Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Driouch : une secousse tellurique de magnitude 4,1 degrés    L'arganier présente une forte plasticité écologique et climatique (Spécialiste )    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    France/Covid: Les députés valident une rallonge budgétaire de 7,2 mds d'euros    Nouvelle destination probable pour Mohamed Ihattaren    Le Maroc réitère son rejet des mesures israéliennes affectant le statut juridique d'Al-Qods    Driss Lachguar: L'USFP est depuis toujours un parti responsable qui place les intérêts du pays avant les siens    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région de Fès-Meknès    Les cours mondiaux des produits alimentaires poursuivent leur envolée    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    Foot africain : Hector Cuper sélectionneur de la RDC    Equipe nationale : Deux matches de préparation en juin prochain    Corruption: La loi n°19-46 publiée au B.O    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    Coronavirus au Maroc: 238 nouveaux cas et 513 guérisons en 24H    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    La prestation d'Amine Harit contre le Herta Berlin    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 617,5 MMDH au 19 mai    UEFA : La finale de la Ligue des champions déplacée d'Istanbul à Porto    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Marché des changes : le dirham se déprécie de 0,33% face à l'euro    Huawei : le Maroc favorable pour accélérer le développement de l'école numérique    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    Madaëf Eco6-Tamuda Bay: le CRI, l'APDN et Madaëf s'allient    Botola Pro: résultats, classement et buteur / 16ème journée    Prime 4-Replay: Voici le montant remporté par l'équipe de Hassan FOULANE...    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    BVC : la confiance envers les actions à un plus haut    Météo/Maroc: temps généralement stable ce jeudi 13 mai    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    «Aywad»: un hymne à la vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Éthiopie dénonce un rapport d'Amnesty : « ils ne voulaient pas nous écouter »
Publié dans Barlamane le 23 - 07 - 2020

Le procureur général fédéral éthiopien a rejeté le rapport d'Amnesty International publié en mai 2020 sous le titre «Au-delà de l'application des lois: violations des droits humains par les forces de sécurité éthiopiennes à Amhara et Oromia» comme étant fondamentalement défectueux, niant les accusations d'exécutions extrajudiciaires et de détentions massives.
L'Éthiopie a rejeté comme étant « unilatéral » un récent rapport d'Amnesty International sur les droits humains. Le rapport de l'ONG a accusé les forces de sécurité éthiopiennes d'avoir commis «de graves violations entre décembre 2018 et décembre 2019 malgré les réformes qui ont conduit à la libération de milliers de détenus, à l'élargissement de l'espace civique et politique et à l'abrogation des lois draconiennes, telles que la proclamation contre le terrorisme, qui était auparavant utilisée pour réprimer les droits de l'homme.»
Amnesty a documenté des violations présumées comme s'étant produites dans deux districts des États régionaux d'Amhara et d'Oromia. Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la paix 2019, a été élu en avril 2018 et s'est immédiatement lancé dans de vastes réformes politiques, sociales et économiques.
Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères éthiopien avait déclaré que le rapport était une « analyse unilatérale » qui n'a pas réussi à saisir de manière appropriée « la trajectoire politique plus large et les développements de la sécurité en Ethiopie » depuis le début des efforts de réforme.
«Alors que le processus de réforme a parfois connu des difficultés, le gouvernement éthiopien [GOE] a prouvé qu'il restait déterminé à construire une démocratie consolidée. Pour le GOE, la perte d'une seule vie est une de trop», a-t-il déclaré.
Le rapport publié en mai de cette année indiquait que les forces de sécurité éthiopiennes avaient tué au moins 25 personnes en 2019 dans les zones East Guji et West Guji de la région agitée d'Oromia au milieu de soupçons de soutien à un groupe rebelle, l'Armée de libération d'Oromo. Au au moins 10.000 personnes ont été détenues entre janvier et septembre, la plupart «soumises à des passages à tabac brutaux» a affirmé Amnesty.
Dans un communiqué, le bureau du procureur général a déclaré avoir formé un comité composé de bureaux des procureurs des régions d'Amhara et d'Oromia, de la police et d'organisations de la société civile (OSC) pour enquêter sur la crédibilité des prétendue violations aux droits de l'homme.
Il a ajouté que les efforts déployés pour tenir des consultations avec les hauts dirigeants d'Amnesty International au sujet du rapport n'avaient pas abouti en raison de la réponse inadéquate de l'ONG.
Selon sa déclaration, l'enquête menée par le comité a révélé que le rapport est « partiel et biaisé« , puisqu'il ne tenait pas compte « de la réalité objective du pays. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.