Immobilier: Les prix en hausse de 0,4% au T2    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Selim Amallah décline une offre de l'Olympiakos    Mdiq-Fnideq: les efforts se poursuivent pour circonscrire l'incendie de la forêt "Kodiat Tifour"    Egalement influenceuse et actrice: Safia Tazi chante «Ghandirha»    «Al Majdoubia» remporte le Grand Prix du Festival Al Fida National de théâtre    Chtouka Aït Baha à l'heure du salon provincial de l'artisanat    Algérie-Espagne : Les relations commerciales toujours suspendues    Le SG de l'ONU jeudi en Ukraine pour une rencontre avec Zelensky et Erdogan    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    Jeux de la solidarité islamique : Cinq médailles de bronze pour le Maroc    La bonne gouvernance s'étend à la société civile    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    Forêt    Casablanca : Kidnapping, séquestration et viol : 10 ans de prison ferme pour un jeune voyou    Saisie de cocaïne à Rabat et d'ecstasy à Meknès    Jerada: trois morts par asphyxie au dioxyde de carbone dans un puits d'extraction de charbon    Découverte macabre à Fkih Ben Salah    A l'initiative du CRI : Souss-Massa se mobilise pour «Ouled Leblad»    Jerada : Trois personnes mortes asphyxiées dans un puits de charbon    Intérieur: vaste mouvement des agents d'autorité touchant 43% de l'effectif    Tunisie: la nouvelle constitution adoptée à près de 95% des voix    Universités marocaines : Grandes absentes du Classement de Shanghai    Mouvement de mutation dans les rangs des agents d'autorité, 1.819 agents concernés    Automobile : Le Maroc importe 1,1% de voitures espagnoles en 2021    Programme PRIM : 5 projets en matière de migration sélectionnés dans l'Oriental    «La Marocanité du Sahara, une vérité incontestable, le plan d'autonomie, un choix stratégique»    La tribu Ouled Dlim réitère son engagement au processus de développement régional    En attendant fin novembre prochain...    Au moins 50 morts depuis juin au Nigeria    L'armée se retire du Mali après plus de neuf ans d'intervention    Un film brésilien remporte le Léopard d'Or    La pièce « Al Majdoubia » de Sami Saâdallah remporte le Grand Prix    Casablanca / Film éducatif : « La dernière vague » décroche le Grand Prix    Khadija El Bidaouia rassure ses fans et garde espoir (VIDEO)    La Turquie annonce le départ de 5 navires supplémentaires de céréales ukrainiennes    20e édition de L'Boulevard : Le Tremplin du 23 au 25 septembre au R.U.C Casablanca    Crise sino-américaine : Mise en garde US contre les manœuvres chinoises "irresponsables"    Football : le tirage au sort de la Botola Pro D1 et D2 le 19 août    Tournoi feu Ahmed Ntifi : L'Oriental accueille la 34ème édition    Lions de l'Atlas. Adil Ramzi: «Je contacterai Ziyech, une fois nommé adjoint de Regragui»    Ligue des champions de la CAF (Dames) : L'AS FAR exemptée des éliminatoires zonales en cours (Agadir)    Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Hakim Ziyech toujours une priorité d'Erik ten Hag    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Détresse lors d'une veillée pour les migrants retrouvés morts dans un camion au Texas
Publié dans Barlamane le 29 - 06 - 2022

Des dizaines de personnes se sont rassemblées à San Antonio, au Texas, pour une veillée en hommage aux 51 migrants retrouvés morts dans un camion surchauffé non loin de la frontière avec le Mexique.
Dans un parc, à la lumière des lampes de leurs téléphones portables qui remplaçaient les bougies par une pluie battante, plusieurs personnes ont tour à tour pris la parole mardi soir pour exprimer leur douleur et leur colère.
« Ça fait vraiment mal », a dit Andrea Osorio, Mexicaine de 48 ans.
« Ça fait 33 ans que je suis ici (à San Antonio), sans papiers, et j'ai peur tous les jours », a-t-elle confié. « Je sais pourquoi nous sommes venus. Nous ne sommes pas venus commettre des crimes, nous sommes seulement venus pour un avenir meilleur. »
C'est lundi soir qu'un employé municipal de San Antonio a entendu un appel à l'aide près d'une route où il travaillait, et a entrouvert la porte arrière d'un poids lourd abandonné par une température caniculaire.
A l'intérieur, se trouvaient des dizaines de cadavres et des personnes « conscientes », souffrant d'hyperthermie et de déshydratation aiguë.
Sur les 51 victimes, 22 victimes étaient originaires du Mexique, sept du Guatemala et deux du Honduras, selon le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador.
Son homologue américain Joe Biden a déploré une « tragédie » et appelé à « lutter contre le trafic criminel, pesant plusieurs milliards de dollars, qui exploite les migrants et coûte beaucoup trop de vies innocentes ».
Mardi soir, des personnes de tous âges, y compris des enfants, sont venues à la veillée à laquelle a aussi participé le maire de San Antonio, Ron Nirenberg, qui a écouté en silence sans faire de déclarations.
– « Terrible » –
Carlos Eduardo Espina, 23 ans, a critiqué la politique migratoire des Etats-Unis, pays dans lequel il est arrivé à l'âge de cinq ans.
« C'est terrible, c'est à briser le coeur », a dit ce militant dont le père est uruguayen et la mère mexicaine.
« Mais tous les jours des gens meurent noyés dans le fleuve (Rio Grande, à la frontière entre Mexique et Etats-Unis, ndlr), tous les jours des gens meurent dans le désert. La mort, c'est la norme dans l'immigration aux Etats-Unis », a-t-il dénoncé.
Le jeune homme veut des politiques migratoires plus humaines et l'augmentation du nombre de visas accordés chaque année.
« Il faut continuer à se battre, sinon ça va continuer », a-t-il réclamé, en accusant les gouvernements des pays d'origine des migrants de ne pas accorder d'importance au bien-être de leurs ressortissants.
Guillermina Barrón, 38 ans, écoutait en silence.
« Malheureusement, je m'identifie beaucoup à ce qui est en train de se passer parce que je suis Mexicaine, même si j'ai émigré il y a 20 ans », a-t-elle dit, les yeux embués de larmes.
« Je ressens beaucoup de douleur et d'impuissance. Il faut changer beaucoup de choses, parce que les vies perdues sont nombreuses », a-t-elle regretté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.