La France durcit l'octroi des visas à l'égard du Maroc, de l'Algérie et la Tunisie    Un ex-ministre algérien des Finances sous mandat de dépôt    Le PJD aura malgré tout un groupe parlementaire    Algérie : La harga fait un drame en haute mer    Collectivités territoriales: 1,93 MMDH d'excédent à fin février 2021    Le peuple dans la rue, craint «un retour à la dictature Ben Ali»    Les opportunités d'investissement présentées aux hommes d'affaires chiliens    Une compétition alliant protection de l'environnement et action sociale et solidaire    Le Maroc à l'honneur !    Usyk détrône Joshua aux points et à l'unanimité    Meknès: célébration du 200è anniversaire du décès de Rabbi Raphaël Berdugo    Rentrée universitaire : à quand une révision du décret de la création de l'ISADAC?    Un septembre automnal à Paris    France: le Prix Caméléon 2021-2022 met le Maroc à l'honneur    Le PI remporte la présidence de 5 communes sur 6 dans la province d'Aousserd    Armement : Ankara lorgne vers un nouveau lot de S-400 russes    Sahel : La mission Barkhane serait « de plus en plus difficile politiquement »    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 septembre 2021 à 16H00    Coronavirus. Les patchs de vaccination arrivent !    L'Opinion : En attendant l'allégement...    MoulZeri3a.com l Une plateforme digitale pour « pérenniser » un métier traditionnel    Lutte contre les menaces NRBC : David Greene relève l'efficacité des FAR    La malédiction Brahim Ghali hante le gouvernement Espagnol    Parution :partis politiques et protestations au Maroc (1934-2020)    Rabat-Salé-Kénitra : première session du conseil régional consacrée à la refonte du règlement intérieur    Foot africain : Le Ghana vire son sélectionneur national    Coupe du monde de futsal (Lituanie 2021): "Le Maroc a bousculé l'équipe la plus titrée de la compétition", selon la FIFA    Australie : La pratique de l'alternance au Maroc saluée lors d'un séminaire    Reim Partners va gérer le premier OPCI de la CMR    Participation du Maroc à la 2e édition de l'exposition économique et commerciale Chine-Afrique    Ministère de la jeunesse, ministère de la culture... la force et l'âme !    Botola Pro D1 "Inwi" (4ème journée): Aujourd'hui à 19h15, la Jeunesse de Soualem face à l'Olympique de Khouribga    Rapt au Nigeria : libération de dix étudiants    Séisme en Grèce: Un mort et 11 blessés    Tourisme: une stratégie de relance se prépare à Agadir    Attijariwafa bank, « Banque la plus sûre en Afrique » selon Global Finance    Construction/Industrie manufacturière : Les chefs d'entreprises se montrent optimistes    Sept personnes interpellées : Saisie de 2 tonnes de chira à Agadir    Sinopharm et Pfizer: le Maroc recevra des quantités importantes de vaccins    Covid-19 : Plus de 8,26 millions de cas confirmés en Afrique    L'ancien patron de Tesco veut investir 22 milliards de dollars à Guelmim pour résoudre la crise énergétique au Royaume-Uni    Canada. ASMEX promeut le Halal et le Bio «Made in Morocco»    Allemagne : Le parti social-démocrate remporte les élections législatives    Mondial de futsal: le Maroc vaincu par le Brésil    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pegasus : le Maroc fermera-t-il les bureaux d'Amnesty International ?
Publié dans Barlamane le 27 - 07 - 2021

Si le Maroc «entend ne pas laisser impunis les multiples mensonges et les fake news propagés ces derniers jours», relatifs à l'étude Pegasus, une question reste pendante : Faut-il que Rabat suive l'exemple de nombreux pays qui ont fermé sans décision de justice des organisations étrangères menaçant leur sécurité nationale ou leurs fondements constitutionnels ?
Les relations entre Amnesty International et le Maroc se sont notamment dégradées depuis la publication de plusieurs rapports à charge, dont «les conditions d'honnêteté et d'objectivité étaient totalement absentes». L'ONG fragilisée par le départ de plusieurs de ses dirigeants après une enquête externe révélant un environnement de travail «toxique» au sein de la structure, reste constante dans son acharnement contre Rabat.
La Maroc a sans cesse affirmé que les agissements d'Amnesty relèvent «d'une campagne de diffamation internationale injuste» dictée par «un agenda n'ayant aucun lien avec la défense des droits de l'Homme», tout en dénonçant l'«acharnement systématique et continu» d'Amnesty «contre les intérêts du Maroc». Le Maroc a assuré «ne pas disposer de la technologie de NSO».
Le Maroc a délivré, pour rappel, «deux citations directes en diffamation» contre deux associations dont Amnesty, à l'origine des révélations controversées sur les clients supposés du logiciel Pegasus. Une première audience procédurale est prévue le 8 octobre devant la chambre spécialisée en droit de la presse.
En 2015 déjà, le Maroc a expulsé deux activistes d'Amnesty qui menaient une prétendue enquête de terrain sur la situation des migrants et des demandeurs d'asile au Maroc sans «une autorisation préalable des autorités compétentes» et sans les assurances écrites et verbales autorisant la visite.
L'affaire Pegasus serait-il le point de non-retour ? «L'Etat marocain entend immédiatement saisir la justice française car il souhaite que toute la lumière soit faite sur les allégations mensongères de ces deux organisations qui avancent des éléments sans la moindre preuve concrète et démontrée», avait accusé l'avocat de Rabat. Les organisations Forbidden Stories et Amnesty International ont obtenu une liste de 50 000 numéros de téléphone, sélectionnés pour être potentiellement surveillés, et ont cité le nom du Maroc.
En 2020, les autorités marocaines ont «réfuté catégoriquement» vendredi les «allégations infondées» d'Amnesty International, qui prétendent que le Maroc a infiltré le téléphone d'un individu avec un logiciel de surveillance. Dans un communiqué, Rabat a appelé l'ONG à «étayer» son rapport «par des preuves». Le directeur d'Amnesty au Maroc a été convoqué et il lui a été demandé de fournir «dans les plus brefs délais» ces preuves, selon la même source. Jusqu'à ce jour, aucune justification n'a été fournie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.