Le FMI s'attend à ce que la reprise post-Covid au Maroc se renforce    Coupe de la CAF/2e tour préliminaire « retour » : La RSB pour confirmer, les FAR pour se surpasser !    Dimanche prochain à 19h45, l'autre classico, l'OM reçoit le PSG    Coupe du Monde Féminine U-20 : Le Maroc affronte la Gambie et non le Sénégal !    Compteur coronavirus : 499 nouveaux cas positifs, 5 décès enregistrés en 24H    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    Le détail du Projet de loi de finances 2022 [Document]    Kénitra : deux arrestations pour trafic illicite de substances psychotropes    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Maroc : une nouvelle vague de l'épidémie de Covid-19 est probable    Bonnes feuilles : «France-Algérie les passions douloureuses» de Benjamin Stora    Mobilité propre : De nouvelles dispositions applicables en 2022 et en 2023    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Agadir : Démantèlement d'une bande de trois malfrats, dont une jeune femme    Casablanca : Pour kidnapping, séquestration et viol, un duo écope de 10 ans de prison chacun    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Aquaculture : Agadir Haliopôle Cluster accompagne les start-up innovantes    Ali Bensaad : «Le discrédit du régime algérien, qui se désagrège, est tel qu'il rejaillit sur l'image de tout le pays. Il est l'homme malade du Maghreb»    Le pass vaccinal obligatoire dès jeudi dans les espaces publics et pour se déplacer    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sahara : Irina Tsukerman dénonce un lobbying douteux contre le Maroc et soutient la légitimité et la crédibilité de la voix de Tamek    Irak: Le responsable d'un attentat meurtrier en 2016 arrêté    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Aïd Al Mawlid Annabaoui - Le Prophète Sidna Mohammed « As-Sadiq Al-Amin » : Un illustre modèle    Un trafic international de cocaïne démantelé en Belgique, 27 arrestations    Le premier ministre polonais fustige un «chantage» de l'UE, qui souhaite protéger ses «valeurs»    Femmes sur le marché du travail : Les chiffres inquiétants du HCP    Un responsable marocain sur le gazoduc Maghreb-Europe (GME) : «Nous ne le laisserons pas rouiller»    Projet de loi des Finances 2022 : 245 milliards d'investissement public, 3,2% de croissance anticipée    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Examen des Orientations générales du PLF pour l'année budgétaire 2022    La CGEM décline son software    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    PIB : le PLF 2022 prévoit une croissance de 3,2%    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Espagne: négociations sous haute tension entre Madrid et les séparatistes catalans
Publié dans Barlamane le 15 - 09 - 2021

Les perspectives d'accord sont infimes tant les positions du gouvernement et de l'exécutif régional du séparatiste modéré Pere Aragonès sont opposées.
Suspendues depuis un an et demi, les négociations entre Madrid et les indépendantistes catalans reprennent mercredi 15 septembre, afin de tenter de trouver une issue à la crise dans cette région secouée en 2017 par une tentative de sécession. Après avoir laissé planer le doute, le premier ministre Pedro Sanchez a confirmé lundi soir qu'il ferait le déplacement en personne à Barcelone pour ces pourparlers. «J'ai toujours défendu le dialogue (…), la nécessité d'ouvrir un nouveau chapitre» en Catalogne, a dit le dirigeant socialiste, qui a fait de l'apaisement dans cette région l'une de ses grandes priorités depuis son arrivée au pouvoir en 2018.
Mais les perspectives d'accord sont infimes tant les positions du gouvernement et de l'exécutif régional du séparatiste modéré Pere Aragonès sont opposées. Pedro Sanchez a ainsi balayé de nouveau la principale revendication des indépendantistes: un accord sur l'organisation d'un référendum d'autodétermination. «Si nous sommes face à des revendications jusqu'au-boutistes, il est clair que la discussion ne va pas durer longtemps», a-t-il insisté. Un référendum d'autodétermination «est contraire à la Constitution», a-t-il poursuivi. Le premier ministre est seulement favorable à un vote des Catalans sur l'octroi de nouvelles compétences à la région, qui compte déjà sa propre police notamment.
La tentative de sécession, en octobre 2017, de cette région du nord-est du pays, peuplée de 7,8 millions d'habitants, a été l'une des pires crises vécues par l'Espagne depuis la fin de la dictature franquiste en 1975. Malgré l'interdiction de la justice, le gouvernement régional de Carles Puigdemont avait organisé un référendum d'autodétermination, émaillé de violences policières et suivi, quelques semaines plus tard, d'une déclaration d'indépendance mort-née. Le gouvernement espagnol, alors dirigé par les conservateurs, avait réagi en mettant la région sous tutelle et en arrêtant les principaux leaders du mouvement qui n'avaient pas fui à l'étranger comme Carles Puigdemont. Condamnés pour neuf d'entre eux à la prison en 2019, ils ont été graciés en juin par le gouvernement Sanchez.
La mise en place de ces négociations avait été obtenue par le parti ERC (Gauche Républicaine de Catalogne) de Pere Aragonès en échange de son soutien à la reconduction au pouvoir de Pedro Sanchez début 2020. Mais une seule réunion s'est tenue en février 2020 avant que les discussions ne soient gelées en raison de la pandémie et du contexte politique dans la région à la tête de laquelle Pere Aragonès a succédé à l'indépendantiste radical Quim Torra en mai dernier. Depuis l'élection de Pere Aragonès, les relations entre Madrid et Barcelone se sont apaisées, permettant cette reprise des négociations et un accord sur un projet controversé d'agrandissement de l'aéroport de Barcelone.
Mais elles viennent d'être ravivées par la décision du gouvernement central de suspendre la semaine dernière ce projet, en raison d'une «perte de confiance» dans le gouvernement régional séparatiste, rongé par les tensions entre ERC et Ensemble pour la Catalogne (JxC), la formation de Carles Puigdemont. La reprise de ce dialogue est très mal vue par JxC et les tenants d'une ligne dure au sein du mouvement indépendantiste. La formation de Carles Puigdemont a d'ailleurs déclenché une crise en décidant mardi de boycotter les pourparlers où elle voulait aller uniquement si elle pouvait être représentée par deux anciens leaders graciés alors que seuls des membres du gouvernement régional peuvent y assister.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.