Climat : Des jeunes leaders marocains à l'honneur dans le cadre d'une campagne lancée par l'ONU    Mali: Un militaire français tué dans une attaque contre un camp de l'opération Barkhane à Gao    Essaouira : Le programme complémentaire de réhabilitation de Mogador, objet d'une visite ministérielle    Crise ukrainienne : Evacuation des familles du personnel de l'ambassade US en Ukraine    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 23 Janvier 2022 à 16H00    Images animées : Après 35 ans de gloire, le GIF est ringardisé    Italie: Berlusconi renonce à briguer la présidence    Lancement à Témara d'un projet centré sur le renforcement de la participation politique des femmes    Cameroun: Au moins 16 morts dans un incendie "accidentel" dans une discothèque de Yaoundé    Alger au fond de l'isolement!    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Omicron : Voici la partie du corps où le variant frappe en premier    Le Maroc, premier pays de destination de l'émigration française en Afrique    Eliminatoires Mondial Costa Rica : Les sélections féminines marocaine et sénégalaise font match nul    Club des Avocats au Maroc : Plainte déposée contre Hafid Derradji    Tayeb Hamdi : Le sous variant BA.2 d'Omicron nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Covid: Record quotidien d'infections en Russie pour le troisième jour consécutif    Le lac Aguelmam Azegza près de Khénifra accueille la 5e édition du «Ice Swim in Morocco»    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Casablanca : Le centre de santé Oum Keltoum-Al Walaa inauguré    CAN2021 - Huitièmes : Burkina-Faso – Gabon (17h), Tunisie- Nigéria (20h)    Températures prévues pour le lundi 24 janvier 2022    Halilhodžić : le match contre la RD Congo, ce sera du 50-50    CAN 2021 : 12 cas positifs au Covid-19 dans la sélection des Comores    Remontada spectaculaire des Rojiblancos face à Valence    BAM: Les indicateurs hebdomadaires en 5 points clés    Un think tank canadien interpelle l'ONU    Covid-19: Pékin dépiste un quartier entier, à deux semaines des JO-2022    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude (expert)    Sahara marocain: le SG de l'ONU réaffirme la centralité du processus politique onusien    Togo. La charte des partis politiques change    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    L'Humeur : Quand échoppe trouve carouble à son battant    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Sahara. Guterres: « Il est dans l'intérêt de tous de résoudre une fois pour toutes ce différend »    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Brésil: les défilés du carnaval de Rio de Janeiro reportés en avril pour cause de pandémie (officiel)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Séisme en Indonésie : les fortes pluies rendent difficiles les recherches
Publié dans Barlamane le 17 - 01 - 2021

Les pluies torrentielles compliquaient dimanche les recherches des éventuels survivants du séisme qui a fait au moins 77 morts et des milliers de sans-abris sur l'île indonésienne de Célèbes.
Des grues et des pelles mécaniques ont été déployées dans les ruines des bâtiments dévastés de Mamuju, la ville la plus touchée par le tremblement de terre de magnitude 6,2 de vendredi matin.
Il a provoqué la panique chez les habitants de l'ouest de l'île, déjà dévasté en 2018 par un très fort séisme suivi d'un tsumani dévastateur qui avait fait 4 300 morts.
On ignore combien de corps sont encore sous les décombres, ou si des survivants y sont toujours pris au piège.
PHOTO ADEK BERRY, AGENCE FRANCE-PRESSE Vue aérienne sur la ville de Mamuju
«Les pluies posent des difficultés supplémentaires car elles risquent de provoquer l'effondrement total de certains bâtiments endommagés, et les répliques aussi», a déclaré Octavianto, un secouriste de 37 ans qui, comme beaucoup d'Indonésiens, n'a qu'un seul nom.
Les engins lourds doivent en outre prendre toutes les précautions, car déplacer des débris trop rapidement peut s'avérer fatal pour les personnes coincées en dessous.
«Toutes les personnes que nous avons trouvées étaient mortes», a déclaré Octavianto. «Après plus de 24 heures, il est probable que les personnes ensevelies soient mortes »
Chercher l'odeur de pourriture
À côté des équipes cynophiles, «nous utilisons également notre propre odorat pour trouver des victimes potentielles», a expliqué le sauveteur Kustang Firman. «S'il y a une forte odeur [de pourriture], nous nous concentrons sur cet endroit.»
Au total, 77 décès ont été recensés, selon les autorités. Un précédent bilan faisait état de 73 morts.
Des images aériennes de la capitale de la province de Sulawesi occidental, une ville de 110 000 habitants baignée par le détroit de Makassar, montrent quantités de bâtiments en ruines, parmi lesquels un hôpital ou le bureau du gouverneur.
Des milliers de personnes ayant perdu leurs maisons ont trouvé refuge sous des abris de fortune, généralement une tente recouverte d'une bâche.
PHOTO JOSHUA MARUNDUH, ASSOCIATED PRESS
Beaucoup disent manquer de nourriture et de couvertures. Des vivres et des équipements d'urgence ont été dépêchés sur l'île par avions et bateaux, et la marine a envoyé un navire médical pour suppléer les hôpitaux encore en fonctionnement.
Si des milliers de personnes ont perdu leurs maisons, d'autres ne veulent pas rentrer chez elles, par peur de répliques ou d'un tsunami comme en 2018.
«C'est mieux de s'abriter au cas où quelque chose de pire arrive», explique un habitant de Mamuju, Abdul Wahab, réfugié sous une tente avec son épouse et quatre enfants, dont un bébé. «Nous espérons que le gouvernement pourra nous envoyer vite de l'aide, des vivres, des médicaments et du lait pour les enfants.»
Près du seul hôpital de la ville encore relativement intact, un dispensaire a été créé pour accueillir les blessés, certains souffrant de membres cassés.
PHOTO ADEK BERRY, AGENCE FRANCE-PRESSE
Parmi eux, Wawan, qui a été secouru par des voisins alors qu'il avait été enseveli sous les décombres. «J'étais traumatisé», a dit cet homme de 27 ans.
Initialement, il ne voulait pas aller à l'hôpital faire examiner sa fracture au pied. «Mais je me suis laissé convaincre quand j'ai su que les gens étaient traités à l'extérieur.»
Inquiètes d'une éventuelle flambée de Covid-19 dans des campements surpeuplés, les autorités ont annoncé qu'elles allaient tenter de constituer des groupes de personnes en fonction des risques.
«La situation en Indonésie relève de l'urgence», a affirmé l'ONG Project HOPE. «La Covid-19 complique encore la réponse.»
Des glissements de terrain, qui ont suivi le séisme, et les fortes pluies ont coupé l'accès à l'une des principales routes de la province. L'aéroport a aussi été endommagé.
Ce séisme n'est cependant pas la seule catastrophe naturelle frappant actuellement l'archipel. Sur la partie indonésienne de l'île voisine de Bornéo, au moins cinq personnes ont péri dans des inondations, et des dizaines étaient portées disparues, selon les médias.
Des inondations ont également fait cinq morts à Manado, la grande ville de l'extrême nord de Célèbes.
Dans la province de Java occidental, au moins 32 personnes ont péri dans des glissements de terrain provoqué par les précipitations intenses.
À l'autre bout de cette même île, le Semeru est entré en éruption samedi soir, crachant une colonne de fumée et de poussières à 4 500 mètres d'altitude, alors que de la lave rougeoyante s'écoulait sur ses flancs. On ne faisait état d'aucune victime dans cette éruption.
L'archipel indonésien, qui se trouve sur la «ceinture de feu» du Pacifique, une zone de forte activité sismique, connaît souvent des tremblements de terre et des éruptions volcaniques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.