Covid-19 au Maroc : 196 écoles et 30 établissements de missions étrangères fermés    Les rebelles du Yémen tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Tuchel: « Ziyech a livré son meilleur match avec Chelsea »    CAN-2021: Fayçal Fajr, seul cas positif au Covid-19    Journée internationale de l'éducation: l'INDH,un acteur engagé dans la transformation éducative    Covid-19/France: le pass vaccinal entre en vigueur ce lundi matin    Météo: les températures prévues ce lundi    USA: la vague Omicron atteint bientôt son pic    Covid dans les écoles : 5.802 cas et 196 fermetures au Maroc    L'honneur du maillot... de l'ado au joueur !    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    CIH BANK lance CIH PAY    La France n'a délivré que 69.408 visas aux Marocains en 2021    Boufal et Hakimi dans l'équipe type    Covid-19 : Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    Mehdy Mariouch expose ses «Studios. (c)» à Meknès    Spotify lance «Ghareeb Alay» d'Eliana et Balti    Environnement: Marrakech se dote d'un hôtel éco-responsable    Système normatif marocain : Une production en quête d'attractivité    Voitures électriques : la Chine choisit le marché marocain pour percer en Afrique    Coupe d'Afrique des nations : Hakimi et Boufal, plébiscités par la CAF    Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc : Renforcer la résilience et la protection des migrants    Transition politique en Guinée: Après nomination des membres du CNT, les scenarii du possible    Bruxelles: Débordements lors d'une manifestation contre les restrictions anti-Covid    La US Navy saisit un navire de contrebande d'armes dans le golfe d'Oman    Un parti d'opposition dénonce la « criminalisation » de l'action politique en Algérie    Emprisonnement pour délits mineurs: des experts mettent en garde contre les coûts financiers et sociaux    TotalEnergies et Chevron se retirent de Birmanie, presque un an après le coup d'Etat    «Marocains d'Algérie : Rafle au Couchant», nouveau roman de Mansour Kedidir    Interview avec Abdesselam Idrissi : « Le commerçant et l'investisseur marocains préfèrent la justice classique»    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    António Guterres a clairement désigné les parties concernées par le dossier du Sahara    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    Le Polisario et la fuite en avant    Maroc : mais où sont passées les abeilles ?    كأس أمم إفريقيا: مسحة فيصل فجر إيجابية ويخضع حاليا للبروتوكول الصحي المعتمد    La revue de presse du lundi 24 janvier    Neuf individus interpellés dans une affaire de falsification et de trafic de drogue, dont 2 policiers    Edito : Courage de réformer    Le temps qu'il fera ce lundi 24 janvier 2022    Drâa-Tafilalet : l'INDH contribue à la réalisation de 978 unités du préscolaire entre 2019 et 2021    Un club de Premier League courtise Sofyan Amrabat    L'Algérie nie le report du sommet arabe, annoncé pourtant en mars par Tebboune    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vaccins aux pays pauvres : Covax, une idée de l'OMS qui prend le contre-pied du «nationalisme vaccinal»
Publié dans Barlamane le 22 - 01 - 2021

Le système Covax, piloté par l'OMS, vise à fournir d'ici fin 2021 des vaccins anti-Covid-19 à au moins 20 % de la population des pays participants, mais il comporte surtout un mécanisme de financement qui permet aux pays défavorisés qui y participent d'avoir accès aux précieuses doses.
La décision de Washington de rejoindre Covax, le dispositif onusien pour distribuer les vaccins anti-Covid-19 aux pays défavorisés, est une bonne nouvelle pour l'OMS, même si le «nationalisme vaccinal» des pays riches l'a empêché pour l'instant de fonctionner comme il faut.
L'arrivée des États-Unis devrait se traduire par un nouvel apport financier. Mais l'Organisation mondiale de la santé fait face à un autre problème qui pour l'instant la prive de doses : les accords bilatéraux signés par les pays riches sous la pression de leur opinion publique pour accélérer les plans de vaccination.
Par ailleurs, dans le cadre de Covax, l'OMS a signé des accords avec des laboratoires dont certains n'ont toujours pas finalisé leurs vaccins.
Solidarité mondiale
Le système Covax, piloté par l'OMS, vise à fournir d'ici fin 2021 des vaccins anti-Covid-19 à au moins 20 % de la population des pays participants, mais il comporte surtout un mécanisme de financement qui permet aux pays défavorisés qui y participent d'avoir accès aux précieuses doses.
«Vitesse et mise à disposition à grande échelle des vaccins sont une nécessité pour mettre fin à la pandémie», a déclaré début janvier la candidate nigériane à la tête de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Ngozi Okonjo-Iweala, sur le site web Project Syndicate.
«Cet effort extraordinaire est possible grâce à un élan sans précédent de solidarité mondiale et de soutien multilatéral au Covax», a-t-elle ajouté.
Ce dispositif central d'accès mondial à la vaccination contre la Covid-19 a été lancé en juin par l'Alliance du vaccin Gavi, que Mme Okonjo-Iweala a dirigée. Il s'inspire de mécanismes qui ont permis un accès universel et équitable aux vaccins contre le pneumocoque et le virus Ebola.
En garantissant l'achat d'un certain volume de vaccins avant même leur homologation, et en offrant des garanties de marché, le mécanisme Covax vise à inciter les laboratoires pharmaceutiques à investir dans leurs capacités de production, pour garantir que la fabrication sera accélérée avant l'approbation des vaccins et non après.
Quels vaccins ?
L'Unicef, à la tête de la logistique vaccinale onusienne, est le bras armé de la stratégie Covax sur le terrain, et se prépare à transporter jusqu'à 850 tonnes de vaccins par mois.
Des accords ont été signés jusqu'à présent par l'OMS avec plusieurs laboratoires : Novavax, Sanofi-GSK, Johnson & Johnson — qui n'ont pas encore été autorisés par les autorités nationales —, et AstraZeneca.
L'OMS a ainsi jusqu'à présent passé des contrats portant sur 2 milliards de doses, et bénéficie également du droit de premier refus — elle se voit proposer les doses en priorité — sur 1 milliard de doses supplémentaires d'ici la fin de 2021, dans le cadre du mécanisme Covax, auquel participent actuellement 190 pays, dont 92 à revenu faible et intermédiaire.
Reste que pour distribuer les fioles dans les pays défavorisés, l'OMS se doit d'avoir certifié les vaccins. Pour l'instant, l'organisation n'a validé que celui développé par le duo BioNTech/Pfizer, déjà autorisé par les autorités nationales de plusieurs pays, et elle espère prendre une décision fin février concernant le vaccin de Moderna, qui a également reçu le feu vert de plusieurs autorités de régulation sanitaire.
Et l'OMS mène des discussions avec Pfizer et Moderna pour obtenir leurs précieuses doses. En espérant pouvoir faire acheminer les premières fioles en février.
Des «réserves»
Ces livraisons de vaccins dépendent aussi d'autres facteurs, tels que l'état de préparation des pays. Le succès de ce projet colossal dépendra également des fonds reçus.
En 2020, le mécanisme Covax a atteint son objectif urgent de collecte de fonds de 2 milliards de dollars. Mais au moins 4,6 milliards de dollars supplémentaires seront nécessaires cette année pour se procurer les doses, 800 millions pour la recherche et le développement et 1,4 milliard pour la distribution des vaccins.
L'OMS espère distribuer dans le monde 145 millions de doses au cours du premier trimestre. Mais ces prévisions ne sont pas sans «certaines réserves très importantes», a averti mardi Bruce Aylward, qui dirige le programme hébergeant Covax.
Car si le dispositif est opérationnel, l'OMS ne dispose pas encore de doses à distribuer.
Le retour des États-Unis à l'OMS, avec Joe Biden à la Maison-Blanche, va donner un nouvel élan financier au Covax, jusqu'alors boudé par Donald Trump. Mais le «nationalisme vaccinal», dénoncé à maintes reprises par l'OMS qui craint que les pays riches n'accaparent toutes les doses, inquiète l'organisation.
À tel point que le patron de l'agence, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a demandé début janvier aux pays riches de cesser de conclure des «accords bilatéraux» avec les laboratoires pharmaceutiques, appelés eux à donner la priorité au Covax.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.