Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avec la mutation des valeurs au sein du Quartier Arabe (El Haouma), c'est l'un des derniers pans de notre culture qui s'effondre.
Publié dans Eljadida 24 le 24 - 07 - 2014

Par l'évocation de ce quartier Arabe d'antan, c'est d'abord de son organisation urbanistique et de la juxtaposition de ses habitations qu'il s'agit.
Une cohabitation où toutes les classes sociales se confondaient et qui a pour mérite, d'empêcher les mieux lotis à ignorer les privations et les souffrances des plus démunis.
Une solidarité qui s'est instaurée presque naturellement et qui a fini par constituer une sorte de filet social empêchant quiconque à se sentir oublié, marginalisé…et à toucher le fond.
Les propriétaires des fastidieux Riads , laissaient cette vague impression de s'être comme donnés le mot, pour que les façades de leurs propriétés ne soient trop tape-à- l'œil. Un souci d'humilité et un geste noble, qui dissimulaient une certaine volonté à respecter les moins favorisés dans le voisinage ou à en choquer certains par leurs « opulences ».
Une façon d'être et de vivre qui a fini par engendrer, un air paisible et serein dans chaque quartier. Les gens s'accordaient du temps pour parler, se raconter leurs soucis, leurs dernières blagues et à pleurer ou à rire en semble comme une seule et unique famille. Les portes restaient ouvertes et quand bien même on les fermait, des bouts de ficelles pendaient toujours vers l'extérieur.
C'est dans l'ambiance de ces quartiers que plusieurs générations de marocains ont baigné et appris les véritables valeurs de la vie.
Mais des us et coutumes envers lesquelles on semble s'être peu arrêtés, pour pouvoir souligner leurs avantages culturels, sociaux, économiques, spirituels et politiques.
Une belle histoire qui prit malheureusement fin, le jour où nous avons tourné le dos à tout cela suite à notre occupation d'abord, puis de l'influence de la culture de l'occupant par la suite.
Au final, nous avons épousé la « modernité », où ce qui s'en apparente. Un style étranger à notre culture et où en terme d'habitation, tout obéissait à un découpage par zones et par classes : zones villas, zones immeubles, quartiers populaires…
Du coup, les familles aisées et souvent cultivées de l'époque ; celles qui servaient d'exemple et de modèle à suivre , sont parties se cloîtrer, cette fois-ci, dans des villas bien barricadées.
La classe moyenne a, à son tour, délaissé le quartier pour des immeubles et autres appartements « taillés sur mesure ».
Qunt aux plus défavorisés, ils se sont retrouvés seuls, face à leurs difficultés , abandonnés de tous et… dans un quartier qu'ils ne reconnaissaient plus. Plus aucun modèle à suivre pour se motiver et essayer de s'en tirer d'affaire. Plus rien pour les empêcher de basculer dans les bas fonds d'une société devenue brutalement égoïste.
L'ironie de l'histoire, c'est que pendant que ces « nouveaux riches » semblent se complaire dans leurs nouvelles villas et ce nouveau « luxe » auxquels ils viennent tout récemment d'y goûter (années 60-70 du siècle dernier), ceux qu'on voulait imiter viennent, en force, occuper les Riads abandonnés.
Un fait qui semble ressembler fortement à celui relevant du volet culinaire : c'est lorsqu'on a pris goût à leurs frites, qu'ils ont opté pour nos tajines aux olives et pommes de terre, réputés plus sains ; et c'est quand on a adopté dans notre alimentation leurs steaks, leurs hamburgers et fastfood en général, qu'ils semblent s'être rendus compte, de toutes les vertus de notre couscous aux sept légumes.
Tout cela pour dire que nous avons abandonné le Quartier Arabe, sans penser au rôle culturel qu'il jouait. A la stabilité sociale qu'il générait. Et surtout, en l'absence d'un Etat fort économiquement, à même d'aider les plus démunis d'entre ses citoyens.
Chinois, Japonais…et asiatiques en général se modernisent, s'ouvrent à l'Autre, mais pas à n'importe quel prix et pas au détriment de leur culture.
Ils ont compris depuis belle lurette, que ce qui brille n'est pas or et ce qui vient d' « Ailleurs », n'est pas nécessairement le meilleur et l'Exemple à suivre.
L'herbe n'est-elle pas toujours plus verte chez l' « Autre», jusqu'à ce qu'on découvre que c'est du gazon artificiel ?
En cette période de l' « aâouacher » et de la nuit du destin, puisse Allah faire en sorte que nous continuons à nous aimer les uns les autres et à aider les plus nécessiteux parmi nous. Amen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.