M'diq-Fnideq: Madaëf soutient les porteurs de projets touristiques    Météo: le temps prévu ce jeudi 13 mai au Maroc    Botola Pro D1: Le partage des points entre le RAJA et le FUS    Botola: Remontada de l'AS FAR face au MAS    Le roi Mohammed VI a reçu un message du président Erdogan    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Agadir: la veille de l'Aid, les autorités mobilisées pour le respect des mesures préventives (Photo)    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    Lions de l'Atlas : Le Maroc affrontera le Ghana et le Burkina Faso en amical    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    Streaming musical: Spotify améliore les options de partage pour les réseaux sociaux    Ramadan : Thomas Pesquet souhaite bonne fête aux Musulmans avec une photo de la Mecque vue de l'espace    Liga : Youssef En-Nesyri s'offre son 18ème but face au FC Valence    Le Maroc place la question palestinienne au même rang que sa cause nationale (El Otmani)    Aïd Al Fitr: Grâce royale au profit de 810 personnes    Officiel : Grâce Royale au profit de certains détenus du Hirak du Rif    Le Barça trébuche à Levante, le faux-pas de trop ?    Oualid El Hajjam vise un retour en sélection !    Mme Bouayach: Le travail de mémoire pierre angulaire dans les politiques de garantie de non-répétition    Manchester City tient son titre, la C1 dans le viseur    «Aywad»: un hymne à la vie    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 12 mai 2021 à 16H00    Covid-19: maintien du couvre-feu de 20h à 6h durant les jours de l'aid el fitr    Aziz Rabbah : Le Maroc dépassera 52% de son mix énergétique en 2030    Le PPS condamne l'agression contre la Palestine    Conseil de Gouvernement : Approbation de projets de décrets fixant les dates des échéances électorales    Journée internationale des musées : ouverture exceptionnelle et gratuite des musées affiliés à la FNM    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    CMC : la campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Tan-Tan: Saisie de plus de 6,5 tonnes de Chira, cinq personnes interpellées    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Algérie, un président «virtuel» et un système gérontocratique honni par le peuple
Publié dans Barlamane le 20 - 01 - 2021

Le président Tebboune, âgé de 75 ans avait quitté l'Allemagne le 29 décembre 2020 à l'issue d'une hospitalisation, suivie d'une convalescence, avant d'y revenir il y a quelques jours. Alors que fort peu de détails filtrent sur son séjour médical prolongé, le système algérien continue de diriger derrière les rideaux un pays au bord de l'implosion.
En Algérie, le président ne règle rien, le «système» règne. Le 29 octobre, le chef du régime, Abdelmadjid Tebboune, 75 ans, a été admis dans un hôpital en Allemagne, officiellement après avoir été contaminé par la Covid-19. Un mois plus tard, la présidence a annoncé qu'il s'était rétabli et qu'il rentrerait prochainement dans le pays. Il a été vu dans une courte vidéo publiée sur son compte Twitter, clairement fragilisé, dans une pièce aux rideaux suspendus. Il y a quelques jours, il est retourné en Allemagne pour se faire soigner de complications à un pied, ouvrant une nouvelle période d'absence à la tête de l'Algérie.
Et ce n'est pas la première fois que des Algériens rencontrent un président malade, absent et inconscient de son état : frappé d'incapacité d'un accident vasculaire cérébral depuis 2013, chez l'octogénaire Abdelaziz Bouteflika le «système» voulait encore le présenter pour un cinquième mandat en 2019.
Les manifestations de rue l'ont en empêché, mais maintenant le déjà-vu avec son successeur est inévitable. «Lorsque Donald Trump ou Boris Johnson ont été hospitalisés pour un coronavirus, nous en avons entendu parler tous les jours. Mais les Algériens [sur l'état de Tebboune] n'en savent rien. Tout le monde se demande où il se trouve réellement et s'il est encore en vie», déplore Nassera Dutour, qui préside une association de proches de victimes de disparus dans les années 1990. «Ils n'ont aucun respect pour le peuple. Ils enlèvent un président et en mettent un autre, mais rien ne change: nous sommes une gérontocratie d'hommes qui ne sont qu'une façade, avec une opacité totale, et nous ne sortons pas de l'impasse. Nous sommes un pays sans président et rien ne se passe, car le système politique est fondé sur le pouvoir à l'ombre des militaires», a-t-il ajouté.
On dit que le véritable homme fort du pays, le chef d'état-major, le général Saïd Chengrinha, 75 ans, est malade. Chef véritable d'une gérontocratie qui gouverne un pays avec une moyenne d'âge de 29 ans. Depuis que Tebboune, connu pour être un gros fumeur, est parti pour Cologne, la présidence a publié six communiqués sur sa santé, toujours assez ambigus. La vidéo publiée sur Twitter après des semaines sans images n'a pas calmé les spéculations sur la santé du président. Tebboune a déclaré vouloir poursuivre la feuille de route du pouvoir et superviser la transition en veillant à ce que les choses restent bien liées: valider la nouvelle constitution et le budget 2021.
Aissa Rahmoune, avocate et vice-présidente de la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme, explique que «l'Algérie en a assez de ses institutions: ce n'est pas seulement le chef de l'Etat». Le blocus a été mis en évidence par le référendum sur la réforme constitutionnelle que Tebboune a demandé le 1er novembre, coïncidant avec l'anniversaire de la guerre d'indépendance contre la France (1954-1962). Le oui a gagné, mais la participation n'a pas dépassé 23,03%. Si l'intention était de légitimer la transition, il est clair que le «système» n'est pas convaincant.
«Les deux élections, celle du 12 décembre 2019 pour introniser Tebboune (qui a été élu par l'état-major) et celle du 1er novembre avec le référendum constitutionnel, ont échoué politiquement et juridiquement. Les chiffres officiels montrent que les Algériens leur ont tourné le dos, et ce sont deux rendez-vous très importants pour la reconfiguration du régime», a déclaré Rahmoune. Le Hirak, la mobilisation qui a mis fin aux aspirations de Bouteflika pour un cinquième mandat avec des manifestations massives et pacifiques dans les rues qui ont duré des mois, a dû entrer dans ce que ses dirigeants ont appelé une «trêve forcée», en raison de la pandémie. Mais cela ne veut pas dire que sa fin est arrivée, bien au contraire.
Djalal Mokrani, activiste associatif, a déclaré que «Tebboune n'est pas un président légitime et, dans son obstination, le système continue d'insister sur une feuille de route que le peuple a rejetée. Parce que nous ne voulons pas un changement de façade, mais une vraie transition du pouvoir militaire à la démocratie». Mokrani a passé quatre mois en prison pour avoir participé aux manifestations et vient d'être acquitté début janvier, bien que le parquet ait fait appel de la décision. Et c'est que le régime algérien a fait du Covid-19 une arme contre la dissidence civile, profitant de la situation pour emprisonner des centaines d'activistes et d'opposants, qu'il accuse systématiquement d'être au service de puissances ennemies.
Tout cela dans un contexte de crise économique de grande ampleur, dans un pays de monoculture d'hydrocarbures qui doit importer presque tout – du blé au légumes et fruits – touché par la baisse des prix du gaz et pétrole, accélérée par la pandémie. Comme le rappelle l'économiste algérien Omar Benderra, «la baisse des revenus pétroliers a considérablement réduit le niveau des réserves de change, qui ne peuvent désormais couvrir qu'une seule année d'importations, et le déficit budgétaire est disproportionné». Cela annule l'une des issues que les généraux avaient eu jusqu'à présent: acheter la paix sociale. «Au terme de toutes les déceptions, abandons et pillages, le coût de la crise économique retombera sur les groupes les plus vulnérables, qui subissent déjà des conditions plus que déplorables» a-t-il déclaré.
En effet, les harraga, les jeunes qui empruntent un bateau «brûlé» par la misère et fuyant un système politique qui les expulse d'office avec sa tyrannie, ont explosé : plus de 7 500 Algériens sont arrivés sur les plages de Murcie, du Pays valencien et des Baléares entre janvier et en septembre 2020, selon les dernières données de l'ONU.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.