Elections : La Chambre des représentants approuve à l'unanimité un projet de loi    Avec plus de 3,5 millions personnes vaccinées, la pandémie est sous contrôle    L'accord agricole entre le Maroc et l'UE résiste aux menées séparatistes    Hausse de 95,5% des exportations marocaines vers le Brésil en janvier    La Chambre des représentants approuve le projet de loi organique relative à la nomination aux postes supérieurs    Une banque sur tous les fronts    Marché des voitures neuves au Maroc : des ventes qui progressent de 6,23%    Université Euromed de Fès-OFPPT : signature d'une convention-cadre de partenariat    La Bourse de Casablanca clôture en hausse    Le double jeu de l'Allemagne contre les intérêts stratégiques du royaume    Hirak : à la recherche d'une maturité    Assurances : le géant allemand Allianz accusé de bafouer le droit international    Arabie Saoudite: des civils blessés par un projectile houthi à Jazan    Baie de Cocody : les ouvrages maritimes achevés    L'Opinion : La goutte qui fait déborder le vase    Bilan bi-mensuel: la situation est en « constante amélioration » (Meziane Bellefquih)    L'art pour tous !    Le Maroc invité d'honneur de la 7e édition de l'Africa Agri Forum    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    Covid-19: «Les vaccins seuls ne protégerons pas»    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    Le groupe Somagec jette l'éponge pour le téléphérique de Tanger    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Visa For Music 2021 : L'appel à candidatures est lancé !    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    La France et l'Allemagne peinent à écouler leurs vaccins AstraZeneca    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Elections : ça chauffe au parlement    Edito : Régions centralisées    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies
Publié dans Challenge le 26 - 01 - 2021

Lorsque le président Joe Biden est entré en fonction la semaine dernière, son administration a rapidement annoncé qu'elle allait rebaptiser l'opération Warp Speed, programme présidé par Moncef Slaoui sous l'administration Trump pour développer les vaccins Covid-19. Cette décision a laissé perplexe Moncef Slaoui. Il décrit cette situation en utilisant le mot suivant : politique.
Slaoui a récemment démissionné de son poste, mais a accepté d'aider l'équipe de transition de Biden jusqu'en février. Lors d'une longue conversation avec « Science » depuis son domicile en Pennsylvanie la semaine dernière, il a évoqué son expérience dans l'opération Warp Speed, discutant des interactions difficiles avec l'ancien président Donald Trump et de la façon de mieux se préparer à une future pandémie. Moncef Slaoui n'a jamais été un partisan de Trump. C'est un démocrate. Il annonce avoir accepté à contrecœur le poste de Warp Speed car, en tant qu'ancien responsable des vaccins chez GlaxoSmithKline (GSK), il pensait pouvoir contribuer à résoudre l'un des problèmes les plus urgents du monde.
Lire aussi | Coronavirus : au moins 16% des entreprises en arrêt définitif ou temporaire au terme du 2nd semestre 2020
Profondément fier de ce que lui et l'équipe Warp Speed ont accompli, Moncef Slaoui se dit chagriné que Joe Biden ait qualifié le déploiement du vaccin de « lamentable échec ». Néanmoins, il partage le désarroi que l'administration des doses de vaccin que Warp Speed a envoyées aux Etats ait posé des problèmes importants. Moncef Slaoui a également précisé que la plupart des problèmes provenaient des systèmes de santé publique locaux débordés, des questions qui ne sont pas du ressort de Warp Speed.
Lire aussi | Transformation digitale : le Maroc et le Luxembourg signent un accord de collaboration
A propos de Donald Trump, Moncef Slaoui a déclaré être en total désaccord avec les valeurs qu'il projette, en tant que personne, en termes de respect, de capacité d'écoute et d'acceptation de la diversité. Il juge qu'un bon nombre de décisions politiques qui ont fini par politiser cette pandémie étaient mauvaises, en particulier en ce qui concerne le port du masque. Mais en même temps, il pense que Warp Speed a été absolument visionnaire pour rassembler la science, le gouvernement, l'armée et le secteur privé. Avec du recul, il préfère ne pas politiser cette affaire. Moncef Slaoui a souligné l'importance et les efforts déployés afin de rester en dehors de toute politique, parce qu'il était convaincu que cela ferait dérailler l'opération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.