Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ali Bensaad : «Le discrédit du régime algérien, qui se désagrège, est tel qu'il rejaillit sur l'image de tout le pays. Il est l'homme malade du Maghreb»
Publié dans Barlamane le 19 - 10 - 2021

Le discours d'Emmanuel Macron sur la rente mémorielle algérienne intervient à un moment où le pays, qui s'est décrédibilisé et neutralisé géopolitiquement, veut faire oublier sa vulnérabilité en faisant diversion, estime le professeur de géopolitique, écrit le politologue Ali Bensaad dans une chronique au Monde.
«Rien n'a été dit par Emmanuel Macron sur le pouvoir algérien qui n'ait déjà été dit et crié fort en Algérie même. Il en a seulement pris avantage pour semer le doute sur les fondements d'une nation algérienne. S'il s'est permis de le faire, ou a cru –pour des calculs électoralistes – devoir le faire, c'est parce que le discrédit du régime algérien est tel qu'il rejaillit sur l'image de tout le pays» écrit Ali Bensaad, professeur à l'Institut français de géopolitique, université Paris-VIII.
Crise avec le Maroc, la France, l'Union africaine : le régime algérien est empêtré dans un dérèglement des goûts belliqueux. Dépouillé de toute prépondérance dans les affaires publiques. Le gouvernement algérien est un petit gouvernement sans traditions d'honnêteté, dominé par un régime qui récuse la diplomatie et la temporisation comme des expédients usés, érigeant en principe que, lorsqu'une question se présente, elle doit être résolue à la hâte, et à poser en règle que la surenchère est le seul moyen de dénouer les difficultés. Cette nouveauté prétendue serait le retour aux usages du chaos politique.
«Pour cette raison, il ne se trouve plus personne en France pour le défendre, alors même que sa guerre de libération, puis ses tentatives de développement et de lutte pour le rééquilibrage des rapports Nord­-Sud, malgré leurs errements, lui avaient valu la sympathie de larges secteurs de l'opinion française et de nombre de ses intellectuels. Les pratiques autoritaires et prédatrices du régime ont fini par dilapider le capital de sympathie dont bénéficiait le pays et lui aliéner ses soutiens. Pis, ils ont justifié, a posteriori, les thèses revanchardes de l'extrême droite et des tenants de "l'Algérie française", en leur offrant l'alibi d'une "république bananière"» mentionne M. Bensaad.
«Le régime algérien porte une part de responsabilité dans ce glissement de l'opinion française. La désespérance qu'il a introduite dans la société est telle que nombre de ses citoyens identifient les figures militaires et civiles de ce système à des "colons" et le crient dans les manifestations. Il ne sert à rien de s'offusquer d'un tel anachronisme qui exprime plutôt la violence d'un ressenti» indique-t-il.
Pour lui, «l'Algérie s'est isolée même dans ses bastions stratégiques, comme en Afrique, où le retour en force du Maroc a entraîné dans son sillage celui d'Israël, illustré par son statut d'observateur à l'Union africaine, obtenu [en juillet] au moment même où ce pays dénie plus que jamais tout droit aux Palestiniens. L'intérêt n'est pas dans ce qu'a dit M. Macron sur la nation algérienne [le 30 septembre, au cours d'un échange avec des jeunes, Français d'origine algérienne, binationaux et pour certains Algériens]. Il a repris des clichés aussi vieux que démentis par les historiens, et qui vont et viennent au gré des enjeux électoraux. Ce qu'il y a de nouveau, c'est le contexte dans lequel intervient cette énième polémique. Celui de l'extrême isolement dans lequel s'est placé le régime algérien, dans le pays d'abord, comme l'illustre le Hirak, et à l'international ensuite, et qui vulnérabilise à l'extrême l'Algérie. C'est cela qui en fait la cible facile des révisionnistes de la décolonisation. C'est cela aussi qui élargit, en France, le cercle de l'inimitié, en dehors des secteurs traditionnellement hostiles.»
Cette situation, «c'est surtout ce qui, faisant de l'Algérie "l'homme malade du Maghreb", a abouti à un effacement de sa présence sur la scène internationale et aiguisé des appétits pour l'en bouter. Géopolitiquement, l'Algérie est un pays neutralisé, contraint à la défensive, comme l'illustrent d'un côté son effacement dans des enjeux régionaux qui affectent directement sa sécurité – tel le conflit libyen – et, de l'autre, l'immense mur défensif qu'elle construit le long de ses vastes frontières, notamment sahariennes, et qui n'est pas sans rappeler celui que le Maroc avait érigé quand il ne pouvait résister aux assauts du Front Polisario. La véritable question, c'est cette vulnérabilité dans laquelle le régime a placé le pays. C'est cette réalité que celui-­ci veut faire oublier en se saisissant de la perche de la saillie provocatrice de Macron» a-t-on détaillé.
Quelle est donc l'origine de cet étrange état des choses où l'Algérie, comme un navire à la dérive, obéit à un courant qui l'entraîne graduellement vers la dislocation ? Les observateurs redoutent un choc des nations à main armée, car, pour eux, la tempête se déchaîne sans motif avouable. Des ambitions irréfléchies, des décisions déréglées ont imprimé à l'organisme algérien une soudaine commotion à laquelle il semble qu'il n'ait pas la puissance de se soustraire. Le régime algérien renverse les intérêts les plus vitaux au détriment de ses obsessions, compromet les libertés de son peuple, bien qu'il ait peu l'habitude de respecter, offense ses sentiments et heurte ses espérances en tant de genres divers. Le Hirak algérien manifeste pour ne plus se trouver encore à dépendre absolument, servilement, d'un tout petit nombre de hauts personnages sulfureux dont les volontés, les élucubrations, les fantaisies même seraient subies comme des arrêts du destin.
«Comme en France, le débat focalisé sur les questions identitaires et mémorielles sert de diversion pour occulter les impasses dans lesquelles le régime a enferré le pays. D'ailleurs, il décrédibilise par ses propres pratiques ses revendications mémorielles, comme celle du retour en Algérie des archives [rapatriées en France après l'indépendance], alors qu'il interdit à ses chercheurs l'accès à celles qui s'y trouvent déjà. Sans parler des entraves au travail de recherche, qui n'est qu'une facette d'une répression en train de se généraliser» analyse le politologue.
«Il y a une fuite en avant dans un tout­-répressif qui accentue les fissures de l'édifice national. L'instrumentalisation de la question régionale, notamment kabyle, n'est pas la moins dangereuse pour la cohésion nationale. Cela se traduit, à l'international, par la multiplication des tensions régionales et le recours à des casus belli, dans une sorte de prophétie autoréalisatrice de "forteresse assiégée" qui justifierait les déboires du régime et le légitimerait par l'épouvantail du danger extérieur. La fébrilité de cette fuite en avant laisse craindre que ne soit plus exclue l'option d'une guerre, avec l'illusion, classique, qu'elle pourrait renflouer son déficit de légitimité et ressouder autour de ce dernier une population qui, depuis le 22 février 2019 [début du Hirak], lui tourne le dos» a-t-on pointé.
«Ce n'est pas seulement l'embrasement régional qu'il faudra alors craindre, mais le risque d'effondrement de l'Etat national : la pénurie d'oxygène au plus fort de la pandémie de Covid­19 et la crise liée aux incendies [dans le nord de l'Algérie, en août] ont révélé une fragilité telle qu'il ne pouvait déjà plus assurer ses missions régaliennes. De l'Irak à la Syrie en passant par le Yémen et la Libye, on sait comment les conflits armés précipitent la chute des Etats. Le risque que l'Algérie rejoigne cet arc des "Etats faillis" ne serait alors plus de l'ordre de l'improbable» a conclu le politologue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.