Programme des principaux matchs de ce dimanche 17 décembre    Mondial 2018 : Les chances des Lions selon les statisticiens    Message de condoléances de SM le Roi au président français suite à la collusion de train à Millas    Fermeture définitive de la prison locale Salé    Khémisset: 18 blessés dans le renversement d'un véhicule de transport    Troisième AG de la FAAPA à Casablanca    OiLibya s'allie à SGS pour la qualité de ses carburants    FAR :LE REVERS DE LA MEDAILLE; HISTOIRE D'UNE DERIVE    DERNIERE MINUTE: LA FRM DE BOXE CHANGE LE LIEUX DE SON A/G    ONCF : C'est les soldes d'hiver sur les cartes de réduction !    Parlement : Habib El Malki en visite de travail au Vietnam    4 tonnes de Haschich saisies en Espagne    AUJOURD'HUI A 13 H A L'INSTITUT NATIONAL DES STATISTIQUES DE LA FAC DES SCIENCES HUMAINES :JOURNEE CULTURELLE DE COREE DU SUD    « Plasticiens du Maroc, Poètes du Monde » à la Société Générale    La Fondation AWB s'intéresse à la Citoyenneté en son Espace Actua    Abdelhak Najib signe « Le pays où les pierres parlent »    AUTOROUTES DU MAROC: HAUSSE DE 12% DES RECETTES    DEMANTÈLEMENT D'UN GANG QUI KIDNAPPAIT DES RICHES CONTRE DES RANÇONS    Que faisait le président de la Région Beni-Mellal avec la délégation du WAC au Mundialito?    ATTENTION! POULES DANGER!!!    PREVISIONS METEOROLOGIQUES POUR LA JOURNEE DU SAMEDI 16 DECEMBRE    MISE A JOUR DE LA BOTOLA: LE WAC ET LA RAJA AU COMPLEXE PRINCE MOULAY ABDALLAH (LUNDI,MARDI ET JEUDI)    LA CIMR AVANCE LA DATE D'ACTIVATION DE LA CARTE RAHATI    Atlantic Dialogues : Plus de 600 millions d'Africains n'ont pas accès à l'électricité !    LA BAD PRÊTE 265 MILLIONS DE DOLLARS AU MAROC POUR NOUR MIDELT    Historique de la langue arabe à l'UNESCO    ATTENTION!LA GRIPPE SAISONNIERE TUE PLUS DE 650 000 HUMAINS PAR AN.OU EN EST LE MAROC?    Programme des principaux matchs de ce samedi 16 décembre    Droits de l'Homme: El Othmani promet un plan d'action    Un mondial sans Espagne ?    Deux chocs pour les Lions en mars    L'agroalimentaire marocain intéresse les Chinois    Disney rachète 21st Century Fox    La migration africaine se joue à 80 % à l'intérieur du continent    Sahara marocain    Mise en place de commissions provinciales pour lutter contre les effets de la vague de froid    Négociations sur le Brexit: ce que l'on sait    Institut français : Quand Oujda écrit l'histoire    Le Maroc adhère au protocole... 3 ans après    Dernière ligne droite avant des élections en Catalogne qui pourraient ne rien régler    Fisc: Le Luxembourg fait appel de la sanction de Bruxelles sur Amazon    La Chambre des représentants adopte en deuxième lecture le projet de loi de Finances 2018    Le Hamas appelle à des manifestations « de colère » tous les vendredis    CPI: 10 millions de dollars de réparations pour les enfants-soldats d'une milice congolaise    Saisie et destruction de 345 t de produits impropres à la consommation en novembre    Terrorisme: Des peines allant de 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 4 accusés    Ligne rouge    Leith Alam, artiste Marocain, auteur, compositeur et arrangeur musical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entretien : «Nous n'avons pas besoin de plus de lois, pourvu que celles existantes soient bien appliquées !»
Publié dans Finances news le 04 - 10 - 2012

Au moment où les femmes réclament le droit d'accéder aux postes de décision, d'autres bataillent pour les droits élémentaires comme l'éducation et la santé.
L'existence des lois ne change rien à la détresse des femmes en situation de précarité si elles ne sont pas appliquées.
En l'absence d'organismes de prévoyance sociale, ce sont les associations qui tentent de combler les carences de l'Etat.
Saâdia Dibi, présidente de l'Association féminine de bienfaisance El Khir, compte sur les femmes leaders pour faire entendre toutes les femmes et plaider en leur faveur.
- Finances News Hebdo : Quels sont les domaines pour lesquels œuvre votre association ?
- Saâdia Dibi : Notre association œuvre à l'amélioration de la condition des femmes à Essaouira à travers les multiples projets lancés par El Khir. Notamment les projets d'alphabétisation, de formation professionnelle...
Nous avons également un centre d'écoute, de soutien juridique, psychologique et médical des femmes. De même, nous œuvrons dans la réinsertion des femmes dans le monde du travail pour leur assurer une autonomie financière.
En effet, à travers notre expérience avec les femmes en détresse qui nous ont contactés, nous avons pu constater qu'elles se retrouvaient sans ressources à la suite de divorce, du décès ou du départ de leurs conjoints. Aussi, très tôt, nous avons saisi l'importance de l'aide à l'autonomisation financière des femmes. Nous avons également établi des rapports avec des organismes internationaux par la conclusion de conventions portant sur la formation et la réinsertion professionnelle de ces femmes. Et pour cette deuxième année de cette expérience, nous avons aidé 64 femmes à se former à des métiers portant sur les activités hôtelières et de restauration.
Le volet économique est très important dans l'amélioration de la condition féminine !
- F. N. H. : Plusieurs thématiques ont été débattues lors de ce WT. Est-ce qu'elles collent à la réalité de la femme dans une ville comme Essaouira ?
- S. D. : Effectivement, bien que la question de l'émancipation féminine paraisse globale, elle se décline en paliers. Ainsi, pour le cas des femmes que nous aidons, on est bien loin de la problématique de l'accès aux postes de responsabilités puisqu'on se bat encore pour des droits élémentaires comme l'accès à l'école ou encore l'accès aux soins de santé. C'est une problématique qui touche une large population de femmes, notamment dans le monde rural. Nous avons des femmes qui viennent suivre des cours d'alphabétisation à l'insu de leurs époux, alors comment peuvent-elles accéder à des postes de responsabilité dans cet état actuel des choses ? Nous militons, à notre niveau, pour que l'accès à l'école soit garanti, et ce n'est qu'ainsi que les femmes pourront acquérir un savoir et une conscience de leurs droits, notamment dans le développement économique et politique du pays, et par conséquent participer aux prises de décision.
Mais j'insiste pour dire que le WT est une idée formidable qui permet de réunir des femmes de tous horizon pour justement partager les diverses et multiples expériences. J'espère que les femmes qui ont participé à cette édition pourront porter notre voix et influencer les décideurs en faveur des femmes rurales et des femmes privées des moyens d'éducation et de santé.
- F. N. H. : Est-ce que ces femmes ont pris conscience des avancées apportées par la Constitution ? En tant qu'association qui apporte une assistance juridique, le cadre réglementaire existant vous semble-t-il suffisant pour assurer l'accès des femmes à leurs droits ?
- S. D. : Aucunement ! En effet, quand on élabore des lois sans mettre en place les mécanismes de leur application, ces lois ne servent dès lors à rien !
Je prends l'exemple du code de la famille : la loi garantit bien des droits mais, dans la réalité, en l'absence des conditions de son application, ces droits restent illusoires. Nous avons même vu le cas d'une femme ayant fait appel à notre association, qui a été battue par son mari devant le tribunal qui statuait sur leur divorce. Elle est restée dans le coma durant deux mois dont elle est sortie avec de graves séquelles, notamment un œil abîmé, des pertes de mémoire et une incapacité à marcher.
Son mari n'a été condamné qu'à huit mois de prison et quand nous sommes montées au créneau, on nous a expliqué que c'était la peine maximum prévue par la loi. Huit mois seulement pour une personne qui a gâché la vie de cette jeune femme.
Tant qu'il n'y aura pas une loi qui criminalise la violence conjugale, nous allons encore assister à des drames similaires.
Indépendamment de la loi, il y a lieu de noter l'absence des services de prévoyance sociale pour prendre en charge pareil cas. Et même si notre association tente de le faire, il lui est difficile de se substituer à l'Etat ! C'est notamment le cas lors du non paiement de pensions alimentaires, bien qu'un jugement définitif ait été rendu en faveur de la femme.
A mon sens, nous n'avons pas besoin d'autres lois en plus de celles qui existent. Nous avons besoin que celles qui sont en vigueur soient appliquées et d'un soutien à l'action des associations de promotion des droits des femmes, en particulier celles qui sont en situation de précarité.
Dossier réalisé par Imane Bouhrara


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.