cas, 1275 cas cumulés ce mercredi à 18H, et 97 guérisons    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    Solidarité nationale : OLA Energy Maroc se mobilise    La controverse fait rage entre les écoles privées et les parents d'élèves    L'Espagne retrouve l'espoir dans la gestion de la pandémie    BVC: les sociétés du Masi devraient verser près de 19,3 MMDH de dividendes    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Avis Locafinance : une flotte de véhicules à disposition du personnel soignant    Recherche Covid-19 : Les pays les plus actifs selon le Coronavirus Research Index    Coronavirus : 83% des entreprises en arrêt total de travail selon une étude    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    En collaboration avec GE Healthcare : Ford produira 50.000 ventilateurs respiratoires dans son usine du Michigan    Grâce à la campagne : 24 élèves du douar Islane bénéficient de tablettes numériques    La récession de l'économie mondiale anticipée par Coface    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Présidence du Ministère public : Appel à l'application stricte des dispositions sur le port de masque    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les autorités de La Mecque ordonnent l'arrestation d'une rappeuse saoudienne
Publié dans Barlamane le 24 - 02 - 2020

Dans un clip posté en ligne et intitulée «Bent Mecca» [La Fille de La Mecque »], Asayel Slay salue le courage et la force des femmes vivant dans la ville la plus sainte de l'islam.
Pour les autorités de La Mecque, la rappeuse saoudienne a offensé «les coutumes et les traditions du peuple saoudien». Contrastant avec les récentes levées de restriction sur les divertissements dans le royaume ultraconservateur, les dirigeants de la ville sainte ont ordonné, jeudi 20 février, l'arrestation de la rappeuse Asayel Slay.
Dans un clip posté en ligne et intitulée Bent Mecca, Asayel Slay, voilée et portant des lunettes de soleil et un piercing dans le nez, salue le courage des femmes vivant à La Mecque, les qualifiant de «bonbons en sucre».
« Une fille de La Mecque, c'est tout ce dont vous avez besoin/Ne la contrariez pas, elle vous fera du mal », rappe notamment Asayel Slay, avant de décrire les femmes originaires de la ville la plus sainte de l'islam, comme plus belles et plus fortes que toutes les autres Saoudiennes.
Le gouverneur de La Mecque, Khaled Al-Fayçal, a ordonné l'arrestation de la chanteuse, estimant sur Twitter que la jeune femme «offense les coutumes et les traditions du peuple de La Mecque et contredit l'identité et les traditions de sa bien-aimée population».
Le clip puis les propos de M. Fayçal ont suscité une vague d'indignation sur les réseaux sociaux. « Je viens de La Mecque et la seule chose que je trouve offensante est votre racisme et misogynie et votre guerre contre une jeune femme », a déclaré sur Twitter un internaute saoudien, en référence notamment au fait que la jeune femme est noire. Derrière le hashtag #You_Are_Not_Mecca's_Girls, certains utilisateurs de Twitter s'en étaient plus tôt pris aux origines africaines de la rappeuse, demandant son emprisonnement, puis expulsion.
«C'est typique du gouvernement saoudien : inviter des influenceurs occidentaux pour laver les crimes du régime mais attaquer les véritables femmes saoudiennes qui essaient d'exprimer artistiquement leur identité culturelle», a réagi une autre internaute.
Sous l'impulsion du prince héritier Mohammed Ben Salman, homme fort du royaume cherchant à le débarrasser de son image ultraconservatrice, l'Arabie saoudite encourage en effet l'essor des divertissements sur son territoire. Un festival de musique électronique a ainsi été organisé en décembre près de la capitale, auquel ont assisté de nombreuses Saoudiennes, parfois non voilées.
Mais cet assouplissement des normes sociales – bien accueilli par les habitants, dont les deux tiers ont moins de 30 ans – s'est aussi accompagné d'une répression des opposants. Les associations et les organisations non gouvernementales ont ainsi dénoncé l'arrestation de journalistes, d'écrivains et de militants en novembre, et le royaume reste scruté par la communauté internationale pour son bilan en matière de droits humains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.