Nouveau modèle de développement: le monde carcéral invité à s'exprimer    Relance: Gouvernement, CGEM et GPBM s'engagent    Le Fonds d'investissement stratégique sur les rails    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Le tourisme: Une affaire de santé aussi    Ligue des champions : les résultats et le programme des quarts    Saisie près de Casablanca de plus de 5 tonnes de chira    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Champions League: le Real s'effondre face à City, Lyon sort la Juve (VIDEOS)    Le classement général de la Botola (mise à jour)    Covid-19 : le Maroc retiré de la liste des pays sûrs    Education Nationale : 2.587 inspecteurs affectés au titre de 2020    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Berkane s'offre le WAC    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Réunion du Conseil de gouvernement    Sur Hautes instructions Royales : Mise en place d'un hôpital militaire de campagne à Beyrouth    Covid-19: 1018 nouveaux cas confirmés au Maroc ce vendredi    Etat d'urgence sanitaire: ce que dit le projet de loi adopté ce vendredi    Macron réclame une enquête internationale    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Prime exceptionnelle pour les professionnels de santé: C'est pour bientôt !    Tourisme national : un secteur d'avenir    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Liban : une instabilité explosive    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





M'dina Bus, une épine dans le pied des autorités casablancaises?
Publié dans Challenge le 09 - 11 - 2019

M'dina Bus a été mis dehors, mais le feuilleton est loin d'être terminé, puisque l'ex-délégataire a décidé d'attaquer en justice la ville, et même le nouveau délégataire. Le contrat a depuis été attribué à Alsa, qui doit d'abord assurer une période de transition. Sauf que les Casablancais ne savent toujours pas à quel saint se vouer.
Dans son édition du mois de novembre, le mensuel Economie & Entreprises revient sur le dossier chaud du transport en commun par bus à Casablanca. Le journal indique ainsi que même si le contrat a été attribué à la société Alsa, le dossier est loin d'être clos puisque M'dina Bus a décidé d'attaquer en justice la ville, et même le nouveau délégataire.
Pour Economie & Entreprises, il ne s'agit ni plus, ni moins d'une guerre d'égos et d'intérêts entre la ville de Casablanca, l'autorité délégante et l'ex-délégataire (M'dina Bus). « Il y a eu un problème de gestion et d'égos entre l'ancien maire de la ville et l'actionnaire de référence. Tout ce qui se passe aujourd'hui n'est que la conséquence du pourrissement d'une situation mal engagée », explique une source. Tout au long du contrat, la stratégie adoptée par les autorités casablancaises a été celle du « Laisser pourrir ».
Lire aussi : Grand Casablanca : terminus pour M'dina Bus
Le journal explique qu'après son élection en tant que maire de Casablanca, Abdelaziz El Omari a lancé un audit sur l'exécution du contrat avec M'dina Bus pour « se dédouaner » de la gestion catastrophique du délégataire, en poste depuis 2003. De même, outre l'étude confiée à KPMG, d'autres études plus en faveur de la ville vont être lancées par le tribunal administratif qui croule sous une dizaine de plaintes et de contre plaintes, indique le journal, ajoutant que les plus grands perdants dans ce feuilleton sont les Casablancais qui devront payer près de 2 milliards de DH.
« Il faut aujourd'hui au moins le double des bus prévus pour décongestionner la ville. Le fait de parier sur le tramway pour remplacer les bus est une solution non viable sur le long terme », estime Houcine Nosrallah, élu au conseil de la ville de Casablanca, cité par Economie & Entreprises, qui conclut en affirmant que l'évolution du dossier du transport urbain par bus est une illustration de la légèreté et du manque de vision avec lesquels sont gérées les affaires des Casablancais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.