Le dirham se déprécie de 2,47% vis-à-vis du dollar en juillet    Activité monétique: 245,5 millions d'opérations pour 200,6 MMDH au S1-2022    HCP: près de 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes au Maroc    Retraite : L'horizon d'épuisement des réserves de la CNSS se situe à 2038    Jeux de la solidarité islamique : Les athlètes marocains décrochent deux médailles d'or et deux de bronze    Fouzi Lekjaa revient sur les raisons du limogeage de Vahid Halilhodzic    FIFA: le coup d'envoi du Mondial-2022 fixé au 20 novembre    Arrestation de l'agresseur d'un policier à Casablanca    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C ces vendredi et samedi    Météo Maroc: persistance du temps ce samedi 13 août    E-commerce au Maroc: 12,8 millions d'opérations à fin juin    Des écologistes plaident pour un changement radical de la politique agricole    Benzema, Courtois et De Bruyne nommés pour le titre de Joueur européen de l'année    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    L'Algérie rejette la main tendue de SM le Roi    E-commerce: 85% des consommateurs au Maroc préoccupés par la protection de leurs données personnelles    Rabat-Salé-Kénitra: destruction par incinération d'une importante quantité de drogues    L'actrice américaine Anne Heche succombe à ses blessures    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    Tennis : Le Maroc passe au Groupe ll de Coupe Davis... One, two, three en Algérie !    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Avec sa nouvelle loi sur l'immigration, le Portugal pourrait bénéficier de la main-d'œuvre marocaine    Transport aérien : Ryanair annonce la fin des billets à 10 euros    Amérique : Biden se prépare aux élections présidentielles de 2024    Reportage / Mondial-2022: Un QG unique pour parer aux incidents dans les stades    Le Maroc compte 5,9 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans    Liga saison 2022-2023 : Début ce soir avec Osasuna - FC Séville (20h00)    Biens culturels volés : Le Maroc adhère à la convention d'Unidroit de 1995    Diagnostic confirmé, Hamid El Hadri souffre bien d'une tumeur cérébrale (PHOTO)    Saad Lamjarred dévoile son tout dernier single « Alacheq Alhayem » (VIDEO)    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    Le problème des visas pour la France arrive au parlement    « Pegasus » révèle que 12 pays européens ont utilisé son programme    Président du parti politique argentin Demos : le Maroc a montré le « cap » d'ouverture sur le Monde    Sécheresse chronique: la Californie veut stocker davantage d'eau    USA/Ohio: Un homme armé tué après avoir tenté d' »entrer par effraction » dans les bureaux du FBI à Cincinnati    Les Marocains deuxièmes bénéficiaires des premiers permis de séjour en Europe en 2021    Nouvelle vision pour les polices marocaine et espagnole    Des journalistes MRE découvrent de près la promotion du service audiovisuel public    Perquisition au domicile de Trump en Floride: Le FBI cherchait des documents liés au nucléaire (presse)    ONU/Ukraine: l'AIEA réclame l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia    Mohammedia : Coup d'envoi du 5ème Festival du film éducatif pour les enfants en colonies de vacances    Le Polisario en quête d'une sortie honorable pour sa «guerre contre le Maroc»    La revue de presse du vendredi 12 août    USA: la quarantaine n'est plus obligatoire après une exposition au Covid    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    Mondial 2022: la Fifa entérine l'avancement d'une journée du match d'ouverture    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie
Publié dans Barlamane le 17 - 10 - 2021

Les sorties médiatiques de Abdelmadjid Tebboune dans lesquelles quel qu'en soit le sujet, il ne manque pas d'inclure ses menaces contre le Maroc, et la diffusion par les médias algériens de produits numériques pleins de contradictions, interpellent journalistes sur les chaines satellitaires et influenceurs sur les réseaux sociaux. Les spécialistes de la question et observateurs politiques commencent à voir dans cette récurrence, une obsession, qui entame la crédibilité du régime d'Al Mouradia.
Dossiers construits à la hâte sur la base de déclarations invérifiables, conclusions tirées sur simple annonce de preuves jamais exposées à l'appréciation de l'opinion publique : autant de faits qui convergent vers le climat conspirationniste inspiré d'époques révolues que tente de créer le président algérien, pour aller en croisade contre le Maroc. Il s'agit là d'occuper le peuple dans une cause populiste sous couvert de nationalisme pour renvoyer aux calendes grecques les vrais défis socio-économiques et politiques du pays. La chute du PIB de 6% et le taux de chômage de 12% contribuent à la détérioration progressive de la situation en Algérie. Le muselage du Hirak et de la liberté d'expression avec la dissolution de l'association « RAJ », la cherté de la vie, le nombre croissant de candidats à l'immigration clandestine, autant de problèmes sociaux impactés par une économie mono-produit qui n'a plus les moyens de sa politique. Le plan de relance à horizon 2024 est jugé trop lointain pour répondre aux préoccupations quotidiennes des Algériens, d'autant que les analystes économiques le jugent irréalisable en deux ans et irréaliste. Autant, partir en croisade comme au Moyen-âge, occuper le peuple, juge de manière imprudente le palais d'al Mouradia. Sauf que le peuple ne fait pas la guerre, c'est l'armée qui va au front. La guerre, le peuple la subit.
Invité au JT (journal télévisé) du soir, le 14 octobre dernier sur la chaine satellitaire « Al hurra » Yaiir Masri, chercheur à l'université hébraïque de Jérusalem, a commenté, depuis al Qods, le reportage intitulé : « سقوط خيوط الوهم« , [NDLR : « La fin des illusions »] diffusé par la chaîne algérienne « الإخبارية 3 », [Al Ikhbaria 3]. Ce reportage portait sur l'arrestation des membres du « MAK », accusés de conspiration avec Israël et le Maroc, en vue de commettre des actes terroristes en Algérie. Le chercheur en a minimisé la portée médiatique, au vu de la « médiocrité » du produit. Il a également expliqué l'acharnement des gouvernants algériens contre Rabat et Tel-Aviv par la faiblesse du régime « vert-kaki ». Quand un régime prend l'eau, pour se maintenir et cacher les fissures en l'édifice, il jour sur le populisme et l'instrumentalisation. Ainsi, il analyse la diffusion de ces accusations fallacieuses comme moyen de détourner l'attention de l'opinion publique des véritables maux socio-économiques et politiques, dont pâtit ce pays. Le rôle de l'Algérie à l'international a-t-il commenté, n'étant pas stratégique, Israël n'aspire pas à normaliser ses relations avec ce pays, avant de mettre en garde contre le soutien indéfectible algérien au « polisario », taxé de « terrorisme ».
La chaine satellitaire a également donné la parole durant ce JT, au politologue algérien, Abderrazak Saghour, qui s'est, naturellement aligné sur la « théorie de complot » adoptée par le régime militaire en Algérie, en accusant Israël de conspiration avec ses alliés, en allusion au Maroc, contre son pays et ce, à travers leur soutien aux mouvements « terroristes », à l'image du « MAK » et « Rachad ».
De son côté, la chaine « youtube » pro-marocaine « ça vient du Maroc » a relayé, le 12 octobre, un extrait du JT diffusé, le 23 septembre 2021, par la chaine française « Tv5 Monde », qui s'est longuement attardé sur la fermeture par les autorités algériennes de leur espace aérien aux avions marocains. Pour la commenter, TV5 a donné la parole au journaliste franco-algérien Kader Abderrahim qui a qualifié cette décision de « grave », apparentée à une « quasi-déclaration de guerre ». Il a déploré le fait qu'Alger se déploie pour l'exportation de ses crises internes, au moment où le Maroc a réussi, grâce à son « projet africain », à s'intégrer dans le continent, en quête de nouveaux succès, après la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara. Il a conclu sur la nécessité d'une médiation diplomatique des partenaires des deux pays pour mettre fin à cette crise bilatérale, vu la proximité du Maghreb avec la France et l'Europe de manière générale.
Un autre youtubeur, Oualid Kebir -spécialisé en relations maroco-algériennes et président de « l'Association maghrébine pour la paix, la coopération et le développement » à Oujda- a posté, le 13 octobre sur sa chaine « youtube » éponyme, un enregistrement-vidéo dans lequel, il a attiré l'attention sur la non concordance entre le contenu du communiqué publié auparavant par la police algérienne et la teneur du reportage en question. L'absence de preuves tangibles sur la présumée « implication » du Maroc et d'Israël dans ces prétendus « plans déstabilisateurs », interroge le fondement de la campagne médiatique anti-marocaine, et questionne la capacité du régime « vert-kaki » à gérer les affaires du pays, précise-t-il.
Le journaliste algérien, Hichem Aboud, refugié en France a mis en ligne, dans la même soirée sur sa chaine « youtube » « Aboud Hichem TV », un enregistrement-vidéo dans lequel il estime que le reportage en question met à nu, implicitement, l'inefficacité des services de renseignement algériens. Il les qualifie d'incapables de déjouer les « visées » des agents israéliens et marocains en Algérie depuis 2014, démontrant par là-même l'argumentaire chimérique côté algérien. A cet égard, il a appelé les officiels marocains à exprimer une position favorable à la Kabylie en soutenant, véritablement, le « MAK » et « Rachad », tant que le régime d'al Mouradia ne cesse d'accuser Rabat de conspiration avec ces deux mouvements indépendantistes.
L'ex-officier et écrivain algérien Anouar Abdelmalik, exilé en France a lui aussi diffusé, le même jour, sur sa chaine « youtube » « Amalek TV », un long enregistrement-vidéo dans lequel il a critiqué « la politique de deux poids, deux mesures », adoptée par Abdelmajid Tebboune. Il a de ce fait mis l'accent sur la dernière sortie médiatique du président qui s'attaque au Maroc au moment où il invite, en filigrane, la France, sur un ton mesuré à la table du dialogue.
L'ex-officier a conclu sur le sujet en qualifiant l'instrumentalisation par le régime algérien de la carte du « Sahara occidental » de manœuvre qui vise à compromettre les intérêts marocains dans la région et à entraver l'instauration d'une union maghrébine forte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.