Laâyoune: le droit à la santé à l'ère de la Covid-19 domine les débats de la CRDH    Les atouts du Maroc en tant que destination golfique de premier choix mis en avant en Pologne    Bruxelles attend de Biden des engagements clairs sur le partenariat transatlantique    Karaté: Médaillée d'or, la Marocaine Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Karaté : Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Ministère public et Gendarmerie Royale collaborent pour une meilleure qualité des prestations aux usagers    Wydad: Benzarti exclut un joueur des entraînements    Euro 2021: la Belgique écrase la Russie (VIDEO)    Équipe nationale : On tire la sonnette d'alarme !    Variant indien au Royaume-Uni: Boris Johnson avertit    Le grand pèlerinage à la Mecque en format réduit, les Marocains dépités    Euro 2020 : Danemark-Finlande interrompu provisoirement suite au grave malaise du Danois Christian Eriksen    Hajj 2021: les précisions du ministère des Habous et des Affaires islamiques    Algérie : la remueuse Kabylie dénonce une parodie d'élections et un régime réduit à la dernière extrémité    La date de l'Aïd Al Adha 2021 au Maroc    Algérie : les législatives anticipées servent à blanchir le régime (collectif)    Résolution européenne: les pays du Golfe solidaire avec le Maroc    Le Maroc peut produire des composants de la voiture électrique    Wikipedia en version Darija est désormais disponible    La Bourse de Casablanca en hausse    L'Istiqlal réaffirme la nécessaire récupération de Sebta et Melilia    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Transfert de Hakimi : Le PSG s'apprêterait à améliorer son offre    La CSMD fait escale à Aït Bouguemez, le désenclavement des zones rurales au centre des débats    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Tan-Tan : un multirécidiviste se suicide en garde à vue, une enquête ouverte    Covid-19 au Maroc : 455 nouveaux cas et 5 décès enregistrés en 24 heures    Le travail des enfants concerne 1,3% des ménages    Don de sang: le beau geste des ultras du Raja et du Wydad    Conférence de Berlin II: Bourita s'entretient avec l'envoyé spécial du SG de l'ONU pour la Libye    OCP : Succès d'une émission obligataire de 1,5 Milliard de Dollars à l'international    Protection contre les catastrophes naturelles: un chèque de 100 millions de $ de la banque mondiale au Maroc    Entrée au Maroc: les voyageurs en provenance de la liste A ne sont plus obligés de passer le PCR    Résolution européenne sur les migrants mineurs : réunion urgente du Parlement arabe le 26 juin    Rabat restera un indéfectible soutien de Tripoli, déclare Nasser Bourita    Royal air Maroc : les détails des vols pour cet été    Covid-19: Lancement du premier kit de test à domicile en Inde    Covid-19: Les vaccins chinois par pulvérisation nasale en phase d'essais cliniques    Météo: le temps qu'il fera ce samedi 12 juin au Maroc    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    Victor Hugo, ses funérailles, ses dessins    Le goût de la vie orientale    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc et la lutte antiterroriste : récit d'un succès reconnu à l'échelle internationale
Publié dans Barlamane le 09 - 05 - 2021

Selon le site italien Panorama, la lutte marocaine contre le terrorisme conjugue des impératifs d'efficacité et des impératifs relatifs à la préservation des libertés. Elle est menée grâce à une politique qui conserve un juste équilibre alliant préservation des fondements de l'Etat de droit, action des mécanismes répressifs et respect des libertés individuelles.
«Il est 2 heures du matin à Béziers, une région française placide d'Occitanie. Nous sommes le 4 avril 2021. Une camionnette noire arrive dans le quartier populaire de La Devèze, d'où descendent quatre hommes cagoulés. Il s'agit de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) sur les agents d'une mission antiterroriste. Ils enfoncent la porte d'un appartement à la recherche d'une jeune fille de 18 ans, identifiée comme "Leila B". Elle est dans sa chambre, où des affiches sans équivoque se détachent sur les murs: des schémas sur la façon de fabriquer des explosifs, des passages du Coran qui incitent au djihad, les Twin Towers en flammes. Et encore des croix gammées, le dessin d'un soldat nazi et d'un bourreau de l'Etat islamique tenant une tête décapitée à la main» raconte le site Panorama.
«Les agents trouvent également des photos du corps décapité de Samuel Paty, le professeur "exécuté" à Paris en octobre dernier par un terroriste tchétchène. Et un journal où la fille a noté: "J'aime voir des gens décapités, j'aime voir des gens qui souffrent, des gens qui coupent la tête, j'aime la mort"» a indiqué la même source.
«Les enquêteurs ont la confirmation qu'ils recherchaient : Leila B est une terroriste et elle a planifié une attaque imminente. Elle voulait se faire exploser le dimanche de Pâques dans une église de Montpellier, mais les renseignements l'ont empêché juste à temps. Tout cela grâce aux enquêteurs parisiens? Pas du tout: le succès appartient aux services secrets du Maroc, qui ont participé à une opération conjointe grâce à son organe d'élite, la Direction générale de la surveillance territoriale (DGST)» a-t-on dévoilé.
Début avril, le parquet antiterroriste français a prolongé les gardes à vue d'une jeune fille de 18 ans soupçonnée d'avoir voulu commettre un attentat et de trois autres femmes de sa famille, interpellées à Béziers. Il a ouvert une enquête préliminaire pour «association de malfaiteurs terroriste» et pour «détention et fabrication d'explosifs en relation avec une entreprise terroriste», pour déterminer la nature du projet éventuel. Les services marocains ont revendiqué avoir dénoué les fils de ce dangereux projet, expliquant dans un communiqué avoir transmis le 1er avril à leurs homologues français «des informations précises sur une citoyenne française d'origine marocaine qui planifiait une opération terroriste imminente visant une église en France», «en coordination avec des éléments de Daech», l'organisation Etat islamique. Une source proche de l'enquête a rappelé la «coopération particulièrement dense et très confiante» avec le Maroc, «particulièrement réactif dès qu'une information est susceptible de concerner la sécurité du territoire français».
«En Europe, on parle trop peu des efforts déployés par le Maroc pour lutter contre le terrorisme islamiste. Cependant, Rabat joue un rôle crucial dans la lutte contre le terrorisme international depuis des années, à tel point que le FBI lui-même et même la CIA reconnaissent l'engagement et les résultats: "Nous sommes reconnaissants pour le leadership et le haut niveau de professionnalisme de la DGSI , dans le cadre des efforts conjoints de sécurité, y compris ceux déployés dans la lutte contre le terrorisme et les groupes extrémistes", a-t-il déclaré depuis Langley, siège de l'Agence» des propos rapportés par la même source.
«La section new-yorkaise des propos du chef du FBI a fait écho, qui a exprimé sa profonde gratitude pour "les informations spécifiques fournies rapidement et qui ont contribué à la neutralisation du danger terroriste". Référence non seulement à l'opération de Béziers, qui est la dernière d'une série de "missions accomplies" couronnées de succès, mais aussi à l'activité fructueuse d'échange d'informations» a-t-on ajouté.
«Les efforts antiterroristes du Maroc avait déjà commencé après les attentats du 11 septembre, lorsque le pays s'est clairement rangé du côté de l'Occident; cet engagement s'est ensuite poursuivi avec les attentats de Casablanca (11 mai 2003) jusqu'à l'identification des auteurs de la décapitation de deux jeunes étudiants européens, la danoise Louisa Vesterager Jespersen et son amie norvégienne Maren Ueland, tuées en 2018 dans les environs de Marrakech. Un crime horrible, pour lequel Abdessamad Ejjoud, chef d'un groupe djihadiste avoué, et Younes Ouaziyad, qui avait filmé la scène de la décapitation, ont été traduits en justice et condamnés à la peine capitale. Cette opération a abouti au démantèlement d'une cellule entière : une vingtaine de terroristes, dont un Genevois converti à l'islam» explicite la même source.
«La coopération internationale dans la lutte contre le terrorisme est l'une des approches multidimensionnelles et les plus globales de la stratégie du Maroc, en particulier avec des partenaires majeurs tels que les Etats-Unis, la France et l'Espagne. La relation avec les Etats-Unis, en particulier, est forte dans les secteurs du renseignement, où le pays d'Afrique du Nord recueille des informations et le renseignement américain fournit une formation et une assistance technique à la police nationale et à la gendarmerie royale», explique Maha Ghazi, une chercheuse marocaine sur les questions. extrémisme dans la région, citée par Panorama. «Le Maroc est également actif au sein du Forum mondial de lutte contre le terrorisme (GCTF) et a joué un rôle important dans la coalition mondiale qui a vaincu l'organisation Etat islamique» a-t-elle pointé.
«Cela explique comment le pays a pu devenir le principal référent américain pour le contrôle du djihad africain et européen: le gouvernement du roi Mohammed VI a signé avec Washington une série de programmes de prévention de l'extrémisme et d'éducation en société, tels que la Middle East Partnership Initiative (MEPI), et a défini un cadre d'engagements avec l'OTAN: Rabat soutient l'Alliance atlantique depuis 2016, agissant comme une "antenne" pour les politiques méditerranéennes et pour surveiller les trafics illicites dans la zone (issus du trafic de aux armes et à la traite des êtres humains). En retour, il reçoit également des armements: l'année dernière, par exemple, il a signé un accord de 240 millions de dollars pour la fourniture de véhicules lourds» développe la même source.
«Le Maroc émerge comme l'Etat le plus avancé d'Afrique en matière de lutte antiterroriste. "[Sa] stratégie politique visait principalement à neutraliser les mouvements islamistes et à éviter la diffusion de messages extrémistes" note la chercheuse Majda Mehrar. Et cela a bien fonctionné, étant donné qu'actuellement dans les prisons marocaines, seuls 900 personnes purgent des crimes liés au terrorisme (seulement 21 nouveaux entrants l'année dernière)» rapporte le site Panorama.
«La stabilité bâtie au fil du temps par le Maroc ont ainsi préservé le pays des bouleversements et des guerres internes liés à l'islam radical. On ne peut pas en dire autant de l'Algérie voisine qui, tout au long des années 1990, a combattu des groupes locaux tels que le FIS (Front islamique du salut) et le GIA (Groupe islamique armé), qui visaient à renverser le gouvernement national pour imposer la charia. Le Maroc est aujourd'hui considéré comme l'interlocuteur le plus fiable en Afrique du Nord» a-t-on conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.