L'Espagne salue la position du Maroc dans la lutte contre le terrorisme    Conseil des ministres : deux projets de loi adoptés    La prison Moul El Bergui fait une mise au point et dément les rumeurs de viols    Energie électrique : La BAD accorde un financement de 245 M€ au Maroc    Amkraz : Les mutations du marché de l'emploi demandent une nouvelle réglementation    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Paris accueille le 4e Forum parlementaire franco-marocain    Dakhla désignée ville euro-méditerranéenne du sport 2020    4C Maroc- CGLU Afrique: Que prévoit l'accord signé durant la COP25?    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Le rêve s'éveille par le pinceau d'Abdellah Elatrach    Journées théâtrales de Carthage : «Un autre ciel» en lice pour le Tanit d'Or    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    PISA 2018: ça va mal pour le Maroc!    Camp payant de l'Espayonl Barcelone pour enfants au Maroc    OCK-WAC et Raja-MAT ce mercredi    Hyundai dévoile son concept SUV hybride Vision T    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Agadir: Une cérémonie voluptueuse!    Lubrifiants: Shell conserve son leadership    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Le dépistage précoce pour une génération sans Sida    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    Euro-2020 : La Suisse et l'Allemagne en match préparatoire en mai    Chiffres record pour Audi en Novembre    Finlande: Sanna Marin, 34 ans, nouvelle cheffe du gouvernement…    Congrès international de l'arganier : De nouvelles orientations prometteuses pour l'arganier    Le ministre Bill Barr, bouclier de Trump et fer de lance conservateur    Impeachment, quel impeachment? Trump retrouve des couleurs    Johnson brandit le risque de « paralysie » du Brexit en cas de défaite jeudi    Facebook et les ONG défendent à l'unisson les messageries cryptées    Le Lesotho fait évoluer sa position sur le Sahara    Google rend ses produits plus accessibles pour les arabophones    Risques liés aux catastrophes naturelles : El Othmani promet une stratégie globale très prochainement    Rapport annuel Atlantic Currents, le Sud dans la tourmente    L'OMC paralysée par Trump    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    Mohamed Benabdelkader : La dématérialisation, un des principaux piliers de la transformation de l'administration judiciaire nationale    L'égalité genre, prélude à l'autonomisation de la femme    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé à propos de la destitution de Trump    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sommet Russie-Afrique : Poutine se repositionne sur le continent
Publié dans Challenge le 23 - 10 - 2019

Le premier « sommet Russie-Afrique » s'ouvre ce mercredi et devrait s'achever le 25 du mois courant. Premier du genre et symbole des ambitions grandissantes de Moscou dans un continent où Chinois et Occidentaux ont déjà tracé leurs parts de marchés et d'influence politique et militaire, ce sommet suscite des interrogations de nombreux observateurs. Le Monde Afrique pose la question sur les véritables motifs derrière ce grand pas soudain de la Russie vers l'Afrique.
Devant plusieurs dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement africains, le Président russe ouvre ce sommet, tôt ce matin, dans la station balnéaire de Sotchi. La veille du sommet, Vladimir Poutine, qui a programmé 13 rencontres bilatérales, montre son grand intérêt pour le continent saluant « le début d'une nouvelle ère de coopération russo-africaine », une ère qu'il promet d'être marquée par des partenariats de grande envergure. « Nous sommes en train de préparer et de réaliser des projets d'investissements avec des participations russes qui se comptent en milliards de dollars », a-t-il souligné.
Comme son équivalent chinois, la rencontre a vocation à être organisée tous les trois ans. Pour cette première, Moscou a mis les petits plats dans les grands. « Quarante-trois pays seront représentés par leurs dirigeants. Et onze autres par des vice-présidents, chefs de la diplomatie ou ambassadeurs », a dit aux journalistes le conseiller du Kremlin, Iouri Ouchakov. Soit les 54 Etats africains.
Un sommet Russie-Afrique symbole des ambitions de Moscou dans la région https://t.co/7UrjCy7oT6 pic.twitter.com/fbw7DzWnOT
— FRANCE 24 Français (@France24_fr) October 23, 2019
Mais les « quelques évènements spectaculaires, tels que « l'offensive » russe en Centrafrique ou la signature de plusieurs accords de coopérations militaires, ne doivent pas faire oublier que depuis l'implosion de l'URSS, l'ex-grand frère court derrière un train déjà lancé à vive allure sur le continent africain. Comparée à la présence (politique, économique, culturelle, sécuritaire…) et donc à l'influence des anciennes puissances coloniales européennes, voire à celle de la Turquie ou du Maroc, sans parler bien évidemment de la Chine, la Russie part de très loin. Et il faudra plus d'un sommet pour inverser cette dynamique », analyse Le Monde Afrique.
Le journal rappelle que la Russie avait investi d'importantes ressources depuis les années 1950 jusqu'à la Pérestroïka qui amorce son reflux du continent. Tout récemment, « Moscou multiplie la signature d'accords de coopération militaire et intensifie le déploiement de conseillers militaires, essentiellement privés. Vingt nouveaux accords ont été signés depuis 2017, contre sept entre 2010 et 2017 et, depuis le début des années 2010, elle a manifesté sa volonté d'étendre ses intérêts en Afrique, au-delà de son ancienne zone d'influence, comme en attestent le nombre et la diversité des chefs d'Etat africains reçus à Moscou et des visites d'officiels russes sur le continent ». Ainsi, la Russie de Vladimir Poutine a boosté les échanges avec le continent pour passer de 760 millions de dollars en 1993 à 17 milliards en 2018. Toutefois, cela reste bien en dessous des échanges établis entre la Chine et le continent africain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.