L'expérience marocaine d'investissement en Ethiopie et en Afrique mise en avant à Addis-Abeba    Table ronde : Le rôle du 'Médiateur' dans le renforcement des valeurs de transparence    Sommet des Nations Unies sur les Systèmes alimentaires: la sécurité alimentaire une priorité stratégique pour le Maroc selon Nasser Bourita    Entretien. Retard de la charte de l'investissement: «Un mal pour un bien»    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Casablanca: Ouverture de centres de vaccination au profit des élèves 12-17 ans    Covid-19. 30 nouveaux décès au Maroc: la répartition par régions    MAScIR: Moldiag lance le premier test 100% marocain de diagnostic de l'hépatite C    Musique: morceaux conquérants    Biographie de Nabila Rmili, présidente du Conseil communal de Casablanca    Biographie d'Asmaa Rhlalou présidente du conseil de la ville de Rabat    Biographie de M. El Khattat Yanja, président du Conseil de la région Dakhla-Oued Eddahab    La Bourse de Casablanca en hausse du 20 au 24 septembre    La première centrale photovoltaïque flottante en Afrique du Nord bientôt opérationnelle au Maroc    Plug and Play Maroc lance un nouveau programme pour les startups africaines    La révolution féministe envahit le Maroc, trois femmes dirigent les principales villes    Pakistan: six terroristes tués dans le sud-ouest    Liban: Appel à l'aide internationale du président Aoun après la formation d'un gouvernement    Un génocide dans le silence de la communauté internationale    Première étudiante marocaine "non juive" sur les bancs d'une Université israélienne    Le Maroc n'est pas une république de bananes !    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Botola Pro D1 / 3ème journée : Le programme de ce samedi    Mondial Futsal 2021 : Programme des quarts de finale avec, ce dimanche, Maroc-Brésil à 14h00    Botola Pro / OCK-IRT (1-0) : L'Olympique remporta ce match qu'il fallait gagner    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Attijariwafa bank élue "Banque la plus sûre en Afrique en 2021"    Disparités économiques et sociales: quelles issues pour le prochain gouvernement ?    Canada : la suspension des vols en provenance du Maroc de nouveau prolongée !    Covid-19 : bientôt un allègement des restrictions au Maroc    Mort de Abdelouahab Belfequih: Le parquet conclut au suicide et classe le dossier    Prévisions météorologiques pour ce samedi    12 personnes arrêtées, dont 4 mineurs pour émeutes à Casablanca    Réforme fiscale: entre perplexité et impératifs économique et social    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Rentrée culturelle de la FNM : la photographie artistique à l'honneur    Le Maroc et l'Espagne évitent une tentative d'entrée de 400 immigrés    Promotion du sport : la MDJS innove    Sara Daif, vice-championne de l'arab reading challenge 2020    La Banque soutient la 2ème édition de l'appel à projets dédié à la création et la production du spectacle vivant    Une première africaine et arabe : Le Maroc en quarts de finale de la Coupe du monde de futsal    Raja de Casablanca-Jeunesse sportive Salmi, attraction de la 3ème journée    Algérie: Quatre ans de prison pour atteinte au moral de l'armée !    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pegasus : le corps du délit, ce grand absent
Publié dans Barlamane le 04 - 08 - 2021

Près de trois semaines après les premières fuites du «Projet Pegasus», indiquant un dévoiement (non prouvé) du logiciel espion commercialisé par l'entreprise israélienne NSO Group, les vérifications effectuées jusqu'à présent se sont avérées vide de toute preuve sérieuse.
Les premiers éléments issus des analyses techniques conduites dans le cadre de l'affaire Pegasus prouvent que les informations avancées par le consortium de dix-sept médias et Amnesty International sont dérisoires, dépourvues de toute assise réelle. Tout ce qui est révélé, de minces démonstrations du Security Lab d'Amnesty International, qui aurait retrouvé des traces de Pegasus portant la signature technique distinctive d'un même client sur certains téléphones utilisés. Le Maroc, pour rappel, affirme n'avoir «jamais acquis de logiciels informatiques pour infiltrer des appareils de communication, de même que les autorités marocaines n'ont jamais eu recours à ce genre d'actes».
«Les éléments sur lesquels s'appuie le consortium de médias emmené par Forbidden Stories et Amnesty International pour justifier leurs accusations à l'encontre du Maroc ne sont pas de nature à établir sa responsabilité. À date, plus de deux semaines après les révélations, et contrairement à ce qu'avancent les acteurs du consortium, rien ne peut encore formellement attester de l'implication de Rabat dans les intrusions suspectes des milliers de téléphones portables ciblés par le logiciel espion» écrit le site Affaires Internationales.
«Le consortium a en fait déduit l'implication du Maroc dans l'espionnage de numéros français à partir de constatations techniques issues du Security Lab d'Amnesty International. La démonstration, détaillée dans un article du Monde en date du 27 juillet, est pour le moins ténue. Le laboratoire fait valoir qu'il a eu accès à "40 téléphones compromis dont plus de 15 en France", sur 50 000 appareils potentiellement ciblés donc, soit 0,08 % d'entre eux. Le consortium n'a pas eu accès au téléphone d'Emmanuel Macron, ni d'ailleurs à aucun téléphone appartenant à un membre du gouvernement français, à l'exception du téléphone de l'ancien ministre de l'écologie, François de Rugy» a-t-on affirmé.
Certains numéros de téléphone dévoilés font partie d'une liste en comptant plus de 50 000, consultée (uniquement) par l'organisation Forbidden Stories et Amnesty International avant d'être partagée avec quelques médias plus au moins liés à certains organismes politiques. Selon les analyses menées par le consortium et Amnesty International, la présence d'un numéro dans cette liste signifie qu'un client de Pegasus s'y est intéressé, qu'il a envisagé une possible infection ou qu'il a été infecté. Pas d'amalgame.
L'authenticité de cette liste et son lien avec le logiciel espion Pegasus fait l'objet d'une vive polémique et n'a jamais pu être établie. Faute d'avoir pu examiner le téléphone du président Macron, par exemple, il n'est pas possible de dire s'il a été infecté par ce logiciel espion, et pourtant, le mensonge est dur : le Maroc a espionné Macron ! Dans un communiqué transmis au «Projet Pegasus» dès le 20 juillet, NSO Group affirme qu'Emmanuel Macron «n'a pas, et n'a jamais été une cible ou n'a jamais été sélectionné comme une cible par des clients de NSO». L'entreprise israélienne précise qu'elle n'a «pas accès aux données de ses clients, qui doivent toutefois [lui] fournir ce type d'informations» en cas d'enquête.
«Dans cette enquête, les preuves ne sont autres que des déductions, tirées d'un corpus à tout le moins extrêmement partiel, si ce n'est partial» écrit Affaires Internationales
Le Maroc, qui a largement communiqué autour de cette affaire pour nier son implication, n'a pas manqué de souligner l'absence de preuves formelles. Déjà accusé par Amnesty International par le passé, le pays avait réclamé des preuves, mais n'a reçu aucune réponse de l'association jusqu'à présent. Une demande réitérée ces derniers jours, explique Me Baratelli, avocat du Maroc : «Amnesty International tergiverse à apporter les preuves de son accusation. Les autorités marocaines formulent une seule et unique requête : fournissez les preuves. Et Amnesty se noie dans des considérations sémantiques et des rappels tendancieux du bilan du royaume en matière de droits de l'homme, au lieu de fournir la preuve matérielle.»
«Alors que les preuves formelles réclamées par le Maroc ne sont toujours pas connues, le pays a saisi un collège d'experts auprès de la Cour de cassation, dirigé par un spécialiste reconnu de l'analyse numérique, David Znaty. L'objectif ? Faire la lumière sur l'implication du Royaume dans les tentatives d'intrusion conduites avec le logiciel israélien» a-t-on conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.