Open d'Australie: Shapovalov fait tomber Zverev (VIDEO)    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    USA: La région de Big Sur en Californie frappée par un important feu de forêt    Nouvelles manifestations en France avant l'entrée en vigueur du passe vaccinal    Les températures attendues ce dimanche 23 janvier 2022    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Au chevet des animaux errants à Bagdad: un coeur gros comme ça mais zéro soutien    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entretien : «Des mesures ont été prises pour assainir le portefeuille…»
Publié dans Finances news le 05 - 05 - 2011

Mohamed Maarouf, Directeur exécutif Afrique du Nord de Planet Finance, dresse le bilan du secteur et revient sur les principales mesures prises pour moderniser le microcrédit au Maroc.
- Finances News Hebdo : Quel bilan faites-vous de la microfinance au Maroc?
- Mohamed Maarouf : Le Maroc est un leader reconnu de la microfinance dans le Monde arabe, servant 40 % des clients de la région MENA; il compte certaines des institutions de microfinance (IMF) les plus performantes au plan international.
Cependant, depuis 2007, le secteur de la microfinance au Maroc est confronté à une crise sans précédent. Cette crise trouve son origine dans la croissance non maîtrisée du portefeuille des actifs, l'absence d'instruments efficaces de gestion des risques et le dépassement des capacités institutionnelles de certaines IMF, notamment au niveau des politiques de crédit trop laxistes, des systèmes d'information et de gestion obsolètes et des lacunes au niveau du contrôle.
Ainsi, en décembre 2008, les portefeuilles à risques représentent 5% du portefeuille de prêt et un an plus tard, ils atteignent le niveau alarmant de 10%. En même temps, les abandons de créances ont considérablement augmenté, avec des répercussions négatives sur la rentabilité et la solvabilité des institutions de MicroFinance (IMF) marocaines. En mai 2009, la Fondation Zakoura, qui est l'un des leaders de la microfinance au Maroc, enregistre un portefeuille à risques supérieur à 30%. Elle est alors contrainte de fusionner avec la Fondation Banque Populaire pour le microcrédit.
Fin 2009, le secteur de la microfinance au Maroc affiche un encours de
4,8 milliards de dirhams, soit un repli de 16% et 307 millions de dirhams de créances en souffrance, soit une progression de 2% par rapport à l'année précédente.
Actuellement, la situation se stabilise. Des mesures ont été prises pour assainir le portefeuille et permettre au secteur du microcrédit de prendre un nouveau départ.
Désormais, les IMF échangent régulièrement des informations sur les impayés de leur clientèle afin de contrôler les crédits croisés. Une centrale des risques est même en cours de mise en place.
- F.N.H : Quels sont les axes d'amélioration pour éviter une nouvelle crise à ce secteur?
- M.M : Les IMF ont considérablement freiné leur croissance et ont réduit la taille de leur bilan. Elles ont également mis en place des plans de redressement d'envergure, consistant à renforcer leurs méthodologies de crédit, constituer des équipes dédiées exclusivement au recouvrement des prêts et à engager des poursuites judiciaires contre les emprunteurs présentant des arriérés. Enfin, elles échangent régulièrement des informations sur les impayés de leur clientèle afin de contrôler le crédit croisé.
Ces mesures sont à même de faire émerger un nouveau secteur, plus mature, doté d'un système de centralisation des risques performant et de systèmes améliorés de gestion des risques. La part des clients ayant contracté des prêts multiples est ainsi passée de 39 % en octobre 2008 à
29 % en septembre 2009.
- F.N.H : Les dispositions de BAM sont-elles suffisantes pour pallier les insuffisances du secteur?
- M.M : Le gouvernement a mis en place, en collaboration avec Bank
Al-Maghrib (BAM) et la Fédération nationale des associations de microcrédit (FNAM), un plan de consolidation du secteur. Les quatre priorités de ce plan sont : renforcer les IMF, contrôler le crédit croisé et prévenir le surendettement, sécuriser la liquidité du secteur pour les besoins futurs, et améliorer le cadre réglementaire. Ces mesures contribuent déjà à restaurer la confiance dans le secteur de la microfinance.
- F.N.H : Quels sont les projets prévus pour les années à venir pour dynamiser le secteur du microcrédit et quelle est la vision pour l'avenir du secteur ?
- M.M : Le gouvernement marocain a élaboré un plan, en collaboration avec Banque Al-Maghrib (BAM) et la Fédération nationale des associations de Microcrédit au Maroc (FNAM) , pour rétablir la confiance et la crédibilité du secteur de la microfinance dans le pays. Dans le cadre de ce plan, le ministère des Finances a lancé une enquête en 2009 pour évaluer l'état actuel du secteur et fournir des recommandations pour améliorer le cadre réglementaire au vu des derniers développements. Le gouvernement marocain a également étudié des options pour la consolidation du secteur et la transformation des IMF les plus importantes.
Ainsi, les amendements qui viennent d'être apportés à la loi qui régissent le microcrédit permettent :
• l'exercice des activités de microcrédit, soit directement par une association de microcrédit, soit indirectement à travers une autre association de microcrédit ou une société anonyme agréée par Bank Al-Maghrib, en tant qu'établissement de crédit soumis aux dispositions de la loi 34-03, relative aux établissements de crédit et organismes assimilés ;
• la soumission des opérations de fusion de deux ou plusieurs associations de microcrédit, ainsi que celles relatives à l'absorption d'une ou plusieurs associations de microcrédit par une autre association, à l'octroi d'une nouvelle autorisation par le ministre chargé des Finances, et ce après avis du Conseil consultatif des microcrédits ;
• une lecture plus intégrée au niveau de tout le secteur financier, nous fait dire que Le secteur Financier marocain, qui a démontré une grande résilience face à la crise financière internationale, connaîtrait de profonds mouvements notamment au niveau du low income banking.
En effet, des processus de donwscaling, certes longs et prudents, ont été amorcés par certaines banques de la place afin de mieux connaître les comportements financiers des populations à bas revenu, ce qui doit aboutir à terme à une vraie offre bancaire pour ces populations.
Mais, sur ce segment, les banques doivent compter aussi avec un nouvel entrant de taille qui prend de facto la place de leader en terme de densité du réseau : il s'agit de Barid Bank, la banque postale marocaine. Cette banque va certainement avoir de grandes ambitions au niveau des produits de crédits, notamment le crédit au logement en plus de son rôle capital de collecteur de la petite épargne.
D'un autre côté, pour le secteur de la microfinance, qui emploie plus de 6.000 personnes, la crise n'est pas encore derrière nous. Après une période de stagnation (2007/2008), le secteur a connu une décroissance en 2009 passant de 1.250.000 clients actifs à 924.966, pour un encours de crédit de moins de 5 milliards de DH. Le portefeuille à risque se stabilise à une moyenne de 5,66 %, mais atteint des proportions alarmantes chez certaines petites IMF.
Dans cette phase de décroissance et d'assainissement du portefeuille, le secteur doit avancer sur deux chantiers importants. Il faut, d'une part, définir la stratégie et les modalités de transformation des grandes IMF et, d'autre part, mettre en place le modèle de renforcement des petites IMF.
Au fait, il s'agit de définir clairement le rôle et la place du secteur de la microfinance dans le système financier marocain ainsi configuré. La Banque centrale à un rôle important dans la définition de cette vision.
Enfin, dans le cadre de cette réflexion il faut tenir compte des deux oubliés du marché financier qui peuvent constituer un vrai levier de croissance. Je veux parler des TPE et des coopératives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.