Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    Exclusif/«J'ai résisté pendant 12 ans pour Oued Chbika»    PLF: Benchaâboun rattrapé par l'article 9    Compétitivité    Déontologie, éthique... les recettes pour dépasser la crise    Education: C'est la cata…    Domaine public: Nouvelle descente à Oulfa    Un Monde Fou    Offensive culturelle du Royaume-Uni au Maroc    Les échanges commerciaux et les investissements au centre des entretiens El Otmani-Pompeo    La Fondation Esprit de Fès balise l'avenir    France: La grève du 5 décembre prend une allure de révolte    Présidentielles algériennes: Débat télévisé entre les cinq candidats    Le Raja acculé à l'exploit au stade des Martyrs à Kinshasa    Tirage au sort de la Coupe Mohammed VI A la portée pour le Raja, compliqué pour l'OCS    Le secrétaire général de l'UMA rend hommage à S.M le Roi    Ouverture à Tanger du 2ème Forum sur le rôle des zones franches et industrielles    L'APEBI appelle à la mise en place d'une gouvernance numérique regroupant l'ensemble des grands ministères    Les disparités régionales ont diminué ces dernières années, selon El Othmani    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    Après avoir relevé différents dysfonctionnements, le Bureau politique de l'USFP appelle à une réunion urgente de la majorité    Les camps de Tindouf mis sur la sellette par le Canada    L'orchestre de l'opéra national du pays de Galles enchante le public rbati    "Abidat Rma" font le show à New Delhi    Le FIFM rend hommage à Mouna Fettou    Marrakech-Safi: Une production d'olives estimée à 223.000 tonnes    Création du "Club de Casablanca" de l'Africa Security Forum    Nador: Saisie de plus de cinq tonnes de chira    Le sélectionneur national des Emirats arabes unis, Bert Van Marwijk, limogé    Hawaï: Un marin tue 2 personnes sur la base de Pearl Harbor et se suicide    Colombie: Plusieurs milliers de manifestants contre le gouvernement d'Ivan Duque    Dakhla : Les nageurs marocains dominent la 5ème édition du «Morocco Swim Trek»    Tirage au sort : Argentine-Chili en ouverture de la Copa America 2020    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    Fédération royale marocaine de football : La programmation des matchs du championnat Pro au cœur de la réunion du comité directeur    Vague de Froid et Santé: Comment se mieux se protéger?    «Nos budgets pour le cinéma sont faibles»    Avis aux touristes de Paris: Pour les monuments, revenez demain... peut-être !    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Perception Politique Solidaire    Le doyen de la chanson marocaine    Un voyage musical à la quête des racines    Chutes de neige et pluies : Alerte orange dans plusieurs régions    Deux séances plénières consacrées au vote    Lutte antiterroriste : Une cellule partisane de «Daech» démantelée    Grèves en France : Royal Air Maroc met en garde ses clients    La résilience de l'agriculture paysanne face aux changements climatiques    Le retour de Hakimi au Real est décidé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





M'dina Bus, une épine dans le pied des autorités casablancaises?
Publié dans Challenge le 09 - 11 - 2019

M'dina Bus a été mis dehors, mais le feuilleton est loin d'être terminé, puisque l'ex-délégataire a décidé d'attaquer en justice la ville, et même le nouveau délégataire. Le contrat a depuis été attribué à Alsa, qui doit d'abord assurer une période de transition. Sauf que les Casablancais ne savent toujours pas à quel saint se vouer.
Dans son édition du mois de novembre, le mensuel Economie & Entreprises revient sur le dossier chaud du transport en commun par bus à Casablanca. Le journal indique ainsi que même si le contrat a été attribué à la société Alsa, le dossier est loin d'être clos puisque M'dina Bus a décidé d'attaquer en justice la ville, et même le nouveau délégataire.
Pour Economie & Entreprises, il ne s'agit ni plus, ni moins d'une guerre d'égos et d'intérêts entre la ville de Casablanca, l'autorité délégante et l'ex-délégataire (M'dina Bus). « Il y a eu un problème de gestion et d'égos entre l'ancien maire de la ville et l'actionnaire de référence. Tout ce qui se passe aujourd'hui n'est que la conséquence du pourrissement d'une situation mal engagée », explique une source. Tout au long du contrat, la stratégie adoptée par les autorités casablancaises a été celle du « Laisser pourrir ».
Lire aussi : Grand Casablanca : terminus pour M'dina Bus
Le journal explique qu'après son élection en tant que maire de Casablanca, Abdelaziz El Omari a lancé un audit sur l'exécution du contrat avec M'dina Bus pour « se dédouaner » de la gestion catastrophique du délégataire, en poste depuis 2003. De même, outre l'étude confiée à KPMG, d'autres études plus en faveur de la ville vont être lancées par le tribunal administratif qui croule sous une dizaine de plaintes et de contre plaintes, indique le journal, ajoutant que les plus grands perdants dans ce feuilleton sont les Casablancais qui devront payer près de 2 milliards de DH.
« Il faut aujourd'hui au moins le double des bus prévus pour décongestionner la ville. Le fait de parier sur le tramway pour remplacer les bus est une solution non viable sur le long terme », estime Houcine Nosrallah, élu au conseil de la ville de Casablanca, cité par Economie & Entreprises, qui conclut en affirmant que l'évolution du dossier du transport urbain par bus est une illustration de la légèreté et du manque de vision avec lesquels sont gérées les affaires des Casablancais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.