Covid-19: Les prix des vaccins flambent, les gains des labos cartonnent    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Record des transactions par carte bancaire en juillet    Intelaka : 2,7 milliards de DH de crédits accordés à fin 2020    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    JO-2020: Soufiane El Bakkali champion olympique du 3000 m steeple    Soufiane El Bakkali offre l'or olympique au Maroc    La Fédération royale marocaine de boxe dissout la Direction technique    Une réunion de hauts responsables militaires marocains et américains à Rabat    Compteur coronavirus : 4.206 nouveaux cas et 52 décès en 24h    Pr. Marhoum Filali à 2M.ma : le vaccin est l'unique parade à la Covid-19    Campagne de vaccination: le Maroc cible les jeunes de plus de 18 ans    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Maroc-Algérie : "Notre conviction intime est que les frontières soient et demeurent ouvertes"    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Fête du Trône: La communauté juive marocaine d'Israël réitère son attachement à la monarchie et à la Mère-patrie    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    Programmation informatique: Python dans la cour des grands    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Marsa Maroc : l'Etat cède 35% du capital à Tanger Med    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Protection des données : OCP et UM6P adhérent au Data-Tika    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Reprise: ces secteurs qui marquent à nouveau le «Stop»    Covid-19 : la vaccination fait baisser le taux de mortalité et le nombre des cas graves (Spécialiste)    La cause du décès de Abdellah Habib Bilal remise en question par sa famille et des membres du polisario    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Coupe du Trône / WAC-MAT : Les relégués éliminent les champions et passent en finale    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    «Enti Hayati», le duo de Saâd Lamjarred et Calema cartonne    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    Abdelati El Guesse et Nabil Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800m    JO-2020 de Tokyo: Voici le programme du mardi 03 août 2021    Le Maroc remporte le titre avec 13 médailles, dont 9 en or    Famine : l'Ethiopie et Madagascar au niveau d'alerte maximum (FAO et PAM)    Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi en direct sur Info Soir de 2M (VIDEO)    Boutaïna El Fekkak, l'amour de soie    Tout artiste est lui-même    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Déchets industriels : Les pollueurs au pied du mur !
Publié dans Challenge le 06 - 06 - 2009

En bouclant sa première année d'activité, Ecoval Maroc est certes loin d'avoir atteint les 10.000 tonnes de déchets traités par an. Toutefois, ses perspectives de développement demeurent réelles. Les déchets industriels, il y en aura toujours plus.
A elle seule, l'industrie nationale génère près de 2M de tonnes de déchets. Et la moitié du volume se concentre dans la région de Casablanca. C'est essentiellement un marché de petits flux qui nécessitent un regroupement. Face à ce besoin, la fililale d'Holcim Maroc, Ecoval tente de pallier à la situation. « C'est la première plate-forme opérationnelle qui traite tant les déchets dangereux que moins dangereux », explique Hind Bajjad, directrice générale d'Ecoval Maroc. Les activités du site étant lancées depuis le mois de juin dernier, un bilan annuel s'impose. « Nos aspirations sont beaucoup plus grandes par rapport aux résultats du moment », précise-t-elle. Il faut dire que le chantier reste ouvert. En une année d'activité, la plateforme tourne à 50% de sa capacité (hors l'import de pneumatiques destinés à la cimenterie), annoncée initialement à 10.000 tonnes par an. Le signal n'est pas rouge. Loin de là. Car les besoins en traitement de déchets industriels ne font que s'accroître. En effet, l'entreprise traite les déchets de presque la totalité des secteurs d'activités. « Actuellement, nous ne traitons pas uniquement les déchets d'Holcim Maroc, mais également ceux de l'industrie chimique et para-chimique, des équipementiers automobiles, de la distribution pétrolière et métallurgique », ajoute-t-elle. Le champ d'intervention d'Ecoval est des plus larges. Reste à savoir si les opérateurs se prêtent au jeu et recourent à de tels procédés. Le témoignage de Hind Baddaj est intéressant à plus d'un titre. D'une part, elle compte à son actif une expérience de près de huit ans dans le secteur et de l'autre, elle gère la plateforme d'Ecoval, qui représente une superficie de 30 hectares, dont la surface couverte abrite notamment des ateliers, un laboratoire et un bassin de 600 mètres cubes.
Des solutions groupées
L'originalité d'Ecoval, ce sont les solutions « groupées » qu'elle propose à ses clients. D'abord en finalité, les déchets traités deviennent des combustibles alternatifs pour une valorisation énergétique au sein des fours d'Holcim Maroc. Les prix sont étudiés en fonction de la hiérarchisation des déchets. A ce propos, Hind Baddaj souligne que « pour chaque typologie de déchets, nous avons des tarifs. Selon notre cahier de charges, nous établissons des prix indexés sur les résultats des analyses ». La prestation commence en amont avec la gestion du parc des déchets, puis leur transport jusqu'au site de traitement. La caractérisation de la typologie des déchets se fait gratuitement auprès du laboratoire d'Ecoval. Et des certificats de garantie sont fournis jusqu'à l'élimination définitive des déchets. Les industries génératrices de déchets adhèrent-elles facilement au concept ? « Je peux vous dire, d'après mon expérience, que je ressens une forte amélioration dans la perception qu'ont les opérateurs de la question environnementale. D'ailleurs, la réglementation aide beaucoup dans ce sens », indique à ce propos Hind Baddaj. En effet, depuis la promulgation de la loi cadre n°28/00 portant sur la gestion des déchets et leur élimination, et le décret instituant le catalogue marocain des  déchets (CMD) et fixant la liste des produits dangereux, le marché est en passe de s'organiser. Sauf que pour les professionnels du secteur, le temps presse. « Les décrets d'application visant à accompagner cette loi doivent devenir effectifs pour que les choses évoluent plus rapidement », déclare Mme Baddaj. C'est-à-dire mettre en vigueur le principe du « pollueur payeur ». L'autre chantier à mettre en branle est celui reposant sur le régime des éco-taxes. « Il s'agit d'instaurer une structure de collecte des déchets qui serait alimentée par le petit plus que paiera le consommateur ».  D'ici là, le business des déchets industriels a encore de beaux jours devant lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.