Mohamed Joudar élu nouveau Secrétaire général de l'UC    Pêche : Le Maroc et la Mauritanie signent un programme exécutif 2023-2024    SM le Roi félicite le Prince héritier d'Arabie Saoudite suite à sa nomination président du Conseil des ministres    L'équipe du Maroc remporte le titre du All Africa Golf Championship 2022 en Egypte    Championnats du monde de judo: La sélection marocaine y prend part    Tanger: Un Colombien interpellé par la DGSN    Annulation des vols de la RAM vers et depuis Ouagadougou du 1er au 2 octobre    L'Boulvart souhaite l'ouverture d'une enquête sur les témoignages de viols lors du concert    La Galerie Banque Populaire inaugure sa rentrée culturelle    Casablanca: La première soirée de L'Boulevard vire au chaos    La RAM annule ses vols de Casablanca vers une destination    Tunisie : La conseillère du chef du Polisario rencontre le chef d'un parti, proche de Saïed    فيروس كورونا: تسجيل 16 إصابة جديدة في 24 ساعة الأخيرة    Scandale. Des contrebandiers du Polisario coincés révèlent les noms de leurs complices hauts gradés de l'armée algérienne    L'Association Nationale des Eleveurs Ovins et Caprins tient son AG à Meknès    Burkina: déploiement de militaires à Ouagadougou après de nouveaux tirs    Urbanisme : Le CESE plaide pour un aménagement durable du littoral    Elections au Québec: Le chef d'un parti exclut deux candidats pour des propos antimusulmans    Vingt individus interpellés pour liens présumés avec un réseau d'immigration illégale    Covid-19/Maroc : 3.087 PCR réalisés en 24H    Plus de six tonnes de chira incinérées à Dakhla    Le Maroc présentera sa candidature pour l'organisation de la CAN-2025 de football    Victoire historique de nos Lions équipe Amputé!    Diaspo #258 : Fattah Abbou enseigne la musique amazighe aux Américains    Institut Choiseul. Qui sont ces 12 Marocains dans le top 100 meilleurs Africa 2022    Rabat, Kénitra, Meknès, Ifrane...les dernières hauteurs de pluie au Maroc    Carburant. Baisse des prix à la pompe, dès ce samedi 1er octobre    Opération non-notifiées : le Conseil de la Concurrence durcit le ton et enchaine les sanctions    Délais de paiement : Détails du nouveau projet de loi adopté par le gouvernement    Botola Pro D1 "Inwi" (4è journée): Résultats et classement    CAF - CAN 2025 : L'organisation retirée à la Guinée, le Maroc serait parmi les candidats    Nouakchott: Sadiki reçu par le Premier ministre mauritanien    Aérien: levée des restrictions sanitaires à l'entrée du territoire marocain    Les Lionnes de l'Atlas participent à un tournoi en Espagne    Burkina Faso: les tirs ont repris dans la zone résidentielle de la présidence    Les camps de Tindouf sont totalement abandonnés par l'Algérie « dans des conditions scandaleuses »    Gasoil/essence: le gouvernement travaille sur les recommandations du Conseil de la concurrence    Message de félicitations du roi Mohammed VI à l'émir du Koweït    Nord Stream : les fuites sur les gazoducs dues à des explosions menées avec «des centaines de kilos» de TNT    Symphonyat 2022. « L'art n'a pas de religion »    Conseil de gouvernement : Le mandat des membres du CNP prorogé de six mois    Juan Vivas appelle au maintien de l'obligation de visa pour tous les Marocains se rendant à Ceuta    Amine Harit : "Mettre du rythme" face à Boufal, Ounahi et Salama    Festival du court métrage de Marrakech : «Ultimate Ink» de Yazid El Kadiri primé    Jazz au Chellah : Un concert d'ouverture inédit avec Arifa, Soukaina Fahsi et Aziz Ouzous    L'Institut français de Tanger expose ses priorités    Exposition de l'artiste-peintre Aziz Arbaoui du 1er au 15 octobre à Béni Mellal    Armement/CAATSA : 27 députés américains demandent des sanctions économiques contre l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les affaires judiciaires qui planent sur Emmanuel Macron et Marine Le Pen
Publié dans Barlamane le 18 - 04 - 2022

Tour d'horizon des principales affaires judiciaires touchant de près ou de loin Emmanuel Macron et Marine Le Pen, les deux qualifiés pour le second tour de la présidentielle.
* Marine Le Pen, sous la menace d'un procès
La candidate du Rassemblement national (RN) est poursuivie depuis juin 2017 dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen d'assistants du parti. Elle est mise en examen pour « détournement de fonds publics » et « complicité ».
Egalement mis en examen, 28 autres élus actuels ou passés du parti, dont son père Jean-Marie Le Pen, des hauts responsables et des assistants parlementaires.
Les juges d'instruction ont clôturé les investigations en février, selon une source proche du dossier.
Le parquet de Paris doit désormais prendre ses réquisitions avant une décision finale des juges sur un éventuel procès.
Si Marine Le Pen était élue, elle bénéficierait de l'immunité présidentielle et ne pourrait, selon la Constitution, faire l'objet d'un acte d'instruction ni de poursuite pendant son mandat. Les autres personnes poursuivies pourraient, elles, être renvoyées devant un tribunal pendant ce quinquennat.
Dans le dossier des kits de campagne du Front national pour plusieurs élections entre 2012 et 2015, qui doit être jugé en appel à l'automne prochain, la candidate n'est pas poursuivie.
Lors du procès en première instance en 2019, le parti a été relaxé des accusations d'escroquerie mais six prévenus, dont Frédéric Chatillon, proche de Marine Le Pen et ancien président de l'organisation étudiante GUD, ont été condamnés à des peines de six mois à deux ans et demi de prison partiellement assorties de sursis.
Le patrimoine de la présidente du RN, en partie détenu avec son père, fait par ailleurs l'objet d'une enquête préliminaire, toujours en cours au Parquet national financier et antérieure à la présidentielle 2017, pour des soupçons de « sous-évaluation ».
Le Parlement européen a annoncé dimanche vouloir recouvrer plus de 600.000 euros auprès de Marine Le Pen et trois autres ex-eurodéputés RN liés à des remboursements de frais indus. Le rapport de l'office européen antifraude, qui a mis au jour ces soupçons de détournements, a été transmis au parquet de Paris.
* L'entourage d'Emmanuel Macron visé dans plusieurs enquêtes
Le président candidat n'est nommément visé dans aucune enquête mais plusieurs de ses proches, dont des ministres, font ou ont fait l'objet de poursuites.
La Cour de justice de la République (CJR) mène depuis juillet 2020 une instruction sur la gestion par le gouvernement de l'épidémie du Covid-19. Pour l'heure, seule l'ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn a été mise en examen pour « mise en danger de la vie d'autrui ».
Toujours à la CJR, Eric Dupond-Moretti, a été mis en examen en juillet 2021 pour « prise illégale d'intérêts ». Il est soupçonné d'avoir profité de sa fonction de garde des Sceaux pour régler ses comptes avec des magistrats avec lesquels il avait eu maille à partir quand il était avocat.
Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu et le secrétaire d'Etat à la Fonction publique Olivier Dussopt font l'objet d'enquêtes pour des soupçons de « prise illégale d'intérêts » dans leurs fonctions précédentes.
Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, est visé par une information judiciaire depuis juin 2020 portant sur ses liens avec l'armateur italo-suisse MSC, fondé et dirigé par les cousins de sa mère, la famille Aponte.
Le PNF a en outre ouvert en juin 2021 une enquête sur des soupçons de « trafic d'influence » le visant ainsi que des responsables de Veolia et d'Engie, autour de la fusion Veolia-Suez.
L'ancien chargé de mission à l'Elysée Alexandre Benalla a été condamné à trois ans de prison dont un an ferme sous bracelet électronique pour des violences commises lors la manifestation du 1er mai 2018, à l'origine d'un scandale retentissant. Il a fait appel.
Il est par ailleurs visé par trois autres enquêtes, dont une pour corruption impliquant l'oligarque russe Iskander Makhmudov.
Quatre jours avant le premier tour de la présidentielle, le PNF a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les pratiques d' »optimisation fiscale » du cabinet de conseil McKinsey, révélées par une commission d'enquête du Sénat.
Celle-ci a assuré que les contrats conclus par l'Etat avec ce type de cabinets avait « plus que doublé » sous le quinquennat de M. Macron, pour atteindre un montant record de plus d'un milliard d'euros en 2021. Les oppositions ont dénoncé une « affaire d'Etat ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.