Les Etats-Unis sanctionnent l'IRAN et fâche Moscou    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    Covid-19 : un deuxième confinement possible en Angleterre    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    New York : deux morts et 14 blessés lors d'une fusillade    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Botola Pro: le classement général (24e journée)    Ukraine : 3 Marocains décédés dans un accident    Covid-19 : assouplissement des mesures restrictives à Béni Mellal    Karima Benyaich : le Roi a inscrit l'approche genre au centre des priorités de la consolidation de l'Etat de droit    Au Maroc, la BERD soutient la liquidité bancaire et la liquidité à l'économie via les partenaires bancaires    Hausse de 39,1% des souscriptions sur le MAVT à fin juillet 2020    Le Trésor place 700 MDH d'excédents de trésorerie    Covid-19 : l'Allemagne enregistre son bilan quotidien le plus élevé depuis avril    Confinement. La santé mentale en danger    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    Mehdia: il agresse son père l'aide d'une arme blanche    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    Covid-19: le Maroc s'approche des 100.000 cas    Horrible découverte: Un bébé dans une poubelle    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Covid-19: tous les gouvernorats tunisiens classés en zone rouge    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Le Maroc va-t-il changer son protocole sanitaire pour sauver le tourisme ?    Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    L'INPPLC pointe du doigt le manque d'efficience des actions anti-corruption    Le secteur du livre affaibli par la pandémie    La cérémonie des Emmy Awards, en direct mais 100% virtuelle au temps du coronavirus    La FNM organise des expositions dans l' ensemble de ses musées " pour célébrer la vie "    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Les Produits alimentaires agricoles affichent un bilan solide à l'export    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Le gouvernement adopte un projet de décret relatif à la simplification des procédures et formalités administratives    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    Edito : Génération verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sommet Russie-Afrique : Poutine se repositionne sur le continent
Publié dans Challenge le 23 - 10 - 2019

Le premier « sommet Russie-Afrique » s'ouvre ce mercredi et devrait s'achever le 25 du mois courant. Premier du genre et symbole des ambitions grandissantes de Moscou dans un continent où Chinois et Occidentaux ont déjà tracé leurs parts de marchés et d'influence politique et militaire, ce sommet suscite des interrogations de nombreux observateurs. Le Monde Afrique pose la question sur les véritables motifs derrière ce grand pas soudain de la Russie vers l'Afrique.
Devant plusieurs dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement africains, le Président russe ouvre ce sommet, tôt ce matin, dans la station balnéaire de Sotchi. La veille du sommet, Vladimir Poutine, qui a programmé 13 rencontres bilatérales, montre son grand intérêt pour le continent saluant « le début d'une nouvelle ère de coopération russo-africaine », une ère qu'il promet d'être marquée par des partenariats de grande envergure. « Nous sommes en train de préparer et de réaliser des projets d'investissements avec des participations russes qui se comptent en milliards de dollars », a-t-il souligné.
Comme son équivalent chinois, la rencontre a vocation à être organisée tous les trois ans. Pour cette première, Moscou a mis les petits plats dans les grands. « Quarante-trois pays seront représentés par leurs dirigeants. Et onze autres par des vice-présidents, chefs de la diplomatie ou ambassadeurs », a dit aux journalistes le conseiller du Kremlin, Iouri Ouchakov. Soit les 54 Etats africains.
Un sommet Russie-Afrique symbole des ambitions de Moscou dans la région https://t.co/7UrjCy7oT6 pic.twitter.com/fbw7DzWnOT
— FRANCE 24 Français (@France24_fr) October 23, 2019
Mais les « quelques évènements spectaculaires, tels que « l'offensive » russe en Centrafrique ou la signature de plusieurs accords de coopérations militaires, ne doivent pas faire oublier que depuis l'implosion de l'URSS, l'ex-grand frère court derrière un train déjà lancé à vive allure sur le continent africain. Comparée à la présence (politique, économique, culturelle, sécuritaire…) et donc à l'influence des anciennes puissances coloniales européennes, voire à celle de la Turquie ou du Maroc, sans parler bien évidemment de la Chine, la Russie part de très loin. Et il faudra plus d'un sommet pour inverser cette dynamique », analyse Le Monde Afrique.
Le journal rappelle que la Russie avait investi d'importantes ressources depuis les années 1950 jusqu'à la Pérestroïka qui amorce son reflux du continent. Tout récemment, « Moscou multiplie la signature d'accords de coopération militaire et intensifie le déploiement de conseillers militaires, essentiellement privés. Vingt nouveaux accords ont été signés depuis 2017, contre sept entre 2010 et 2017 et, depuis le début des années 2010, elle a manifesté sa volonté d'étendre ses intérêts en Afrique, au-delà de son ancienne zone d'influence, comme en attestent le nombre et la diversité des chefs d'Etat africains reçus à Moscou et des visites d'officiels russes sur le continent ». Ainsi, la Russie de Vladimir Poutine a boosté les échanges avec le continent pour passer de 760 millions de dollars en 1993 à 17 milliards en 2018. Toutefois, cela reste bien en dessous des échanges établis entre la Chine et le continent africain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.