Démocratie participative: Le diagnostic de Habib El Malki    Lois électorales: Ce qui risque de changer    Nezha El Ouafi: «Nous travaillons sur le changement des paradigmes»    Séances sans relief    France: La Cour des comptes sort ses cartons    Hosni Moubarak n'est plus    Matières premières: L'effet coronavirus    L'après-Brexit Un long chemin semé d'embûches    Coronavirus : les bourses se portent mal    Rebondissement dans l'affaire de l'arbitre Hicham Tiazi    Le coronavirus plombe l'économie    La CCISCS scelle un partenariat avec l'AFEM    L'OMDH demande la mise en adéquation des lois nationales avec les conventions internationales signées par le Maroc    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Plaidoyer pour un modèle de démocratie participative et inclusive    Célébration aujourd'hui du 13ème anniversaire de S.A.R la Princesse Lalla Khadija    Bouillon de culture    L'Emir du Qatar reçoit Fouad Ali El Himma à Doha    La politique immobilière nationale décortiquée par le CESE    Ligue des champions : Le Raja à l'assaut du Tout Puissant Mazembe    Divers sportifs    Moutaouali, la perle du Raja    Aucun cas de Coronavirus enregistré au Maroc    Le parc Murdoch victime d'un vandalisme aveugle    Caravane multidisciplinaire    U.S. Coronavirus Outbreak Would Pose Risk to Record Expansion    Record absolu d'œuvres vendues en 2019 sur le marché de l'art    Avant une cérémonie sous tension, les César nomment une présidente par intérim    Oualas : Bilan exceptionnel du 3ème Festival "Afrique du rire"    Boxe : quatre pugilistes qualifiés aux JO de Tokyo    Le Roi adresse un message de félicitations au Président de la République dominicaine    Spécial TPME : Le plan de bataille des banques…    Un don de Patrice de Mazières au profit des Archives du Maroc    Jeudis cinéma droits humains : Projection du film « Khartoum Offside»    «Trio Sophia Charaï» à l'Institut Cervantès de Casablanca    Des amendes pour soutenir les PME    Coronavirus: un Tétouanais dans les filets de la police    Jeux olympiques de Tokyo 2020 : Soufiane El Bakkali rejoint la Visa Team    OCS-AS FAR et MAT-RBM: nuls équitables    Taza à l'heure du 2e forum provincial pour la culture et le travail associatif    La réaction de Dounia Batma après sa confrontation avec Aïcha Ayach (VIDEO)    France: plusieurs morts et blessés dans un incendie à Strasbourg    Les notaires s'expliquent : Ils observent une grève les 27 et 28 février pour protester contre le plafonnement de leurs honoraires    Coronavirus: l'Arabie saoudite suspend les Omras (VIDEO)    Voici le temps qu'il fera ce jeudi    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Université d'été CGEM : Le Maroc a besoin d'une nouvelle doctrine d'accords de libre-échange
Publié dans Challenge le 13 - 09 - 2019

Le Maroc a une cinquantaine d'accords de libre-échange avec plusieurs pays, dont les Etats-Unis, la Turquie… S'il est vrai que cela constitue une opportunité importante, il n'en demeure pas moins que malgré ces accords, les exportateurs marocains font toujours face à plusieurs contraintes sur certains marchés avec lesquels ces accords existent.
Pourquoi les opérateurs n'arrivent pas à mieux exploiter ces accords de libre-échange ? C'est bien l'une des questions auxquelles les intervenants du panel « Accords de libre-échange, parlons-en ! » dans le cadre de la 2ème édition de l'Université d'été de la CGEM, ont répondu. Ainsi, pour El Aid Mahsoussi, Président de la Commission Commerce extérieur et Accords commerciaux à la CGEM, le Maroc n'était déjà pas mieux préparé pour négocier ces accords.
De son côté, Younes Zrikem, Partner & Associate Director, Boston Consulting Group, a estimé que les choix faits par le Maroc sont stratégiques. « Sans ces accords de libre-échange, on n'aurait pas eu Renault ou tous ces grands groupes étrangers qui se sont installés au Maroc ces dernières années », a-t-il souligné. Amine El Baroudi, Président de la Société Impériale des Thés et Infusions, très présente dans l'export, a relaté son expérience avec les pays ayant signé un ALE avec le Maroc.
« Il y a certains pays qui jouent le jeu et d'autres qui ne le jouent pas », a-t-il fait remarquer. « Nous rencontrons beaucoup de problèmes en Turquie par exemple, en dépit de l'ALE. Les autorités de ce pays font tout pour nous mettre les bâtons dans les roues, et on n'arrive pas à y exporter nos produits », a-t-il poursuivi.
Même si tous les intervenants ne partageaient pas le même avis sur la question, ils sont quand-même arrivés à se mettre d'accord sur le fait qu'il y a des choses à améliorer dans les ALE signés par le Maroc. « Il est aujourd'hui nécessaire pour le Maroc d'avoir une nouvelle doctrine d'accords de libre-échange », a d'ailleurs estimé un des panélistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.