Ouverture mardi d'une session extraordinaire de la Chambre des représentants    Sept ans de prison ferme pour une figure du mouvement de protestation populaire en Algérie    Les autorités mauritaniennes s'opposent aux tribulations polisariennes    L'échappée de l'Inter et de Milan en tête du championnat    Le WAC déroule à Ouagadougou et atomise Kaizer Chiefs    Botola Pro D1: Le Raja co-leader provisoire    Des efforts intenses déployés par le Maroc en une année de lutte contre le coronavirus    Une toile de Winston Churchill représentant la mosquée Koutoubia présentée aux enchères à Londres    Décès du célèbre acteur égyptien Youssef Chaabane    Le Maroc annonce sa contribution financière au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Intempéries à Tétouan: les autorités donnent plus de précisions    Le Maroc suspend ses vols avec deux autres pays    Rabat: le Maroc suspend tout contact avec l'Ambassade d'Allemagne (DOCUMENT)    Présidence de la CAF : La FIFA serait-elle en train de baliser le chemin au candidat sud-africain ?    Non au nihilisme !    Football : Qui se chargera du règlement des dettes ?    Recherche et développement : la CGEM s'allie à l'UM6P    Officiel: le Maroc prolonge le couvre-feu    Marrakech: une villa transformée en casino perquisitionnée par la DGSN    Casanearshore Parc: des bâtiments éco-responsables signés Ewane Assets    FCA Morocco : ce que prévoit le MotorVillage pour accompagner sa croissance    Mohamed Bazoum, nouveau président du Niger    Chine : les trois actions efficaces pour éradiquer la pauvreté    Le nouveau clip de Saad Lamjarred fait un carton ! (VIDEO)    La Juve sans joker derrière l'Inter et Milan    Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon    Le régime algérien, auxiliaire coupable des séparatistes, adopte un discours aux relents antisémites    Covid-19 au Royaume-Uni : plus de 20 millions de personnes ont reçu leur première dose de vaccin    Samy Mmaee : Ma première sélection, le meilleur moment de ma carrière    Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    JO de Tokyo : France-Etats Unis dès le 25 juillet pour les basketteurs    Annonce des lauréates du programme «Pour les femmes et la science»    Le prisonnier (M.B) «n'a subi aucun traitement dégradant»    Risma: Fort repli du CA à fin décembre 2020    Léger recul de l'activité de Centrale Danone en 2020    Le Club des dirigeants Maroc prospecte les opportunités d'investissement    Entreprise : Yassine Kabbaj, nouveau DRH de JTI Italie    Des acteurs de la société civile latino-américains et africains soulignent l'importance de soutenir l'initiative d'autonomie    ‘'KISSARIYA'', nouvelle sitcom ramadanesque    «Pour moi, la musique est un don de Dieu»    Réunion sur l'accord nucléaire : l'Iran ne considère pas le moment comme «approprié»    Des bureaux de vote au Maroc pour les élections à la Knesset    Ce que l'on sait sur l'état de santé de Mustapha Ramid (PHOTO)    La Bourse de Casablanca démarre en baisse    Lois électorales : Place aux amendements    «Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    Syrie : l'UNICEF appelle au renvoi chez eux des enfants déplacés dans le Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Santé : la TGR s'intéresse à la problématique du financement
Publié dans Challenge le 28 - 09 - 2020

En collaboration avec l'Association Internationale de Finances Publiques (FODAFIP), la Trésorerie Générale du Royaume a organisé, ce samedi 26 septembre, un colloque-webinaire sous le thème : « Financement de la santé, territoires et Intelligence Artificielle, quel droit à la santé au Maroc et en France ? ».
Dans son discours d'introduction, Noureddine Bensouda, trésorier général du Royaume, a rappelé que ce sujet, très sensible, avait été retenu en 2019 et programmé initialement pour le 7 mars 2020, or la crise sanitaire a fait en sorte qu'il a été reporté jusqu'à ce jour, ce qui a conforté le choix de la thématique. En effet la crise sanitaire a replacé brutalement la
question de la santé au cœur des préoccupations de tous les pays, alors qu'auparavant cette question a été partiellement effacée devant les impératifs économiques et financiers. Le diagnostic d'un système de santé national renvoi d'emblée à la problématique du financement de la santé, un sujet qui sera débattu tout au long de ce colloque-webinaire. À ce sujet, Noureddine Bensouda a rappelé que dans la loi de finances 2020, les crédits alloués à la santé ont atteint 22,7 milliards de DH, soit 6,2% des dépenses du Budget général en 2020, sans compter les dotations budgétaires exceptionnelles allouées au cours de l'année dans le cadre de la lutte
contre le Covid-19.
Lire aussi | Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires
Il reconnaît que ce niveau demeure en deçà de celui recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui préconise un taux entre 10% et 12%. Il a précisé aussi que la part des dépenses financées directement pas les ménages est très élevée et dépasse 50% au lieu de 10% en France et 35% en Grèce. Le professeur Michel Bouvier, président de la FONDAFIP, a insisté pour sa part dans son intervention inaugurale que la crise du Covid-19 a montré que l'on continue de voir dans l'intervention de l'Etat la solution ultime aux problèmes majeurs comme celui en cours aujourd'hui. Dans
notre appréhension, l'Etat est la puissance centrale en mesure de les résoudre. C'est l'assureur ultime de tous les risques. On peut comprendre une telle attitude au moins dans les pays les plus riches comme les Etats-Unis, l'Allemagne, la Grande Bretagne ou la France. Or malgré cette
apparence de puissance économique et financière, le monde a pu constater une pénurie de moyens dans les hôpitaux mais aussi dans d'autres services publics. D'où provient alors cette
pénurie ?
Lire aussi | Nouveau partenariat entre OCP et SFI
« On peut déjà avancer l'idée que nous faisons peut-être une fausse route, que cette confiance dans la toute-puissance de l'Etat ne relève peut-être que d'une croyance erronée, d'un imaginaire d'un monde idéalisé, celui d'un Etat providence comme celui des 30 glorieuses », explique le professeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.