Affaire Ghali: La justice espagnole "enterre" l'affaire après 1 an d'enquête    Météo Maroc: temps assez chaud à chaud ce vendredi 27 mai    L'acteur américain Ray Liotta, star des "Affranchis", décède à 67 ans    Hussein al-Cheikh, nouveau secrétaire général de l'OLP    [Vidéo] Jets d'oeufs et de tomates accueillent la visite de Tebboune en Italie, confronté à la diaspora du Hirak    Sénégal: Macky Sall limoge son ministre de la Santé après la mort de 11 bébés    Nayef Aguerd se rapproche de la Premier League    « Le Bleu du Caftan » de Maryam Touzani à Cannes    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Un impératif et non une option pour le CESE    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Inflation : la facture de compensation s'alourdit de 15 milliards de dirhams    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Variole du singe: plus de 200 cas confirmés dans le monde    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Maroc: Les arrivées de touristes grimpent à 1,5 million à fin avril 2022    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    Les changements climatiques augmentent les canicules    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Europe/Maghreb/Sahel. Un espace d'opportunités à saisir et de défis à relever [Par Lahcen Haddad]
Publié dans Challenge le 21 - 01 - 2022

Une vue d'ensemble de l'espace qui s'étend de Ziguinchor (Sénégal), Nema (Mauritanie), Sikasso (Mali), Diffa (Niger) et Moundou (Tchad) au Sud du Sahel à l'Arctique au Nord de la Finlande et de la Suède (les frontières nordiques de l'Union Européenne), en passant par les pays de l'Afrique du Nord, de la méditerranée et de l'Europe du Sud et du Centre, fait dégager un espace de plus de 14 million de km2, une population d'un peu moins de 800 millions (si pour l'Europe on ne compte que les 27 pays de l'UE), un PIB global de 13, 8 mille milliard de dollars (dont moins de 5% pour l'Afrique du Nord, moins de 1 % pour les 5 pays du Sahel et le reste pour l'Europe), un espace maritime gigantesque, et des ressources de gaz, pétrole, agriculture, uranium, produits industriels, produits artisanaux etc., et bien sûr, un patrimoine culturel et écologique riche et diversifié.
Il y a certes d'énormes différences entre le Nord, le Centre et le Sud en termes de richesse, prospérité, gouvernance, système politique, et avancée technologique. Mais la géostratégie est l'art de dépasser les différences pour dégager les intérêts possibles au-delà des clivages circonstanciels. Réfléchir la géographie en fonction des intérêts proches et lointains, nécessite une approche prospective qui dépasse les peurs et angoisses du présent, nourries par les populismes, la «pensée forteresse», le souverainisme et l'isolationnisme des tendances qui sont aux antipodes de la mondialisation, l'une des principales sources de la richesse des pays du Nord.
Chercher les complémentarités dans cet espace Sahel/Maghreb/Europe est une réponse stratégique aux défis du présent et du futur. Penser autrement, veut dire une transformation des frontières en opportunités d'ouverture sur d'autres horizons, risquée certes, mais pleine de promesses en termes de prospérité partagée, sécurité et destin commun.
Un changement de paradigme doit s'opérer pour que les pays du Sud ne voient plus en Europe qu'un Eldorado à « conquérir », et les pays du Nord ne considèrent plus l'espace Maghreb/Sahel en tant que chasse gardée à contrôler pour bénéficier de sa main d'œuvre, ses ressources et ses marchés locaux d'une part, et y externaliser la gestion des flux migratoires et les menaces terroristes d'autre part.
Le temps des «destinées manifestes» et des «missions civilisatrices» à partir de l'Europe est révolu. D'autre part, les pays du Sud doivent apprendre à dépasser les traumas du colonialisme en opérant un travail intelligent de réconciliation avec le passé, via un exercice d'interrogation de la mémoire collective, et une sorte d'appropriation de l'histoire avec ses douleurs et ses moments de gloire.
C'est en cherchant un juste milieu entre la diabolisation de «l'homme blanc» aux visées proto-colonialistes et les images stéréotypiques de l 'arabe, musulman, ou noir perfide, violent, lascif, voire grossier, (héritées d'un orientalisme qui continue à nourrir quelques esprits européens malgré les critiques acerbes d'un Edward Saïd) qu'on peut bâtir un nouveau paradigme basé sur les valeurs partagées, les différences respectées et un destin commun intelligemment arrêté.
Les mauvaises nouvelles à partir du Sahel (terrorisme, coups d'état, conflits ethniques, immigration illégale, trafic d'êtres humains) ne doivent pas occulter un développement humain soutenu depuis deux décennies, y compris des progrès en matière de santé, d'éducation et de lutte contre la pauvreté (voir Yasmin Osman (AFD), «Sahel: au-delà des conflits, un développement économique et social bien réel» The Conversation, 24 Octobre, 2021.) «Le PIB sahélien a quadruplé entre 1990 et 2020 et, sur la période récente également, la région affiche un taux de croissance économique parmi les plus élevés d'Afrique (autour de +4,8% par an en moyenne depuis 2010) », note Osman dans le même article.
Cette dynamique est due selon l'économiste de l'AFD à la croissance de l'agriculture, à la montée en puissance des investissements, la dynamique que connaissent les services, les transports, les BTP et autres filières, et le coût élevé des «matières premières extractives» que produit la région.
L'UE, en plus du Maroc, de l'Algérie et de l'Egypte (et pourquoi pas le Nigéria), doivent capitaliser sur cette dynamique, en coordination avec les pays Sahéliens et en concertation avec les populations, pour mettre un vrai plan de relance économique, transformateur, avec comme piliers, l'infrastructure, l'amélioration de l'accès aux services, l'entreprenariat des jeunes et des femmes, l'emploi, le développement des services et de l'industrie, et la mise à niveau des villes.
L'approche doit être intégrée, bottom up (et pas top down), durable et soutenable puisqu'elle répondrait aux vraies attentes des jeunes, des femmes, des couches marginalisées et des classes moyennes. L'aide au développement est toujours une proie à la fameuse « capture des élites » (ceux et celles qui « savent » s'octroient le rôle d'intermédiaires et s'accaparent la part du lion de l'aide au développement). Il faut investir dans une aide au développement socialement rentable, basée sur un vrai engagement citoyen et une redevabilité sociale soutenue.
Les pays de l'Afrique du Nord, étant culturellement, politiquement et géographiquement proches du Sahel, sont bien positionnés pour agir en «intermédiaires de développement». Le Maroc jouit d'une grande influence culturelle et politique, fondée sur des liens historiques qui datent depuis le Moyen Age, et sur un intérêt économique grandissant, assorti d'investissements d'ordre public et privé. L'Algérie dispose de frontières étendues avec une grande partie des pays du Sahel. L'Egypte (en plus de la Tunisie et une Libye pacifiée, stable et prospère) peut jouer un rôle de locomotive pour la partie Est du Sahel.
Mais le Sahel n'est pas simplement une région à aider mais un potentiel à développer, un vivier de ressources naturelles et humaines à valoriser, un espace d'opportunités et de prospérité possible à imaginer-tous des atouts pour une Europe qui ne cesse de vieillir et en quête d'un espace géostratégique vital, pour une Afrique du Nord qui se développe et se recherche, et finira par réunir ses forces et créer un grand espace d'échange qui aura besoin de son voisinage au Sud pour mutualiser les atouts et conjuguer les efforts afin de faire face aux défis et arrêter une vision commune globale de prospérité et de développement durable.
Le Sahel-Maghreb-Europe est un espace à bâtir, une idée à développer, un projet à nourrir. Il faut créer un mécanisme triple 5+5+5 entre les trois espaces (Espagne-France-Italie-Malte-Portugal +Algérie-Libye-Maroc-Mauritanie-Tunisie +Burkina Faso-Mali-Mauritanie-Niger-Tchad), en tant que cadre régulier d'échanges et de réflexion sur les questions du bon voisinage, de prospérité partagée et d'un avenir durable pour tous.
C'est dans ce cadre qu'il faut traiter des grands défis comme l'immigration, le trafic des êtres humains, le crime organisé, le terrorisme, la désertification et les changement climatiques, l'Islam en Europe etc. C'est pourquoi il faut y associer les grands de chaque région, notamment l'Allemagne côté Europe, l'Egypte côté Afrique du Nord et le Nigeria côté Sahel.
C'est en osant sortir des sentiers battus qu'on peut arriver à transformer les défis en opportunités. Ce grand espace qui englobe déserts, mers, et icebergs peut devenir une source d'espoir pour les générations futures maghrébines, européennes et sahélo-africaines. C'est un rêve certes, mais un rêve réalisable. Il faut avoir juste le leadership nécessaire et le courage visionnaire pour y arriver.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.