Salé / Conseil communal: Mobilisation de 14 MMDH pour le renforcement des infrastructures    Rabat-Salé-Kénitra : Accompagnement des associations en matière de démocratie participative    Haro sur les erreurs du passé !    Casablanca : 7ème édition de la Journée de consultations médicales gratuites    Mondial2022: Apothéose historique du Maroc contre la Belgique    Mondial 2022 / Belgique vs Maroc (0-2) : Les Lions de l'Atlas auteurs d'un exploit monumental et historique    Mondial 2022: les Lions de l'Atlas s'offrent les Diables Rouges (2-0)    Dakar abritera du 11 au 13 décembre la 54è Assemblée générale de l'AFRAA    Covid-19: nouveau bilan du ministère de la Santé    Prisons : le nombre de détenus en France atteint un record inédit    Covid-19 au Maroc : 101 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Silence assourdissant dans les ruelles de Rabat    Japon : La Moroccan Night célébrée à l'ambassade du Maroc    Mourad Fedouache vainqueur du prime final de Dream Artist de 2M    Le Costa Rica surprend et s'impose face au Japon    Le Parlement arabe examine les développements de la situation en palestine    Maroc - Belgique : le onze de départ des Lions de l'Atlas    Rabat, capitale du patrimoine culturel immatériel mondial du 28 novembre au 3 décembre    France : 49.3, l'article qui muselle l'Assemblée Nationale    Le Tourisme reconnecte Marocains et Israéliens    Mort d'un casque bleu marocain en République centrafricaine: Le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU expriment leurs condoléances au Royaume    Maroc – Belgique: la compo des Lions de l'Atlas    Migration : Les entrées irrégulières en Europe au plus haut depuis 2016    Précieux conseils de connaisseurs pour investir au Maroc    Voici les prévisions météorologiques pour dimanche 27 novembre 2022    Femmes: Le MEF adhère à la campagne contre la violence    Spoliation immobilière. Le ministère de l'Intérieur muscle son dispositif de lutte contre le phénomène    Niamey: le président du Niger reçoit Ryad Mezzour, porteur d'un message du roi Mohammed VI    Italie: une dizaine de personnes disparues après un glissement de terrain    Investissement. Saâd Bendidi vers la passe de trois    Rapatriement de mineurs marocains: Le juge décide de poursuivre Mateos et Deu    Niger-Maroc: Mohamed Bazoum reçoit un message du Roi Mohammed VI    Attijariwafa bank lance son nouveau Business Game « Attijari Startup Game »    Mondial-2022: l'Argentine bat le Mexique (2-0) et se relance    Magazine : Décibels, ouïe c'est cela    Exposition : La Terre mère de Wafaa Mezouar    Arts de la scène : Riche dérive casablancaise    Mouvement populaire. Mohamed Ouzzine succède à Mohand Laenser (vidéo)    Armement : Le Maroc négocie avec la Chine une commande de missiles    Chakib Benmoussa reçu par les autorités maliennes    Covid-19: le bulletin du samedi sur la situation épidémiologique    France : le 49.3 ou la lente agonie de la démocratie parlementaire    Parution de l'ouvrage « Le Maroc, Israël et les Juifs marocains » de Jamal Amiar    Ouzzine élu nouveau secrétaire général du MP    Le coût global de la violence à l'égard des femmes est estimé à 2,85 MMDH    La mise en vente des armes aux USA est une « très mauvaise idée », selon Biden    « Lalla Moulati » : Neta Elkayam chante pour les femmes    Festival Handifilm. « Le cinéma comme levier d'autonomisation » au cœur de la 15e édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Séisme en Indonésie : les fortes pluies rendent difficiles les recherches
Publié dans Barlamane le 17 - 01 - 2021

Les pluies torrentielles compliquaient dimanche les recherches des éventuels survivants du séisme qui a fait au moins 77 morts et des milliers de sans-abris sur l'île indonésienne de Célèbes.
Des grues et des pelles mécaniques ont été déployées dans les ruines des bâtiments dévastés de Mamuju, la ville la plus touchée par le tremblement de terre de magnitude 6,2 de vendredi matin.
Il a provoqué la panique chez les habitants de l'ouest de l'île, déjà dévasté en 2018 par un très fort séisme suivi d'un tsumani dévastateur qui avait fait 4 300 morts.
On ignore combien de corps sont encore sous les décombres, ou si des survivants y sont toujours pris au piège.
PHOTO ADEK BERRY, AGENCE FRANCE-PRESSE Vue aérienne sur la ville de Mamuju
«Les pluies posent des difficultés supplémentaires car elles risquent de provoquer l'effondrement total de certains bâtiments endommagés, et les répliques aussi», a déclaré Octavianto, un secouriste de 37 ans qui, comme beaucoup d'Indonésiens, n'a qu'un seul nom.
Les engins lourds doivent en outre prendre toutes les précautions, car déplacer des débris trop rapidement peut s'avérer fatal pour les personnes coincées en dessous.
«Toutes les personnes que nous avons trouvées étaient mortes», a déclaré Octavianto. «Après plus de 24 heures, il est probable que les personnes ensevelies soient mortes »
Chercher l'odeur de pourriture
À côté des équipes cynophiles, «nous utilisons également notre propre odorat pour trouver des victimes potentielles», a expliqué le sauveteur Kustang Firman. «S'il y a une forte odeur [de pourriture], nous nous concentrons sur cet endroit.»
Au total, 77 décès ont été recensés, selon les autorités. Un précédent bilan faisait état de 73 morts.
Des images aériennes de la capitale de la province de Sulawesi occidental, une ville de 110 000 habitants baignée par le détroit de Makassar, montrent quantités de bâtiments en ruines, parmi lesquels un hôpital ou le bureau du gouverneur.
Des milliers de personnes ayant perdu leurs maisons ont trouvé refuge sous des abris de fortune, généralement une tente recouverte d'une bâche.
PHOTO JOSHUA MARUNDUH, ASSOCIATED PRESS
Beaucoup disent manquer de nourriture et de couvertures. Des vivres et des équipements d'urgence ont été dépêchés sur l'île par avions et bateaux, et la marine a envoyé un navire médical pour suppléer les hôpitaux encore en fonctionnement.
Si des milliers de personnes ont perdu leurs maisons, d'autres ne veulent pas rentrer chez elles, par peur de répliques ou d'un tsunami comme en 2018.
«C'est mieux de s'abriter au cas où quelque chose de pire arrive», explique un habitant de Mamuju, Abdul Wahab, réfugié sous une tente avec son épouse et quatre enfants, dont un bébé. «Nous espérons que le gouvernement pourra nous envoyer vite de l'aide, des vivres, des médicaments et du lait pour les enfants.»
Près du seul hôpital de la ville encore relativement intact, un dispensaire a été créé pour accueillir les blessés, certains souffrant de membres cassés.
PHOTO ADEK BERRY, AGENCE FRANCE-PRESSE
Parmi eux, Wawan, qui a été secouru par des voisins alors qu'il avait été enseveli sous les décombres. «J'étais traumatisé», a dit cet homme de 27 ans.
Initialement, il ne voulait pas aller à l'hôpital faire examiner sa fracture au pied. «Mais je me suis laissé convaincre quand j'ai su que les gens étaient traités à l'extérieur.»
Inquiètes d'une éventuelle flambée de Covid-19 dans des campements surpeuplés, les autorités ont annoncé qu'elles allaient tenter de constituer des groupes de personnes en fonction des risques.
«La situation en Indonésie relève de l'urgence», a affirmé l'ONG Project HOPE. «La Covid-19 complique encore la réponse.»
Des glissements de terrain, qui ont suivi le séisme, et les fortes pluies ont coupé l'accès à l'une des principales routes de la province. L'aéroport a aussi été endommagé.
Ce séisme n'est cependant pas la seule catastrophe naturelle frappant actuellement l'archipel. Sur la partie indonésienne de l'île voisine de Bornéo, au moins cinq personnes ont péri dans des inondations, et des dizaines étaient portées disparues, selon les médias.
Des inondations ont également fait cinq morts à Manado, la grande ville de l'extrême nord de Célèbes.
Dans la province de Java occidental, au moins 32 personnes ont péri dans des glissements de terrain provoqué par les précipitations intenses.
À l'autre bout de cette même île, le Semeru est entré en éruption samedi soir, crachant une colonne de fumée et de poussières à 4 500 mètres d'altitude, alors que de la lave rougeoyante s'écoulait sur ses flancs. On ne faisait état d'aucune victime dans cette éruption.
L'archipel indonésien, qui se trouve sur la «ceinture de feu» du Pacifique, une zone de forte activité sismique, connaît souvent des tremblements de terre et des éruptions volcaniques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.