La revue de presse du jeudi 26 mai    Gestion de l'eau: «le Maroc peut profiter l'expérience israélienne», assure Orit Farkash-Hacohen    Une amende de 150 millions de dollars pour Twitter    La météo pour ce jeudi 26 mai 2022    Visite de travail du CESE du Maroc en Côte d'Ivoire    Les milliards de la nature    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 26 mai    AC Milan: coup dur pour Ibrahimovic    Rabat: l'ambassade du Suriname inaugurée    Hakim Ziyech s'en prend violemment à Vahid Halilhodzic (VIDEO)    Maroc/Covid-19: 170 nouveaux cas et 1 décès ces dernières 24h    Découvrez « Yallah Rouh », le dernier clip de Samira Saïd (VIDEO)    La danseuse Maya au cœur d'une polémique    CEDAW: HarmonizationNow salue la décision du Maroc mais affiche ses réserves    Guerre en Ukraine : La Russie veut l'appui de l'Afrique pour la levée des sanctions occidentales    Frontières maritimes : L'ambassadrice du Maroc en Espagne tente de rassurer les Iles Canaries    Qui est Salvador Ramos, le tireur d'Uvalde ?    Romain Saiss proposé au Barça, le Betis et Besiktas à l'affût    Partygate: Un rapport accuse Boris Johnson qui refuse de démissionner    AZIZ, l'intellectuel révolutionnaire, qui a su lier la pensée à l'action    Meurtre de Shireen Abu Akleh : Washington pour une enquête «complète et transparente» mais pas à la CPI    Sahel : Une crise alimentaire aiguë pointe à l'horizon    Des milliers de traversées de la frontière entre le Maroc, Ceuta et Melilla une semaine après son ouverture    Le Maroc accueille une réunion de militaires et civils libyens    Guerre en Ukraine : Trois mois déjà et pas de paix en perspective    Vidéo. Sélection nationale: Vahid défend ses choix    Le Museo Arqueológico Nacional célèbre les liens entre le Maroc et l'Espagne dans sa nouvelle exposition    La liste des 25 Lions de l'Atlas pour la date FIFA de juin 2022    Canada : Consulat mobile au profit des Marocains de l'Alberta    Nadia Fettah prend part aux assemblées annuelles de la BAD    Le Cercle des Eco. Comment renforcer et fidéliser sa Customer community ?    Couverture médicale pour les agriculteurs : 4 conventions majeures signées à Rabat    La Journée mondiale de l'Afrique célébrée ce mercredi 25 mai    Sélection nationale: voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    «Casa-Paris», le beau duo d'Issam Kamal et AliceCatDesigner    Une Mercedes de 1955 vendue 135 millions d'euros, record mondial pour une voiture aux enchères    Le temps qu'il fera ce mercredi 25 mai 2022    Variole du singe au Maroc : les 3 cas suspects testés négatifs    L'espace maroco-italien invite Mohamed El Jem et sa troupe chez Da Vinci    Gestion de l'eau : Les recommandations clés de Nizar Baraka en matière de gouvernance    Visite au Maroc du chef d'Etat-major général des Forces armées mauritaniennes    Fusillade au Texas. Biden tire sur le lobby des armes    Variole du singe : la flambée des cas reste « maîtrisable », selon l'OMS    Chelsea passe des Russes aux Américains    Les couleurs du Maroc brillent à Cannes pour la troisième année consécutive    SIEL : la 27e édition célèbre la littérature africaine    Chelsea : Hakim Ziyech voudrait changer d'air cet été    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



CGEM : lancement de l'étude « Quelles transformations pour les ICC au Maroc ? »
Publié dans EcoActu le 25 - 01 - 2022

La Fédération des Industries Culturelles et Créatives de la CGEM et la Wallonie Bruxelles International à Rabat signaient en mai 2021 un accord de partenariat avec pour objectif la contribution à la structuration du secteur des ICC. La première étape de cette coopération s'est concrétisée par le lancement d'une étude de terrain intitulée « Quelles transformations pour les ICC au Maroc.
Focus sur 4 filières, l'édition, les arts de la scène, l'audiovisuel et la musique actuelle ». La méthodologie et les conclusions de cette étude ont été présentées à la presse nationale ce lundi 24 janvier 2022 au siège de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc.
Menée en toute indépendance par une équipe de chercheurs marocains, à partir d'une revue de littérature élargie, et en interaction régulière et construite avec décideurs, acteurs(trices) et observateurs(trices), cette étude de terrain propose des clés de décryptage du fonctionnement de quatre filières créatives au Maroc : l'Edition, les Arts de scène, les Musiques actuelles et l'Audiovisuel.
Les partenaires et l'équipe de recherche se sont fixés comme objectif essentiel, à travers cette étude qualitative, d'apporter aux acteurs institutionnels une série de propositions pour renforcer les politiques publiques en lien avec les économies
créatives au Maroc.
Le choix de focaliser l'étude sur quatre secteurs en particulier répond à une volonté d'analyser plus spécifiquement des filières fortement subventionnées, et des domaines connaissant des mutations technologiques et générationnelles de taille, avec des effets de globalisation qui favorisent autant de nouvelles formes d'entrepreneuriat.
L'apport de cette étude est de recueillir et de structurer au mieux les vécus, représentations et perceptions des différentes parties-prenantes, les acteurs(trices) sur le terrain en particulier, pour en déduire les axes de transformation majeurs à considérer, en vue de faire des économies créatives un levier de développement humain, un moteur de la transformation économique et sociale. Il est clair que ce travail a été mené dans un contexte contraint où l'accès aux informations et aux données est faible et où les acquis en termes d'études, recherches et investigations sur le secteur demeurent insuffisants. Une situation d'autant plus contraignante que le travail terrain a été mené en 2021, pendant la période COVID.
En terme méthodologique, deux questions centrales ont structuré ce travail de terrain:
• Quelles sont les mutations à l'œuvre au cœur des quatre filières étudiées ?
• Quelles stratégies adopter pour accompagner les mutations les plus probantes ?
Notamment en termes de renforcement des capacités des acteurs du développement local, qu'ils soient institutionnels, professionnels ou issus de la société civile.
Le propos de l'étude n'est ni un diagnostic exhaustif ni une cartographie quantitative des filières et marchés culturels au Maroc, même si plusieurs éléments pertinents ayant trait à ces aspects y sont pris en compte. L'étude porte un intérêt particulier aux opérateurs·trices qui agissent, dynamisent et permettent, parfois, aux quatre secteurs étudiés de se développer en interne et de s'internationaliser. Le travail s'appuie également sur les précédents rapports d'associations et institutions qui ont largement couvert l'état des lieux des carences à combler.
L'essentiel des résultats et surtout les orientations développées dans ce cadre cherchent à renforcer les dimensions de la gouvernance, du marché, la professionnalisation, l'internationalisation et la numérisation.
De l'ensemble de ce travail il ressort en conclusion que 6 axes structurants méritent une attention particulière :
1- La transversalité de la culture et la nécessaire convergence
2- La réforme du modèle de subvention publique
3- La libéralisation de l'audiovisuel
4- L'identification des entreprises des ICC et la reconnaissance des associations culturelles
5- La réforme du BMDA (Bureau Marocain des Droits d'Auteurs) et la gestion des droits d'auteur
6- Les défaillances structurelles à combler par la formation.
Cette étude intervient à un moment clé où le Nouveau Modèle de Développement insiste sur la centralité de la culture pour le développement humain et social, la diversification économique, et où l'intérêt de partenaires internationaux au sujet du renforcement des économies créatives dans la région est prégnant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.