Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    Jerrada : Nouveaux projets pour renforcer les filières du miel et des arbres fruitiers    Aérien. La RAM dévoile ses nouveaux tarifs vers le Maroc    Législatives algériennes : le parti islamiste MSP revendique la majorité    Euro 2020 : Les Anglais convaincants ont battu les Croates décevants (1-0)    Euro 2020 : L'Autriche s'en sort bien face à la Macédoine du Nord (3-1)    Facilitation des démarches consulaires, douanières et sanitaires...les nouvelles directives de SM le Roi en faveur des MRE    Evolution du coronavirus au Maroc : 270 nouveaux cas, 523.890 au total, dimanche 13 juin 2021 à 16 heures    La résolution européenne sur le Maroc est "erronée" et "inappropriée", selon une sénatrice italienne    Algérie: Une APN qui n'a rien de populaire    Marge du G7: Bras de fer USA-Chine    Rassemblement à Paris des sympathisants du Hirak contre les législatives voulues par le «pouvoir assassin»    Cette Espagne hégémonico-nostalgique qui a mal du Maroc    Déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai 2021 (TGR)    La famille Belkhayat ouvre le capital de Dislog Industries à Mediterrania Capital Partner    Attijari Global Research : des convictions à l'épreuve de la crise    Euro 2021 : l'écroulement de Christian Eriksen réveille les souvenirs de scènes dramatiques    Pour un meilleur accueil des MRE: Prix raisonnables et nombre de rotations suffisant    L'Opinion : Désunis jusqu'à la fin !    Météo Maroc: Temps assez chaud avec nuages dans des régions (dimanche 13 juin)    L'AMDV veut que les réponses du législateur face aux violences sexuelles soient renforcées    Opération Marhaba 2021: des incertitudes planent toujours    Voyageurs : Le ministère de la santé publie les fiches à remplir    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    L'affaire Brahim Ghali a un nom : Arancha González Laya    France : les réservations vers le Maroc en très forte augmentation    Chine : 12 morts dans l'explosion d'une conduite de gaz dans un complexe résidentiel    OCP : franc succès pour la nouvelle émission obligataire internationale de 1,5 milliard de dollars    UNE RESOLUTION EUROPEENNE DENONCANT LE MAROC : CHERCHEZ L'ERREUR !!!    Oriental Le développement des zones frontalières, priorité pour l'Istiqlal    Journée mondiale du donneur de sang: un appel pressant à l'action pour augmenter la collecte de cette matière vitale    Plus de deux tonnes de drogue saisies à Mohammedia    Yassine Bounou évoque ses ambitions avec les Lions de l'Atlas    Hakimi et Lukaku dédient leurs buts à Christian Eriksen    Laâyoune: le droit à la santé à l'ère de la Covid-19 domine les débats de la CRDH    Karaté : Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Bruxelles attend de Biden des engagements clairs sur le partenariat transatlantique    Algérie: les élections législatives ne vont pas régler le problème (Think tank US)    Euro 2021: le Danemark s'incline devant la Finlande (VIDEO)    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un journaliste algérien condamné à 3 ans pour avoir couvert des manifestations, colère et indignation dans la société civile
Publié dans Barlamane le 11 - 08 - 2020

Le journaliste algérien Khaled Drareni a été condamné lundi à une peine de trois ans de prison, lors d'un procès que des groupes de défense des droits de la presse ont appelé à un test de liberté de la presse dans un pays récemment secoué par des manifestations antirégimes. Sa condamnation a provoqué l'ire de la société civile.
Un journaliste algérien qui a joué un rôle de premier plan dans la couverture du mouvement pro-démocratie du pays l'année dernière a été condamné lundi à trois ans de prison pour incitation à des manifestations non autorisées et atteinte à l'unité nationale.
Des dizaines de journalistes et d'activistes du mouvement Hirak ont manifesté devant le palais de justice, réclamant la liberté de Khaled Drareni. Ses partisans ont déclaré que le verdict rappelait l'époque étroitement contrôlée de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika, qui avait été repoussé par les manifestations de masse et dont le successeur avait promis une direction plus démocratique et plus ouverte.
L'arrestation de Drareni en mars a suscité une condamnation généralisée parmi les manifestants et les groupes de surveillance des médias tels que Reporters sans frontières. Drareni a travaillé avec l'organisation, a dirigé le site Web d'informations Casbah Tribune et a attiré de nombreux médias sociaux pour sa couverture des manifestations qui ont contribué à faire tomber Bouteflika.
En plus de l'envoyer en prison, le tribunal de Sidi M'Hamed a condamné le journaliste à une amende de 50 000 dinars (environ 400 dollars), selon le Comité national pour la libération des détenus.
Au cours du procès, qui s'est déroulé par vidéoconférence en raison de la pandémie COVID-19, Drareni a nié les actes répréhensibles et a déclaré qu'il ne travaillait que comme journaliste indépendant et exerçait son droit d'informer.
Reporters sans frontières, connu sous son acronyme français RSF, a qualifié le verdict de lundi d ‘«arbitraire et absurde» et l'a qualifié de «persécution judiciaire contre un journaliste qui est l'honneur de son pays», appelant à la mobilisation mondiale pour son soutien. Au moins un autre Algérien journaliste est actuellement en attente de jugement, selon RSF.
Des manifestations de masse ont fait tomber le président de longue date de l'Algérie et son entourage en avril 2019. Alors qu'un nouveau président a été élu en décembre, le mouvement pro-démocratie cherche un changement plus profond dans une nation dont les dirigeants ont été suivis par l'armée depuis son indépendance. France en 1962.
Dans leur affaire contre Drareni, les procureurs ont noté un message sur Facebook dans lequel Drareni a déclaré que le système politique algérien n'avait pas changé depuis l'élection en décembre d'Abdelmadjid Tebboune à la présidence, et que Drareni avait partagé un appel de plusieurs partis politiques à une grève générale.
«Khaled Drareni ne faisait que son travail d'information des citoyens. Il n'a commis aucun crime», a déclaré l'une de ses avocates, Fetta Sadat, à l'Associated Press. Le verdict «est la preuve que la justice algérienne n'est pas libre mais un instrument entre les mains du pouvoir qui peut être utilisé pour intimider les Algériens».
‘Arbitraire, absurde et violent'
Deux co-accusés dans le procès, les manifestants du Hirak Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche, ont été condamnés chacun à deux ans de prison, a déclaré Benissad, un avocat de l'équipe de défense qui prévoit de faire appel des condamnations.
L'organisme de surveillance de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF), pour lequel Drareni travaille également, a condamné la condamnation prononcée contre lui comme « arbitraire, absurde et violente ».
« Il s'agit clairement d'une persécution judiciaire contre un journaliste qui fait l'honneur de son pays », a déclaré le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire.
«La justice sous les ordres vient de faire de Khaled Drareni un symbole qui suscitera l'indignation et la mobilisation mondiale».
‘Je viens de faire mon travail'
Le procureur avait demandé que Drareni soit condamné à quatre ans de prison, à une amende et à la privation de ses droits civils à l'ouverture de son procès devant le tribunal de Sidi M'hamed à Alger le 3 août.
Un Drareni à l'air maigre a nié les accusations lorsqu'il est apparu par vidéoconférence en raison de mesures contre le coronavirus.
« Je viens de faire mon travail de journaliste indépendant », a-t-il déclaré, selon un communiqué de RSF, affirmant avoir exercé son « droit d'informer en tant que journaliste et citoyen ».
RSF, qui fait partie d'un comité international de soutien à Drareni, avait déclaré plus tôt qu ‘«une peine de prison serait la preuve d'un passage à l'autoritarisme» dans ce pays d'Afrique du Nord.
Si les juges devaient « accepter cet acte d'accusation absurde, cela montrerait que la justice et l'exécutif algériens ont tourné le dos aux idéaux d'indépendance du pays », a déclaré Deloire avant la condamnation.
Le Comité américain pour la protection des journalistes avait également demandé à l'Algérie « de libérer immédiatement et sans condition le journaliste Khaled Drareni, d'autant plus qu'il n'y a aucune preuve qu'il ait fait autre chose que son travail de journaliste ».
Répression des journalistes
La justice algérienne a intensifié les poursuites et les condamnations des journalistes, des militants du Hirak, des opposants politiques et des blogueurs ces derniers mois.
Certains journalistes ont été accusés de semer la discorde, de menacer les intérêts nationaux et d'être à la solde de «partis étrangers», plusieurs en prison et des procès en cours.
En juillet, Ali Djamel Toubal, correspondant du groupe de médias privé Ennahar, a été condamné à 15 mois de prison pour, entre autres, avoir diffusé des images montrant des policiers maltraitant des manifestants anti-régime.
RSF a classé l'Algérie au 146e rang sur 180 pays et territoires dans son Indice mondial de la liberté de la presse 2020, cinq places de moins qu'en 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.