Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Parlement: Séance plénière lundi 25 Octobre pour présenter le PLF2022    Tramway Rabat-Salé : Le contrôle du pass vaccinal commence dès vendredi    Le Maroc et la Russie démentent les rumeurs sur un prétendu "refroidissement des relations bilatérales"    Covid-19 : Les vaccins Johnson & Johnson et Pfizer en rupture de stocks    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    Niger : Neuf gardes nationaux et deux gendarmes tués dans une attaque armée    Covid-19 : des chercheurs s'inquiètent d'éventuels dommages sur le cerveau [Etude]    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Dr. Abdelouahed Belkeziz    Le Maroc premier dans la région MENA    La République Dominicaine appuie les efforts du Maroc dans la recherche d'une solution politique    Akhannouch a-t-il les moyens de ses ambitions ?    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    USA : Des emplois, des salaires qui flambent mais pas de postulants    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Donald Trump annonce le lancement de son réseau social et dénonce le règne unique des GAFAM    Racisme en France, ça continue    Bamako choisit de continuer son rapprochement avec Rabat    Otman Mouden: "Le gouvernement a une marge d'action très limitée dans le temps et sur le plan financier"    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 octobre 2021 à 16H00    Lutte contre les nuisibles : Comme Israël, le Maroc recourt aux rapaces    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Interview avec Mustapha Meloui « Le digital sera une priorité de ce gouvernement »    Botola Pro D1 / RSB-OCK (3-3): Un match prolifique doublé d'une remontada!    Botola Pro D1 / MCO-RCA (1-3): Le Mouloudia victime de ses dirigeants et du Raja!    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Errachidia: 4 individus interpellés pour liens présumés avec un réseau de trafic international de drogue    Concours de police: les candidates et candidats appelés à présenter leurs passeports vaccinaux    Pass vaccinal. La légalité sacrifiée sur l'autel de l'efficacité    Véhicules d'occasion. Autocaz lance une nouvelle offre innovante    Sahara marocain : Le SG de l'ONU met à nu, de nouveau, les violations et mensonges de l'Algérie et du Polisario    Trois membres du PJD «suspendus» de leurs fonctions exécutives chez le parti, dissentions internes    Fiscalité : le PLF-2022 veut réduire le taux marginal sur les sociétés à 27 %    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Loi de Finances 2022: IR, douane, budgets sociaux…les dossiers chauds    Projet de loi de Finances 2022 : Les premiers détails    Liqah Corona : comment télécharger le pass vaccinal    Le diplomate Abdelouahed Belkeziz n'est plus    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie : la seconde vague du Hirak réclame un pouvoir civil et un changement de régime
Publié dans Barlamane le 22 - 02 - 2021

Des dizaines de milliers d'Algériens ont afflué vers la ville de Kherrata, à l'est de la capitale et vers d'autres localités, pour marquer le deuxième anniversaire du début du mouvement populaire de protestation algérien, agitant des drapeaux algériens et amazigh et dénonçant des institutions corrompues et des personnalités héritées du pouvoir de Bouteflika.
D'importantes manifestations étaient en cours, dans la journée du 22 février 2021, à Alger et dans plusieurs grandes villes du pays, lors d'une action massive de mobilisation pour demander le départ du «système au pouvoir» à l'occasion du deuxième anniversaire du Hirak. Un cortège important a défilé toute la journée, investissant les rues du pays.
Les manifestants scandaient les slogans habituels du Hirak, tels que «Pour l'indépendance de l'Algérie», «le président Tebboune est un faussaire amené par l'armée» et «les généraux à la poubelle». Mais cette fois, ils réclament un changement radical et le départ du régime. Le 16 février 2019, des milliers d'Algériens se sont rassemblés spontanément, appelant à un changement politique global et à la suppression totale des pouvoirs en place.
Selon les sources de Barlamane.com, la ville de Kherrata, une commune de la région de basse Kabylie, est devenue ces derniers jours un aimant pour les personnalités influentes du mouvement de protestation populaire et les militants de l'opposition, accueillant des milliers d'Algériens de différentes villes et gouvernorats qui ont pris part à un rassemblement de masse aujourd'hui.
Environ 50 000 habitants de la ville et visiteurs de l'extérieur de la ville ont outrepassé les mesures de distanciation sociale et l'interdiction des marches. L'immense manifestation a rappelé les souvenirs des manifestations politiques qui ont secouél'Algérie entre 2019 et 2020 avant l'épidémie de coronavirus, après quoi le pays est entré dans une phase de calme politique qui s'est avérée temporaire.
Les manifestants ont maintenu les mêmes slogans et discours qui avaient été utilisés avant la suspension des manifestations politiques. Il y a eu des appels à «un État civil et non militaire», «la libération des détenus» et «la sortie des autorités et des généraux», ainsi que des chants soulignant «l'illégitimité du président Tebboune».
Des personnalités politiques de l'opposition ont participé à la marche, parmi lesquelles Karim Tabbou, ancien prisonnier et porte-parole de l'Union sociale démocratique nouvellement créée, Mohcine Belabbas, chef du Rassemblement pour la culture et la démocratie, Zoubida Assoul, avocate à la commission de la défense pour les détenus du Hirak et le chef du parti de l'Union pour le changement et le progrès, des représentants du Front des forces socialistes et un certain nombre d'activistes et d'avocats affiliés au comité de coordination pour «défendre les prisonniers d'opinion», comme Mustapha Bouchachi.
Les analystes affirment que les manifestations interviennent à un moment difficile pour les autorités, qui pourraient désormais être contraintes de faire de nouvelles concessions pour tenter d'apaiser les manifestants.
Ils soulignent que l'état de santé du président Abdelmadjid Tebboune et les différences au sein de l'establishment militaire ne laissent pas une énorme marge de manœuvre aux autorités pour contenir les revendications populaires. Cela est d'autant plus vrai que des personnalités de l'ancien régime proches de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika sont tentées de soutenir les manifestations afin de pousser l'élite dirigeante à se retirer et à se précipiter pour des accords et des concessions tout en essayant de mettre de l'ordre dans leur maison.
Les foules qui se sont rassemblées à Kherrata pour marquer le deuxième anniversaire du Hirak ont envoyé un message puissant selon lequel il y a une nouvelle vision qui ouvrira la voie à l'expansion des manifestations politiques et à atteindre la capitale et d'autres régions du pays, rendant les manifestations tangibles. la réalité et pas seulement une manifestation hebdomadaire qui ne dérange pas les autorités.
L'activiste et journaliste Abdelkrim Zeghileche, qui avait été emprisonné auparavant en raison de son rôle dans le mouvement de protestation populaire, portait une bannière qui résumait un message politique largement diffusé selon lequel il était «nécessaire d'organiser le mouvement et de le transformer en une alternative viable».
M. Zeghileche a déclaré en marge de ce deuxième anniversaire que «le mouvement de protestation populaire a maintenant un besoin urgent de réorganisation et d'une charte qui le protège contre les manœuvres et les stratagèmes d'infiltration. L'expérience passée nous a appris que les autorités possèdent des outils qui lui permettent d'absorber les chocs et les pressions».
«Sans une nouvelle stratégie et une approche rajeunie, le mouvement sera voué à l'échec», a-t-il déclaré. «Sur la base de l'exploitation par les autorités de la pandémie de coronavirus, il est devenu évident que la structure du mouvement était fragile, et il est devenu impératif pour ses membres de lui fournir des éléments de cohésion, de solidarité et d'immunité.»
Les slogans qui ont retenti dans toute la ville ont clairement montré que les manifestants sont préoccupés par la situation des «prisonniers d'opinion». Ils ont scandé le nom du jeune étudiant Walid Nekkiche, qui a déclaré lors de son procès qu'il avait été soumis à «la torture et le viol», ainsi que le nom du militant détenu Rachid Nekkaz, récemment libéré mais dont les avocats ont déclaré avoir été soumis à des torture mentale, alors qu'il souffrait de plusieurs maladies en prison.
Les militants de l'opposition ont lancé une vaste campagne sur les réseaux sociaux pour mobiliser à nouveau la rue contre les autorités et faire du deuxième anniversaire du mouvement une rampe de lancement pour une nouvelle vague de manifestations anti-autorités.
Le soi-disant «Appel 22» a organisé une série de séminaires ouverts sur les médias sociaux pour étoffer de nouvelles idées et visions pour sortir de l'impasse et endiguer la désintégration du mouvement. Ils ont souligné le refus des autorités de modifier leurs pratiques, telles que le musellement de la liberté d'expression et la poursuite des militants, et ont déclaré que leurs slogans appelant au changement ne correspondaient à aucune ouverture réelle ou intention claire du gouvernement de répondre aux revendications fondamentales du mouvement.
Les médias locaux, tant gouvernementaux que privés, ont poursuivi leurs tentatives d'ignorer ou de dissimuler la marche de Kherrata et la manière dont elle pourrait signaler le retour imminent du mouvement. La situation rappelle la situation en Algérie il y a deux ans, lorsque la rue bouillonnait alors que les médias locaux ne prêtaient aucune attention aux événements qui se déroulaient, d'où la galavanisation du mouvement.
Le nouveau régime dirigé par Tebboune a inclus le mouvement de protestation populaire dans le préambule de la nouvelle constitution du pays, qui reconnaît «le 22 février comme une journée nationale de fusion entre le peuple et l'armée». Vaine tentative pour s'emparer de l'esprit du 22-Février.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.