DGSN: Les titres de séjour des étrangers de plus en plus sécurisés    Vaccins contre la grippe, en pénurie ?    Etude. Ces signes astrologiques les plus intelligents    Impôt sur les sociétés : une chute de 27,76% des recettes en 2021    Grande Bretagne. Le Labour éjecte Jeremy Corbyn    L'ouverture du consulat général des E.A.U. à Laâyoune aura lieu mercredi prochain    Le Conseil de sécurité salue le rôle des Commissions régionales du CNDH à Laâyoune et Dakhla    Nouvelles mesures restrictives : ce qui change à Al Hoceima    Covid-19: 3.256 nouveaux cas confirmés et 3.014 guérisons en 24H    Sahara Marocain : le mandat de la MINURSO renouvelé pour une année de plus    « Al Filahi Cash »: Le Crédit Agricole lance sa filiale de paiement    Turquie : la nostalgie du Califat    La journaliste Kaima Belouchi endeuillée    Séisme : Des morts et blessés à l'ouest de la Turquie    Raja-Zamalek : la date des demi-finales a été fixée    Coronavirus : Cristiano Ronaldo est négatif    Le Gabon réitère son appui à la marocanité du Sahara    Fonds Central d'Intervention pour les Urgences Humanitaires : Le Maroc, membre du Groupe consultatif    De nouveaux accords de coopération conclus entre le Maroc et Rwanda    Evolution du coronavirus au Maroc : 3256 nouveaux cas, 215.294 au total, vendredi 30 octobre à 18 heures    Vidéo : Profil de l'auteur tunisien de l'attentat de Nice (vidéo)    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Réseau FCA Morocco : La Continentale s'implante à Dar Bouazza    Maroc-USA : Des relations plus fortes que jamais    Reconfinement: la France s'attend à une récession de 11% en 2020 (ministre)    Relance économique : les associations de microcrédit bénéficieront aussi des garanties de la CCG    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    En 9 mois, les tribunaux du Royaume ont enregistré plus d'un million d'affaires    Mais où est donc Charlemagne ?    Casablanca : 12 ans de prison ferme pour avoir abusé d'une mineure    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Et revoilà Benkirane, le retour!    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM
Publié dans Barlamane le 25 - 09 - 2020

Jeudi 24 septembre, le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a dénoncé «la diffamation dont est victime l'accusatrice du journaliste Omar Radi». Certaines ONG sont, en effet, soupçonnées de tenter d'influer sur l'instruction du dossier et de complaisance avec le prévenu.
La procédure judiciaire visant le journaliste Omar Radi, 34 ans, a formellement commencé mardi 22 septembre avec sa comparution devant un juge d'instruction à Casablanca, dans un climat d'intimidation envers sa victime, Hafsa B. Omar Radi avait été placé en détention provisoire le 29 juillet à la prison d'Oukacha, à Casablanca. Il est visé par trois catégories de chefs d'inculpation : «atteinte à la sûreté extérieure de l'État», «atteinte à la sûreté intérieure de l'État» ainsi que viol, attentat à la pudeur et évasion fiscale.
Jeudi 24 septembre, le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a indiqué dans un communiqué ne pas pouvoir «se fier avec certitude aux rapports des organisations non gouvernementales» sur cette affaire. La sortie du SNPM intervient alors que le procès de Omar Radi relatif à son altercation avec des confrères, qui lui a valu début juillet une inculpation pour «ivresse sur la voie publique avec insultes et injures», a été reporté à fin octobre. Omar Radi avait déjà été condamné en début d'année à quatre mois de prison avec sursis pour «outrage à magistrat» après un tweet diffamant un juge.
S'agissant de l'affaire du viol, le SNPM affirme «sa condamnation de tous les crimes de viol, de harcèlement, de toutes les formes de violence et de tout comportement qui porte atteinte aux droits des femmes et qui dégrade leur dignité.» Il confirme «avoir écouté la version de la partie plaignante» à sa demande. «Par conséquent, nous considérons que toute tentative de dépeindre la victime déclarée comme empêtrée dans une intrigue contre Omar Radi est une violation de son droit de recourir aux tribunaux pour défendre ses droits» a déclaré l'organisme.
«Nous condamnons, au sein du Syndicat national de la presse marocaine, la tendance adoptée par certains médias étrangers et certaines organisations non gouvernementales, qui ont donné gain de cause à Omar Radi contre sa victime déclarée, accusant cette dernière d'être impliquée dans une intrigue dirigée contre lui, sans présenter aucune preuve légale, ce qui en fait, en pratique, contredit l'esprit du système universel des droits humains. Leurs allégations niant le droit d'une femme à réclamer ses droits, sous prétexte que Omar Radi est un "militant politique des droits humains"» note le SNPM dans son communiqué.
La victime déclarée de Omar Radi a prouvé vaillamment qu'elle a confiance dans son droit, et qu'elle saura le défendre jusqu'à épuisement de toute juridiction. Le SNPM désapprouve la cabale menée contre Hafsa B. «par certains médias et certaines organisations non gouvernementales, guidés par un principe à géométrie variable». Le syndicat note «que ces institutions, ailleurs, défendent l'ouverture d'enquêtes sur des accusations de viol et autres soupçons de violences sexuelles, malgré l'ancienneté des faits incriminés parfois», affirmant que «les droits des plaignantes sont respectés dans de tels cas.» «Lorsqu'il s'agit d'une femme marocaine, ce principe est foulé aux pieds, au motif que le prévenu est un "militant politique des droits de l'homme"», a-t-il ajouté, corrosif.
«Le SNPM confirme son soutien au droit de l'accusatrice de Omar Radi d'ester en justice, appelle à un procès équitable et au principe de l'égalité devant la loi» a conclu le syndicat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.