Via agence ou mobile, Cash Plus simplifie l'ouverture d'un compte de paiement    Expérience client multicanale : Eqdom lance son service de crédit en ligne    Nouveauté Nissan Juke : Un retour remarqué    Explosion au Liban : bilan provisoire, ce que l'on sait    Iker Casillas annonce sa retraite    Covid-19 : le gouvernement prend des mesures pour Tanger et Fès    Météo : temps chaud au Maroc, jusqu'à 45 degrés prévus mercredi    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche encore plus virulente    Discours du Trône : début d'opérationnalisation    Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    Covid-19: 1.021 nouveaux cas confirmés au Maroc, 661 guérisons en 24H    Hôtellerie : Accor compte supprimer 1.000 emplois dans le monde    Les délais de paiement, un problème posé avec acuité    Bernal frappe fort à moins d'un mois du Tour    L'Espanyol demande à LaLiga d'annuler sa relégation    La CAF dévoile le calendrier des finales des compétitions interclubs    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    L'intensification des échanges commerciaux bénéficie économiquement aux femmes    Tikhanovskaïa, une femme ordinaire devenue égérie pour bouleverser le Bélarus    Un Banksy vendu aux enchères au profit d'un hôpital de Bethléem    Mel Gibson complètement remis du coronavirus    Au Bac, le taux dé réussite a frôlé les 80%    Pour congés écourtés ou annulés, mais pas que...    Accident mortel à Tamri    France/Covid-19: Macron annonce une nouvelle mesure    Entretien avec Omar Menzhi, expert en épidémiologie    Fortes chaleurs: Soyons vigilants    Le Discours de la clarté et de l'espérance    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    Football: La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Officiel : Wail Sadaoui rejoint le Raja    Belhanda sur les pas d'Amrabat?    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Biélorussie: Svetlana Tsikhanovskaia en passe de détrôner Loukachenko    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Accident d'Agadir: ce que l'on sait    Une transaction sur 50 est frauduleuse    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    L'application TikTok sera bannie aux Etats-Unis si...    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Koert Debeuf : L'importance du Maroc dans le conflit libyen réside dans sa neutralité    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Algérie et au Liban, deux affaires de corruption ébranlent Sonatrach
Publié dans Barlamane le 09 - 07 - 2020

L'Algérie a ouvert une enquête sur l'acquisition par La compagnie d'hydrocarbures Sonatrach de la raffinerie d'Augusta en Italie. De plus, l'une des filiales de l'entreprise algérienne d'énergie s'est retrouvée dans le collimateur d'un tribunal libanais.
La Sonatrach, pilier de l'économie rentière algérienne et l'arme soft power de ses dirigeants, est actuellement secouée par deux affaires de corruption présumées. Une d'elles concerne l'acquisition par la firme de la raffinerie Augusta, située sur la côte est de la Sicile, en 2018, affirme le journaliste algérien Farid Alilat, dans une enquête très fouillée.
Le jeudi 2 juillet, Ahmed El-Hachemi Mazighi, ancien vice-président du marketing de Sonatrach, a été placé sous mandat de dépôt à la prison d'El Harrach et a été inculpé d'allégations de «gaspillage de fonds publics et d'usurpation de la personnalité d'un agent public». Un scandale qui entache la présidence d'Abdelmadjid Tebboune, alors que le sort actuel du secteur pétrolier se trouve face à des défis de gouvernance pressants, à des tensions diverses, et devant l'urgence d'un redéploiement stratégique.
D'autres personnes associées à l'affaire seront interrogées par le juge d'instruction dans les prochains jours. Selon The Africa Report, Abdelmoumen Ould Kaddour, ancien PDG de Sonatrach (de mars 2017 à avril 2019), actuellement à l'étranger, n'a pas reçu de convocation des juges d'Alger.
En décembre 2018, la filiale italienne d'ExxonMobil, Esso Italiana, a finalisé la vente de sa raffinerie d'Augusta à Sonatrach pour un peu moins de 800 millions de dollars. L'accord comprenait également trois terminaux de carburant à Palerme, Naples et Augusta, ainsi que leurs pipelines associés, ajoute le portail électronique.
Au moment de la vente, le groupe américain ExxonMobil a conclu un contrat d'achat de pétrole de 10 ans avec la raffinerie. La Sonatrach, qui avait également envisagé deux autres raffineries, l'une en France et l'autre en Italie, a engagé deux sociétés de conseil internationales pour explorer leur acquisition.
Cependant, l'achat de la raffinerie d'Augusta a été controversé autant pour son coût que pour le choix du site lui-même. Certains experts ont constaté que la société pétrolière algérienne avait payé en trop la raffinerie, tandis que d'autres ont noté que les installations de la raffinerie étaient en mauvais état et non rentables, et que Sonatrach devrait engager une quantité importante de ressources financières pour mettre la raffinerie en conformité avec les normes environnementales européennes en vigueur.
De plus, les événements survenus plus tard lors de la mise en service du complexe ont renforcé les arguments des critiques contre l'acquisition – des critiques qui avaient averti que l'accord était au mieux une arnaque et au pire un acte de fraude.
En janvier 2020, Sonatrach a obtenu un prêt de 250 millions de dollars de la Arab Petroleum Investments Corporation (APICORP) pour financer la maintenance de la raffinerie d'Augusta et couvrir les achats de pétrole brut d'Arabie saoudite pour le site sicilien.
Avec le recul, ce prêt soulève-t-il des signaux d'alarme? Avec l'ouverture d'une enquête, les autorités judiciaires algériennes rendent hommage à ceux qui considéraient l'acquisition de la raffinerie d'Augusta comme une nouvelle tache sur la réputation de la compagnie pétrolière.
Un ancien cadre supérieur de Sonatrach qui souhaitait garder l'anonymat a considéré cela comme un non-sens, ajoutant que l'achat de la raffinerie d'Exxon répondait à deux critères principaux: «Sonatrach ne pouvait pas continuer à importer pour 2 milliards de dollars de produits pétroliers raffinés. Financièrement, cela devenait insoutenable pour l'entreprise, qui avait été durement touchée par la chute des prix du pétrole. Et la construction d'une nouvelle raffinerie aurait pris de cinq à dix ans et coûterait au moins 5 milliards de dollars. Le complexe d'Augusta nous a coûté près du cinquième du prix d'une toute nouvelle raffinerie. »
Conseiller de Kaddour à l'époque, Mazighi a dirigé le projet d'achat d'Augusta et a mené le processus de négociation pendant plus d'un an. Il a été braqué sous les projecteurs pour défendre le choix du site et a fourni l'argument suivant pour son adéquation: « La raffinerie d'Augusta offre les meilleurs rendements en carburant et en huile de base. »
Peu de temps après l'acquisition, Mazighi – dont les anciens collègues le décrivent comme aussi brillant que discret – a été nommé vice-président du marketing.
Licencié de son poste en mars 2020, au début de l'épidémie de coronavirus, il aurait menacé de révéler des informations d'initiés sur le projet s'il en tenait responsable.
Selon une personne ayant participé à la négociation de l'accord, l'accord d'acquisition de la raffinerie d'Augusta avait été approuvé par le bureau du président de la République d'Algérie et le gouvernement, qui était à l'époque sous la direction du Premier ministre Ahmed Ouyahia .
« Le conseil d'administration de Sonatrach, composé de représentants du bureau du président, du ministère de l'Énergie, du ministère des Finances, de l'administration fiscale algérienne et de la Banque d'Algérie, a donné son feu vert à l'acquisition », a indiqué la même source, ajoutant que Mazighi ne peut pas prendre tout le blâme.
C'est particulièrement le cas étant donné que des questions se sont posées immédiatement après l'annonce de l'achat du complexe en Sicile.
L'enquête ouverte à Alger fait suite à une enquête ouverte en avril au Liban sur des allégations selon lesquelles Sonatrach aurait fourni du carburant contaminé, via sa filiale Sonatrach International Petroleum Exploration & Production BVI (SIPEX), au service public d'électricité du Liban, Électricité du Liban (EDL). .
«Le carburant contaminé provient de la raffinerie d'Augusta, la même que celle acquise par Sonatrach», a déclaré Wadih Akal, un avocat libanais et membre du Free Patriotic Movement (FPM), fondé par le président libanais Michel Aoun. « Le contrat entre Sonatrach et EDL couvre plus de 2 milliards de dollars de livraisons de carburant par an », a-t-il ajouté.
Tout a commencé le 11 mars 2020, lorsque le navire de la Baltique est arrivé au Liban avec un chargement de carburant pour deux centrales électriques gérées par EDL, conformément à un contrat signé en 2005 par la société libanaise et la société algérienne de l'énergie.
Des tests effectués au Liban ont montré que le carburant transporté par le navire était de mauvaise qualité, en contradiction avec des tests précédemment effectués à Malte par des laboratoires appartenant à Bureau Veritas et d'autres par les laboratoires du ministère libanais de l'énergie et de l'eau.
Des tests supplémentaires effectués par EDL ont également confirmé la mauvaise qualité du carburant. Deux tests indépendants supplémentaires, l'un réalisé à Londres et l'autre à Dubaï par deux sociétés travaillant pour le compte d'EDL, ont une nouvelle fois montré que le carburant était contaminé. Après que les dénonciateurs ont renvoyé l'affaire à Ghada Aoun, procureur de la Cour d'appel du Mont-Liban, elle a ordonné l'ouverture d'une enquête sur plusieurs livraisons effectuées par cette filiale de Sonatrach.
« Au moins deux autres navires dont les expéditions provenaient de la raffinerie d'Augusta sont arrivés au Liban au début de cette année », a déclaré l'avocat. «Les deux transportaient pour près de 20 millions de dollars de carburant.»
Après trois mois d'enquête, l'enquête a abouti à une première série d'actes d'accusation. Lundi 6 juillet, Aoun a demandé que des accusations soient portées contre Aurore Feghali, directrice générale du pétrole au ministère libanais de l'Énergie et de l'Eau, et Sarkis Hlaiss, chef des installations pétrolières du même ministère. Ils auraient falsifié des informations concernant les livraisons de carburant contaminé.
Plusieurs responsables d'installations pétrolières ont également été inculpés de corruption tandis que d'autres ont été arrêtés ou sont recherchés, dans une affaire qui s'est transformée en scandale gouvernemental.
L'un de ces responsables est Tarik Faoul, présenté par les autorités judiciaires libanaises comme le représentant de Sonatrach au Liban. Il est poursuivi pour «blanchiment d'argent» et «fraude». Sonatrach BVI, une filiale de la compagnie pétrolière algérienne, a été accusée de «fraude».
Finalement, l'Algérie a eu vent de toute l'agitation au Liban. Confronté à une avalanche d'allégations contre le géant public du pays, le président Abdelmadjid Tebboune a ordonné au ministre de la Justice d'ouvrir une enquête.
Les deux enquêtes algériennes sur l'affaire du combustible contaminé et l'acquisition de la raffinerie d'Augusta pousseront-elles les juges algériens à mener de nouvelles enquêtes au Liban et en Italie? Le potentiel est là.
Dans le cadre de l'enquête sur sept contrats d'une valeur de 8 milliards de dollars que Sonatrach a octroyés à la grande compagnie pétrolière italienne Eni entre 2007 et 2009, le juge algérien a rendu visite à ses homologues italien et libanais pour recueillir des preuves supplémentaires qui ont conduit à la condamnation de Chakib Khelil et de son homme de main Farid Bedjaoui en août 2013.
Selon The Africa Report, Khelil, qui a fui aux États-Unis en avril 2019, n'est pas étranger au contrat signé en 2005 entre Sonatrach et EDL depuis qu'il était ministre de l'Énergie à l'époque.
Bedjaoui, devenu citoyen libanais en juillet 2018, est également cité par les sources du journal à Beyrouth. La Sonatrach a déjà annoncé qu'elle ne renouvellerait pas l'accord avec EDL à son expiration le 31 décembre 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.