Meeting Mohammed VI d'athlétisme: un plateau riche pour la 13è édition    Protection sociale: Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale    Espagne : Une vice-présidente de la Chambre basse du Parlement sur la liste des invités du Polisario    Service militaire 2022: Début au 7e CFA de la Marine Royale de l'opération de sélection et d'incorporation des appelés    Il y a 19 ans, des attentats terroristes frappaient Casablanca (VIDEO)    Météo Maroc: temps chaud sur l'extrême Sud ce mardi 17 mai    Casablanca: un jeune homme met tragiquement fin à ses jours à Sidi Moumen    Nouvelle consécration pour le designer marocain Hicham Lahlou    La lettre d'orientation d'Abdellatif Hammouchi pour le 66e anniversaire de la DGSN    France. Elisabeth Borne nommée à la tête du gouvernement    France: fin du masque dans les transports en commun    Botola: l'Union Touarga promu en première division !    « Les infirmières et infirmiers ont toujours été au cœur des réformes de notre système de santé »    Une délégation marocaine s'entretient avec le président de la Chambre des députés de la République Dominicaine    «Dialogue joyeux avec un mort»    «La rencontre», nouveau roman de Mamoun Lahbabi    Mehdi Qotbi : « une ode à l'histoire commune entre le Maroc et l'Espagne »    Photos. De nouvelles structures de police à Marrakech et à Al Hoceima    Le programme des Lions de l'Atlas en juin. Pas d'amical contre le Brésil    Manche : 113 migrants secourus en fin de semaine    La revue de presse du lundi 16 mai    Justice pénale : Le Maroc élu 1er vice-président de la 31è session de la CCPCJ    Kamala Harris conduit une délégation de haut niveau aux Emirats arabes unis    La Bourse de Casablanca débute la semaine en hausse    Oracle inaugure le premier Oracle Lab d'Afrique à l'UM6P de Benguerir    Covid-19: Le Maroc a enregistré 54 nouveaux cas et 01 décès en 24H    Promotion de l'allaitement maternel : Campagne nationale du 14 mai au 14 juin 2022    L'ONMT organise un light Tour à Paris, Londres et New York    Trois projets de décret au menu du prochain Conseil de gouvernement    Finale LdC au Maroc : Al-Ahly veut boycotter la finale et menace la CAF    Ligue1: Mbappé, meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Coupe de la CAF: revivez la remontada de la RS Berkane face au TP Mazembe (VIDEO)    Russie-OTAN : L'adhésion de la Finlande et de la Suède « va changer le monde »    Le Mali se retire de l'organisation régionale G5 Sahel    Pétrole : L'Arabie saoudite portera sa production à 13,4 millions de barils    Législatives libanaises : Le tandem chiite préserve ses sièges    Alfa Romeo Tonale. Objectif reconquête pour la marque italienne    Renault vend ses actifs en Russie à l'Etat russe    Rapport CNDH : 3.018 plaintes traitées en 2021    (Billet 700) – Non, Ssi Benkirane, un ancien chef de gouvernement ne devrait pas dire ça...    Maroc: Les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Aérien : l'ONDA table sur un taux de récupération de 75%    Vandalisme à Khouribga après le match Raja de Casablanca contre Rapide Oued Zem    «Green Card» à l'assaut des salles obscures dès le 18 mai    Fondation Ali Zaoua, 13 ans déjà !    Rabat rend hommage à feue Haja Hamdaouia    Souveraineté sanitaire : Comment le Maroc se prépare à la période Post-pandémie    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



FMI : révision à la baisse des perspectives de croissance mondiale en 2022
Publié dans EcoActu le 26 - 01 - 2022

Le FMI a publié la dernière édition des perspectives de l'économie mondiale en 2022, tablant sur 4,4 % de croissance mondiale en 2022.
Selon le FMI, l'économie mondiale aborde 2022 dans une position plus faible que prévu. Alors que se répand le nouveau variant de COVID‑19, Omicron, les pays restreignent à nouveau les déplacements.
Du fait de l'augmentation du prix de l'énergie et des ruptures d'approvisionnement, l'inflation est plus élevée et plus généralisée que prévu, en particulier aux Etats‑Unis et dans de nombreux pays émergents et en développement. Les perspectives de croissance ont aussi été assombries par le repli du secteur immobilier chinois et la reprise plus lente que prévu de la consommation privée.
La croissance mondiale devrait passer de 5,9 % en 2021 à 4,4 % en 2022, soit un demi-point de pourcentage de moins pour 2022 que ce qui avait été prévu dans l'édition d'octobre des Perspectives de l'économie mondiale (PEM), ce qui tient en grande partie à la révision à la baisse des prévisions concernant les deux plus grandes économies.
Lorsque les hypothèses sont révisées en supprimant du scénario de référence le train de mesures budgétaires du programme « Build Back Better » (Reconstruire en mieux) et en incluant le retrait anticipé des mesures d'accompagnement monétaire et la persistance des pénuries d'approvisionnement, les perspectives de croissance des Etats‑Unis diminuent de 1,2 point de pourcentage.
En Chine, les perturbations liées à la politique de tolérance zéro par rapport à la COVID‑19 et les tensions financières prolongées dans le secteur de la promotion immobilière ont entraîné une révision à la baisse de 0,8 point de pourcentage.
La croissance mondiale devrait ralentir et s'établir à 3,8 % en 2023. Si ce chiffre est supérieur de 0,2 point de pourcentage par rapport aux prévisions antérieures, cela s'explique en grande partie par la reprise qui s'installera mécaniquement une fois levés au cours du second semestre de 2022 les freins qui entravent actuellement la croissance.
Les prévisions sont subordonnées à l'amélioration de la situation sanitaire dans la plupart des pays d'ici à la fin de 2022, à savoir que le taux de vaccination dans le monde entier progresse et que les traitements deviennent plus efficaces.
La forte inflation devrait persister plus longtemps que ce qui avait été prévu dans l'édition d'octobre des Perspectives de l'économie mondiale, car les perturbations des chaînes d'approvisionnement et les prix élevés de l'énergie devraient se maintenir en 2022.
Si les anticipations d'inflation restent bien ancrées, l'inflation devrait progressivement diminuer à mesure que les déséquilibres entre l'offre et la demande s'atténuent en 2022 et que la politique monétaire des principales économies produit ses effets.
Les aléas entourant le scénario de référence mondial sont orientés à la baisse. L'émergence de nouveaux variants de COVID‑19 pourrait prolonger la pandémie et provoquer de nouvelles perturbations économiques.
De plus, les ruptures d'approvisionnement, la volatilité des prix de l'énergie et les pressions salariales localisées se traduisent par de grandes incertitudes quant à l'inflation et aux politiques, selon le FMI.
Le relèvement des taux directeurs par les pays avancés pourrait mettre en péril la stabilité financière et faire surgir des risques pour les flux de capitaux, les devises et les finances publiques des pays émergents et en développement, d'autant que les niveaux d'endettement ont considérablement augmenté au cours des deux dernières années.
D'autres risques mondiaux pourraient se faire jour, car les tensions géopolitiques restent fortes et, au vu de l'urgence climatique, la probabilité que des catastrophes naturelles majeures se produisent reste très élevée.
Sachant que la pandémie maintient son emprise, une stratégie de santé mondiale efficace s'impose plus que jamais.
Il est essentiel que tous les pays aient accès aux vaccins, aux tests et aux traitements pour atténuer le risque qu'apparaissent de nouveaux variants dangereux de la COVID‑19.
Ainsi, il faut stimuler la production, améliorer les systèmes de distribution dans les pays et assurer une distribution internationale plus équitable.
Dans de nombreux pays, les pouvoirs publics devront continuer de durcir la politique monétaire afin de contenir les pressions inflationnistes, tandis que la politique budgétaire, dont la marge de manœuvre est plus limitée qu'au début de la pandémie, devra être axée en priorité sur les dépenses sanitaires et sociales tout en privilégiant les personnes les plus touchées.
À cet égard, la coopération internationale sera essentielle pour préserver l'accès aux liquidités et accélérer les restructurations ordonnées de la dette, s'il y a lieu. Il reste impératif d'investir dans les politiques climatiques pour éviter que les changements climatiques ne produisent des effets catastrophiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.