Un attaquant marocain débarque au Club Africain    Séance sans relief    Sécurité sanitaire: Des milliers d'opérations de contrôle… et après?    Accès à l'information: Le CNDH prépare l'échéance de mars 2020    Cigarette électronique: Une fiscalité incomplète    Coronavirus : Contrôle sanitaire aux frontières    Festival international des nomades : la 17ème édition aura lieu du 19 au 21 mars à M'hamid El Ghizlane    Manifestations à Gaza contre le plan de paix américain    Insolite : Facturer la question idiote    Les officiels sur place à Laâyoune pour la CAN de futsal    Qualifications africaines aux JO de Tokyo    Divers sportifs    Le Groupe Addoha veut lancer des projets immobiliers au Ghana    Le port d'Essaouira en pleine restructuration    Une étude controversée sur la viande suscite une dispute entre une université texane et Harvard    Divers    Lancement du dispositif territorial intégré de protection de l'enfance    Protection de l'enfance : Le DTIPE est là pour « renforcer » les programmes existants, dixit El Othmani    A Tokyo, la préparation des JO passe aussi par celle des séismes    Billie Eilish, l'icône pop branchée qui réécrit les règles de la célébrité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Abdellah Ouzitane : Il faut favoriser les recherches portant sur l'universalisme des valeurs et le pluralisme des cultures    Casablanca : Arrestation d'un individu impliqué dans une agression à l'arme blanche    Pour la FIFA, «L'Afrique entre en piste pour rejoindre l'élite»    Une série de revalorisations pour les retraités de CDG Prévoyance    Hausse significative du trafic aérien à l'aéroport de Dakhla    Coronavirus : Le ministère de la santé appelle à la vigilance    Marathon international de Marrakech : Les athlètes marocains survolent la compétition    Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani    Le PPS au parlement    La Mauritanie à l'honneur    Liga: Le Real prend les rênes devant le Barça    Angola: Le scandale Isabel dos Santos…    Algérie : le crash d'un avion militaire fait deux morts    Le Mexique refoule 2.300 Honduriens entrés avec une caravane humaine    Brexit: Ce qui va changer au 1er février    Le RNI à l'écoute des Marocains de l'Afrique subsaharienne    Bruno Le Maire attendu au Maroc le 31 janvier    Le Roi Mohammed VI ordonne le rapatriement des Marocains dans la région de Wuhan    Benchamach recadre sévèrement Ouahbi pour son parallèle douteux entre le référentiel du PJD et la Commanderie des croyants    Relance du crédit aux entreprises : les nouvelles mesures de BAM    LDC Afrique-Coupe de la CAF: Le programme de la dernière journée    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Edito : Triste déballage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réforme de la justice : la cadence est au ralenti
Publié dans Challenge le 10 - 12 - 2019

Les réformes ne se limitent pas à l'adoption de lois ou à l'élaboration d'études ou de rapports. Il faut aller au-delà et passer à la mise en œuvre. Et c'est là où le bât blesse. Combien de lois et de rapports dont l'aboutissement a nécessité un effort colossal, attendent depuis longtemps leur application sur le terrain. C'est le cas de la « Charte de la Réforme du Système judiciaire », un document d'une très grande qualité, dont le rythme d'implémentation ne cesse de faiblir avec le temps au risque d'être un jour définitivement oublié.
Au mois de mai 2012, c'est-à-dire moins d'une année après l'entrée en vigueur de la Constitution de 2011, le Maroc a lancé le grand chantier de réforme de son système judiciaire. A cet effet, une instance consultative (Haute instance du Dialogue National sur la Réforme du Système Judiciaire) composée de représentants de tous les secteurs concernés a été mise en place, sous la présidence du ministre de la Justice.
Après de nombreux mois, la Haute Instance a présenté le fruit de son travail dans le cadre d'un document appelé « Charte de la réforme du système judiciaire » qui se présente sous forme d'une feuille de route bien tracée. Il suffit au gouvernement de la suivre, action par action, pour arriver à une réforme globale du système judiciaire. Rien n'a été omis, tous les secteurs de la justice, ont été traités dans tous leurs détails.
Pour mener la réforme, la Charte a retenu six objectifs stratégiques : consolidation de l'indépendance du pouvoir judiciaire, moralisation du système judiciaire, renforcement de la protection des droits et libertés par la justice, amélioration de l'efficacité et de l'efficience de la justice, développement des capacités institutionnelles du système judiciaire et enfin modernisation de l'administration judiciaire.
La Haute Instance a eu le mérite de ne pas se contenter d'énoncer les objectifs stratégiques, elle les a déclinés en 36 sous-objectifs dont l'exécution devrait se faire à travers 353 mesures d'application selon un plan opérationnel détaillé et selon un planning bien défini. Toute la réforme devait être bouclée entre 2014 et 2020. La question est la suivante : où en est l'application de la réforme ?
Il ne serait pas étonnant de dire que le planning fixé par la Haute Instance n'a pas été respecté. Le retard est flagrant. Une partie importante des 353 mesures attend l'application et même celles qui ont été appliquées, elles l'ont été hors délais. C'est dire qu'à ce rythme, l'application de la Charte présentée au Roi en 2013 doit encore attendre de longues années avant sa concrétisation sur le terrain. Certes, des mesures importantes ont été implémentées, mais elles ne représentent qu'un pourcentage très faible des mesures énumérées par la Charte.
Parmi les mesures ayant reçu application, il y a l'élaboration de la loi organique relative au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire(CSPJ), l'affectation d'un budget propre au CSPJ, l'élaboration de la loi organique relative au statut des magistrats, l'adoption d'un mécanisme de coordination entre le CSPJ et le ministère de la Justice et le placement du ministère public sous la présidence du Procureur général du Roi près la Cour de Cassation.
Mais ce qui reste à faire n'est pas de moindre importance et requiert de grands efforts. Pour ce qui est du renforcement de la transparence prévu dans le cadre de l'objectif stratégique relatif à la moralisation du système judiciaire , la Haute instance a recommandé entre autres, la mise en place d'un système de suivi du patrimoine des magistrats, la présence du Procureur général du Roi près la Cour d'appel au Conseil de discipline des avocats et l'élaboration de codes d'éthiques devant être observées par les membres de ces professions.
Pour ce qui est de l'objectif relatif à la protection des droits et libertés, plusieurs mesures attendent toujours alors qu'elles devaient être mises en place avant 2016. Parmi les mesures proposées citons, la révision du Code de procédure pénale, la révision du Code pénal, la mise en place d'un système de contrôle des expertises et des certificats médicaux, la création d'un observatoire national des crimes et l'organisation de la profession de médecine légale.
Concernant le quatrième objectif relatif à l'«amélioration de l'efficience de la justice», les recommandations en instance sont nombreuses et visent à refondre en profondeur l'organisation judiciaire (faire des tribunaux de première instance l'unité principale de l'organisation judiciaire, revoir les critères de création des tribunaux administratifs et des tribunaux de commerce, révision du Code de procédure civile, informatisaton des procédures et des formalités judiciaires…).
S'agissant du cinquième objectif stratégique relatif au «développement des capacités institutionnelles du système judiciaire», tout le travail reste à faire. Parmi les recommandations de la Haute Instance, citons la révision du régime de formation à l'Institut de formation des magistrats, la création d'un Centre de recherches juridiques et judiciaires, la création d'une Ecole de secrétariat-greffe, la création d'un Etablissement de formation des avocats, l'institution d'un Ordre national des experts judiciaires et l'instauration de la contractualisation pour les honoraires d'avocats.
Le sixième axe stratégique, à savoir la « modernisation de l'administration judiciaire », presque toutes les mesures recommandées par la Haute Instance attendent d'être mises en place. Parmi les mesures recommandées, on peut citer, l'adoption de la signature électronique dans les rapports entre les composantes de l'administration judiciaire et l'adoption du paiement électronique pour le recouvrement des taxes, des frais de justice et des amendes.
La Charte de la Réforme du Système Judiciaire est une mine d'or. Elle mérite d'être bien exploitée. Ne pas le faire est un vrai gâchis pour le pays. Le système judiciaire ne peut être remis sur les rails sans l'application des mesures qu'elle contient. Il y va de l'intérêt national de la mettre en œuvre dans les meilleurs délais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.