Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    De nouvelles annonces sur le renforcement du partenariat stratégique Maroc/Etats-Unis    Ahmed Dgharni tire sa révérence    Sahara: l'Alliance du Pacifique réitère son appui à l'initiative marocaine d'autonomie    La rentrée décisive    Droits de l'Homme : La CRDH de Guelmim-Oued Noun tient sa première réunion ordinaire    Nouveau consul espagnol à Rabat    Investissements publics : une enveloppe globale de 230 milliards de DH en 2021    PLF 2021, l'autre facette : Coupe budgétaire, annulation de crédits ouverts, emprunt extérieur…    Tourisme: l'ONMT passe à la vitesse supérieure    PLF 2021: plus de 20.000 postes budgétaires prévus    L'ONMT reprend les Fam Trips    Le PLF-2021, un projet réaliste qui tient compte des «capacités objectives»    Le HCP compte réaliser une nouvelle enquête nationale sur la famille    Smartphones : realme remporte 5 prix internationaux de design    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    La FIFA lance son programme exécutif de lutte contre le dopage    La RSB qualifiée pour sa deuxième finale consécutive    Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    L'Atletico Madrid privé de Diego Costa face au Bayern Munich    Un premier centre de campagne privé au quartier Derb Sultan à Casablanca    El Otmani: les mesures prises ont démontré leur efficacité    Agriculture sans glyphosate : Les Domaines agricoles avant-gardistes    Le fructose peut causer le trouble bipolaire    Coronavirus : des conseils pour passer le test PCR sans danger    Boujemaâ Lakhdar, le maître    Le Maroc récupère 25.500 pièces archéologiques rares    Cinemed. Les films marocains cartonnent au festival de Montpellier    "La lecture, acte de résistance": «Un élan de solidarité citoyenne pour sauver le livre»    Dakhla : Mise en échec d'une tentative d'émigration illégale    Alerte météo : Fortes rafales de vent mardi dans plusieurs régions    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    Bilan quotidien: 2.117 nouveaux cas, dont 651 à Casa-Settat    Colonisation de Mars – Elon Musk a déjà la date    Un Raja à bout de souffle surpris par le Zamalek    Coup dur pour Liverpool    Stage des U20 à Maâmoura    L'Australie assène une claque au Polisario devant l'ONU    Luis Arce, vainqueur de la présidentielle en Bolivie    Kirghizistan: Démission du président Sooronbay Jeenbekov    La campagne dans les Etats-clés se tend davantage    Coronavirus : Badr Hari testé positif    Langages du Sud se penche sur le rôle du sport dans l'éducation et la citoyenneté    Scandale. Adil Rami va-t-il balancer les sextapes tournées avec Pamela Anderson ?    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    La chanteuse Najat Atabou surprend ses fans (PHOTO)    Saeb Erekat hospitalisé à Jérusalem    Google célèbre le 110ème anniversaire de Farid Al Atrach    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Loi de finance rectificative : l'austérité en marche
Publié dans Challenge le 23 - 07 - 2020

La loi de finances rectificatives (LFR) a été finalement adoptée, passant presque comme une « lettre à la poste ». La chute des recettes fiscales, loin d'être liée exclusivement à des causes conjoncturelles, révèle des dimensions structurelles méritant d'être sérieusement examinées.
Il a fallu plusieurs mois aux pouvoirs publics pour se rendre compte de la nécessité et de l'urgence d'une loi de finances rectificative, alors que déjà, au mois de février, les signes de la sécheresse se sont confirmés, surtout pour les cultures céréalières indispensables à la consommation de la majorité de la population avec un lourd impact sur la balance des paiements. Ensuite, le 23 mars, l'état d'urgence sanitaire a été déclaré par décret-loi, suivi du confinement de la population pendant plus de 3 mois avec toutes les conséquences en matière d'arrêt de travail dans les entreprises et d'arrêt d'activités informelles permettant à plus de 5 millions de ménages de survivre.
Lire aussi | Le projet de loi de finances rectificative adopté par la Chambre des représentants
Dans la loi de finances rectificative (LFR), les recettes ordinaires passent de 257 milliards de DH à 212 milliards de DH. Cette baisse provient principalement de la chute des recettes fiscales passant de 233 milliards de DH à 190 milliards de DH. Cette baisse n'est pas liée uniquement à des causes conjoncturelles. Les engagements des pouvoirs publics, à la suite des 3èmes Assises nationales sur la fiscalité, n'ont pas été tenus, notamment l'élaboration d'une loi-organique devant servir de base à une programmation des réformes fiscales étalées sur 5 ans (2020-2024). Les recettes d'emprunt à moyen/long terme (AMLT) passent globalement de 97,2 milliards de DH à 136,2 milliards de DH, soit une augmentation de 40,12%, avec en interne (emprunt interne) une augmentation de 66,20 milliards de DH à 76,20 milliards de DH, soit + 15,10%, et au niveau externe (emprunt externe), un passage de 31 milliards de DH à 60 milliards de DH, soit une augmentation de 93,54%. Ainsi, l'observation principale, à ce niveau, est afférente au recours principalement à l'endettement pour gérer la crise actuelle.
Lire aussi | Loi de finances rectificative : le PPS revient à la charge
Au niveau des dépenses : aucune augmentation du budget de la santé publique en dépenses ordinaires. Ainsi, la crise sanitaire sera gérée dans une logique purement conjoncturelle (avec le compte d'affectation spéciale Fonds anti-Covid-19), au moment où les vrais problèmes de la santé au Maroc, sont d'ordre structurel. En matière d'Education est observée une baisse au niveau des dépenses de fonctionnement (DF) et des dépenses d'investissement (DI) : en effet, les DF passent de 65,30 milliards de DH à 62,03 milliards de DH, soit une baisse de -3,27 milliards de dhs ou -5%. Les DI passent de 7,11 milliards de DH à 5,90 milliards de DH, soit -1,21 milliards de DH, soit -17%. Soit un montant total de la baisse de 4,48 milliards de DH.
Tribune et Débats
La tribune qui vous parle d'une actu, d'un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Economistes et autres experts, patrons d'entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s'y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.
Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.