Rabat: L'Intérieur se charge du budget 2020    Oriental: Le CRI en mode proximité    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Arganier: Le bio pour monter en gamme    Cafés hors la loi: La démolition commence!    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    Ligue des champions : Ciel dégagé pour le PSG avant l'heure de vérité    Ligue Europa: Arsenal et la Roma au rendez-vous des seizièmes    Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique    Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Deux alpinistes secourus après avoir perdu leur chemin en descendant du mont Tidirhine    Ateliers de formation sur l'écologie au profit des élèves    Mohamed Benabdelkader : La reconnaissance de la responsabilité de l'Etat en cas d'erreur judiciaire, une des grandes nouveautés de la Constitution de 2011    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    L'emprunt obligataire AWB visé par l'AMMC    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    Présidence de la CGEM: Le binôme Alj-Tazi confiant    Et de 6 pour Lydec qui se voit décrocher le « Top Performer RSE » !    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    La BAD approuve près de 245 millions d'euros pour développer les réseaux de transport d'électricité et d'électrification rurale    Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Iberia reliera Madrid à Fès en 2020    Twitter rêve de réseaux sociaux plus ouverts et de conversations en ligne moins énervées    Le Raja s'impose difficilement, le Wydad facilement    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Les prémices d'un nouvel espoir    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Fares appelle à l'élaboration de rapports et études annuels sur la détention préventive    Ce que la Turquie pense du Polisario    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Destitution: le vote préliminaire sur le renvoi de Trump en procès reporté à vendredi    Une première, deux conventions collectives dans l'enseignement privé    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Officiel ! RAM intègre le 31 mars 2020 Oneworld    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    Expo: La symphonie en bleu de Saâd Hassani    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Protection de la vie privée : Jusqu'à 3 ans de prison en cas de violation
Publié dans Challenge le 10 - 12 - 2018

On ne badine plus avec la vie privée des personnes. Désormais, toute atteinte sera sévèrement punie. C'est en substance ce que prévoit le mémorandum diffusé par la haute autorité du ministère public.
Le procureur général du Roi, Mohamed Abdennabaoui, a donné des instructions aux autorités compétentes pour une application stricte des procédures juridiques et judiciaires relatives à la protection de la vie privée des personnes.
Cette orientation intervient après l'entrée en vigueur de la loi sur la lutte contre la violence à l'égard des femmes, le 13 septembre dernier.
La protection de la vie privée des personnes en vertu de la loi comprend la distribution d'une composition consistant en une déclaration ou une image, la transmission ou la diffusion de fausses allégations ou de faits, par la diffusion ou la distribution d'une vidéo ou d'une cassette audio sans le consentement du propriétaire.
Le texte érige également en infraction pénale la diffusion de fausses allégations ou de faits factuels, ainsi que la capture, l'enregistrement, la transmission ou la diffusion de déclarations ou d'informations communiquées de manière confidentielle sans le consentement des personnes concernées.
La procédure interdit aussi l'installation, l'enregistrement, la transmission ou la diffusion de l'image d'une personne dans un lieu privé sans son consentement.
« Les éléments de ce crime sont établis si les conditions suivantes sont réunies : l'utilisation de tout moyen permettant l'installation, l'enregistrement ou la distribution d'images, y compris les appareils photographiques, les téléphones ou les ordinateurs. Aussi, la présence de la personne concernée sur la photo dans un lieu privé, qui comprend tout lieu non ouvert au public et ne peut être adressée sans la permission ou le consentement de ceux qui l'occupent », indique le mémorandum diffusé par Abdennabaoui.
La loi prévoit des sanctions pour violation de la vie privée d'individus et de personnes physiques jusqu'à trois ans de prison, quel que soit le sexe des auteurs ou des victimes et quels que soient les moyens utilisés lors de l'attaque tels que le téléphone, appareils audiovisuels, systèmes d'information ou tout autre instrument.
Selon le responsable du ministère public, la peine prévue dans les cas décrits au chapitre 3-447 insiste sur la peine maximale de cinq ans d'emprisonnement et une amende de 5 000 à 50 000 dirhams si l'infraction est commise par le mari, l'ex-conjoint, le fiancé, toute personne ayant une autorité sur la victime ou son tuteur, ou contre une femme en raison de son sexe ou contre un mineur.
Il a par ailleurs exhorté les personnes concernées à appliquer les nouvelles réglementations pour appliquer des règles juridiques strictes et appropriées et pour réduire leurs dispositions visant à protéger la vie privée des personnes, telles qu'elles sont inscrites dans la Constitution du Royaume et définies par le législateur marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.