Migration: La stratégie du Maroc participe de la symbiose entre la vision Royale et l'agenda international    RDC : au moins 1.284 cas suspects de variole du singe signalés depuis le début de l'année    Berkane : Scène de liesse après le deuxième sacre africain de la RSB    Boxe : La Marocaine Khadija El Mardi sacrée vice-championne du monde des poids lourds    Transferts: Mbappé reste au PSG    Yasmina Sbihi : «Les figures féminines de la sainteté sont des modèles de leadership» [Interview]    Lancement du programme « d'Appui à la Participation Citoyenne » au niveau des communes de la région de Beni Mellal–Khenifra    Guerre en Ukraine : Joe Biden valide l'envoi de 40 milliards de dollars d'aide à Kiev    Nostalgie : Hassan Sefrioui, un grand dirigeant sportif de Tanger    LaLiga : Dénouement dans les courses à l'Europe et au maintien    Le nouveau stade de Villareal : La céramique (La Cerámica)    Variole du singe : pas de raisons de s'inquiéter selon Tayeb Hamdi    Coronavirus au Maroc: 153 nouvelles infections et aucun décès ce samedi    Bourse de Casablanca : Une nouvelle semaine dans le rouge    Photos. Le Maroc et la France unis dans un exercice militaire aérien    L'approche de réinsertion de la DGAPR, un bouclier face aux dérives extrémistes (témoignages d'anciens détenus)    Le Directeur Général de l'ONEE explore de nouvelles possibilités de financement avec la Suisse    Melilla a enregistré une secousse de magnitude 4    Brésil : Elon Musk annonce un projet de couverture internet en Amazonie    INTELAKA : 44 695 crédits accordés depuis le début du programme    Voici la date de l'Aid Al Adha 2022 au Maroc    Première édition de "Safi Investor Day" : la cité portuaire en émergence    Région de Casablanca: les prix des légumes ce samedi    Volaille: le prix du kilo atteint 25 dirhams, les Marocains en colère    Le DG de l'ADM Anouar Benazzouz prend la présidence de la fédération routière internationale    Quand Rico Verhoeven danse sur du Chaâbi (VIDEO)    Bono vainqueur du trophé Zamora    Nabila Mounib peut désormais accéder au parlement    Dérives verbales de l'ambassadeur palestinien à Dakar : Hassan Naciri remet les pendules à l'heure    France : grève au Quai d'Orsay le 2 juin contre les réformes qui décapitent le corps diplomatique    Casablanca. Interdite d'accès en classe à cause d'une jupe: du nouveau dans l'affaire    Région de Khémisset: trois enfants meurent noyés    Baccalauréat : Voici le calendrier des examens    L'Ambassade du Maroc au Sénégal réfute les allégations de l'ambassadeur palestinien à Dakar    Etude : Vivre à proximité d'un feu de forêt augmente les risques de cancer    Justice : réactivation de l'accord de jumelage maroco-belge    Le Maroc fait don d'un laboratoire de langues à l'Académie diplomatique en Mauritanie    France : voici les 27 ministres du nouveau gouvernement Macron    USA: La cote de popularité de Biden continue de chuter    Le Maroc appuie l'élargissement de la Convention contre la torture    Voici la météo pour ce samedi 10 mai 2022    Paris : Spectacle solidaire de D'jal le 29 mai au profit de l'association keepSmiling    Décès de l'acteur égyptien Samir Sabry à l'âge de 85 ans    Festival de Cannes: Manal Benchlikha foule le tapis rouge (PHOTOS)    L'icône de Jil Jilala, Hajja Sakina Safadi, n'est plus    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    Madrid : Présentation du 26e Festival de Fès des musiques sacrées du monde    Le projet de loi n° 66.19 sur le droit d'auteur adopté à la Chambre des conseillers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



le Sahel représente un "grand danger" et un "grand défi sécuritaire" pour le Maroc, affirme Cherkaoui Habboub
Publié dans Barlamane le 10 - 03 - 2021

Plus de 100 séparatistes du front polisario s'activent au sein d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, a prévenu Cherkaoui Habboub, Directeur du Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), dans un entretien au magazine Jeune Afrique.
"Il est également établi qu'il y a un encadrement dans les camps de Tindouf et un endoctrinement assuré par les imams des camps. C'est aussi un facteur qui a fait de la région du Sahel ce qu'elle est aujourd'hui : une menace aussi bien pour le Maroc que pour les autres pays", a souligné M. Habboub, ajoutant que "ce constat établi nous renvoie à l'implication des éléments du front polisario dans les groupuscules terroristes, soit au sein d'AQMI, soit de l'Etat islamique au grand Sahara".
Face à la dangerosité de ces organisations, la coopération sécuritaire régionale est une condition sine qua none pour anéantir la menace, ajoute le directeur du BCIJ, qui a déploré l'inexistence de coopération avec l'Algérie.
Il s'agit là d'un danger, mais aussi d'un frein, pour tous les efforts consentis par les pays de la région et les autres puissances mondiales pour lutter contre ce phénomène, estime-t-il.
Selon M. Habboub, le Sahel représente un "grand danger" et un "grand défi sécuritaire" pour le Maroc, faisant observer que c'est de cette région que provient aujourd'hui la menace terroriste qui pèse sur le Royaume et sur les pays voisins.
"Cela s'explique par les troubles aussi bien politiques que socio-économiques que connaît la zone", note le sécuritaire marocain, précisant qu'il s'agit d'une vaste région où la surveillance sécuritaire n'est pas évidente.
Après leurs chutes respectives en Afghanistan et en Syrie, les deux principales organisations terroristes, à savoir Al-Qaïda et Daech, ont trouvé dans le Sahel un "terrain fertile", alerte-t-il, ajoutant que depuis, plusieurs organisations y sont actives : certaines sont affiliées à AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique), d'autres à Al-Qaïda.
Il y a aussi l'Etat islamique dans le grand Sahara (EI-GS), dirigé par Adnane Abou Walid al-Sahraoui – natif de Laâyoune et ancien membre actif du front polisario, qui entre 2016 jusqu'en 2020, a revendiqué plusieurs opérations terroristes dans la région, rappelle le Directeur du BCIJ, ajoutant que les Etats-Unis offrent 5 millions de dollars pour toute information à même de permettre sa localisation, alors que la région du Sahel est en train de devenir un "épicentre des organisations terroristes".
S'agissant de la démarche marocaine face à cette menace, M. Habboub a fait savoir que depuis les attentats du 16 mai 2003, le Maroc a adopté une approche globale, intégrée et multidimensionnelle, dont les mots d'ordre sont la vigilance et l'anticipation.
"Ces deux principes sont aujourd'hui fondamentaux face à la menace du Sahel", explique-t-il, faisant observer qu'outre la région du Sahel, le retour des combattants terroristes marocains constitue "l'un des plus grands défis pour le BCIJ et le Royaume".
Le responsable sécuritaire rappelle à cet égard que 1 654 Marocains ont rejoint les rangs de l'organisation terroriste de l'Etat islamique depuis son émergence en 2014 et que ces individus ont été formés à la fabrication des explosifs et de poisons mortels, entre autres.
"En somme, ce sont des combattants qui sont dotés aujourd'hui d'une expérience guerrière. Parmi ces 1 654 Marocains, 270 sont rentrés au Maroc. De son côté, le BCIJ a traité 137 cas, c'est-à-dire que nous avons réussi à déférer devant la justice 137 individus. Parmi eux, 115 ont été actifs dans la zone syro-irakienne, 14 en Libye, plus huit autres combattants qui ont été rapatriés par le Royaume, en coordination avec les Etats-Unis en 2019", explique-t-il, évoquant également sur la question des femmes et des mineurs marocains encore bloqués dans les zones de conflits.
A la question de savoir si le Maroc est à l'abri d'une menace terroriste, le directeur du BCIJ a souligné que "ce n'est pas parce que le Maroc est considéré comme l'un des pays pionniers dans la lutte antiterroriste qu'il est à l'abri d'une menace terroriste".
"Pour le dire clairement, nous ne sommes jamais à l'abri, et aucun pays dans le monde ne peut se targuer de l'être", a-t-il insisté.
S'agissant de la coopération marocaine en matière de lutte anti-terroriste, il a souligné que le Maroc est entièrement engagé aux côtés de ses partenaires dans la coalition internationale contre le terrorisme depuis les attentats du 11 septembre 2001. "Depuis ce jour-là, le Royaume est devenu une cible pour les terroristes", a-t-il affirmé.
Le Maroc est engagé efficacement aux côtés des pays arabes, africains et les autres pays d'autres continents pour lutter contre le terrorisme, ajoute-t-il, relevant que cela passe par le partage des expériences, l'échange des informations et la coordination sécuritaire continue ainsi que par un échange dans le domaine de la formation.
Il a indiqué dans ce contexte que "plusieurs responsables africains ont été formés au Maroc. Ces responsables viennent essentiellement de pays comme la Mauritanie, le Gabon, le Burkina-Faso, la Guinée-Conakry, le Madagascar et la Tanzanie".
Le directeur du BCIJ est revenu également sur la coopération avec les Etats Unis qui a permis récemment aux autorités américaines d'interpeller un soldat américain pour son implication dans la planification d'actes terroristes en plus de ses liens avec des éléments appartenant à Daech.
"Les renseignements précis de la DGST au sujet du soldat et de son projet terroriste ont permis aux autorités américaines de l'interpeller et d'éviter un drame. Cet exemple est révélateur de l'approche marocaine, marquée par la continuité et la précision dans l'analyse des informations. Ajoutons à cela le timing de la communication. Autant d'éléments qui ont permis au Maroc d'être réélu, en 2019, pour un troisième mandat à la coprésidence du Forum mondial de lutte contre le terrorisme", s'est-il félicité.
S'agissant du le Bureau-programme des Nations unies pour la lutte contre le terrorisme et la formation en Afrique que le Maroc va abriter, M. Habboub a indiqué le but de ce Bureau-programme est d'unifier les efforts et de discuter de tous les sujets liés au terrorisme sur le continent africain. "C'est un honneur pour nous que ce bureau prenne ses quartiers au Maroc. Les institutions du Royaume, notamment le BCIJ, ne vont pas lésiner sur les moyens, que ce soit en termes d'échange d'expérience ou en termes de formation, pour faire réussir ce projet", a-t-il dit.
Il a ajouté que "la coopération internationale est une nécessité pour tous les pays. Les Etats-Unis louent la coopération fructueuse avec le Maroc, d'autres pays comme la Belgique ou la France l'ont déjà fait. Avec l'Espagne, nous comptabilisons aujourd'hui dix opérations conjointes pour le démantèlement de cellules". "Nous n'attendons pas qu'un pays loue nos efforts pour lui envoyer des renseignements. Si un pays est en danger, nous lui envoyons toutes les informations dont nous disposons pour sauver les vies humaines et préserver la stabilité du pays", relève-t-il.
M. Habboub a enfin qualifié de "très satisfaisant" le bilan du BCIJ. Depuis sa création, 82 cellules ont été démantelées, dont 76 en relation avec l'Etat islamique. 1 338 personnes ont été interpellées, 14 femmes, et 33 mineurs. Seuls 54 individus interpellés avaient des antécédents judiciaires liés au terrorisme, a-t-il énuméré.
"Si l'on parle plus généralement du bilan marocain dans la lutte antiterroriste, le Royaume a pu démanteler 209 cellules depuis 2002. En 2020, le BCIJ a démantelé 8 cellules terroristes. Concernant les combattants tués lors des affrontements dans la zone syro-irakienne, leur nombre s'élève à 745", a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.