Organisation judiciaire : le volet réglementaire achevé    Soutien de la CNSS : plus de 3 millions de salariés bénéficiaires à fin mars    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    Guinée : Managem en passe de démarrer la production d'or    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    L'OCP au chevet de la riziculture ivoirienne    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    Qualité du pain et de la farine: la COMADER brise le silence    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    WAC-MCO en prologue de la 12ème manche de la Botola Pro D1    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    Les dividendes des sociétés cotées devraient atteindre un taux de distribution historique de 96%    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Un ministre australien en Europe pour régler un différend au sujet des vaccins    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Coupes africaines : Le tirage au sort fixé au 30 avril au Caire    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Ligue des Champions : Le bus du Real attaqué par des hooligans !    Programme de la 5ème journée de la CAF : Tous les matchs se jouent le 21 avril    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    Fruit d'un partenariat avec le ministère de l'éducation nationale : 27 centres des classes prépa équipés par OCP    8 personnes interpellées à Laâyoune : Mise en échec d'une tentative de trafic de plus d'une demie-tonne de chira    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    Le festival international du rire de Casablanca aura lieu en distanciel du 15 au 18 avril    Maroc : La Fondation TGCC pour l'Art et la Culture lance un nouveau concours destinée aux jeunes artistes    Un artisan innove un instrument de musique combinant l'Oud et l'Outar    Des pèlerins immunisés contre la Covid-19 se rendent à la Mecque au premier jour du ramadan    Nos vœux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Secteur bancaire : L'année 2021 pourrait être la plus difficile depuis 2009 (S&P Global Ratings)
Publié dans Finances news le 17 - 11 - 2020

L'année 2021 pourrait être la plus difficile depuis 2009 pour le secteur bancaire, le retrait progressif des mesures d'urgence prises par les Etats depuis le début de la crise du coronavirus risquant d'exacerber des risques que la reprise économique attendue ne suffira pas à dissiper, estime S&P Global Ratings dans une étude publiée mardi.
L'agence rappelle que les notes de crédit du secteur affichent pour l'instant un biais clairement négatif puisque pour un tiers environ des établissements qu'elle suit, elle sont dans une perspective négative, qui implique un risque de dégradation.
S&P Global a pris au total 236 décisions sur des notes de banques depuis le début de la pandémie, dont environ 23% d'abaissements et 76% de révisions à la baisse des perspectives.
Or, explique l'agence, “le retour des systèmes bancaires dans le monde aux niveaux d'avant le COVID-19 sera lent, incertain et très variable selon les zones géographiques”.
Dans certains pays, dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France, le retour au niveau d'avant-crise pourrait ainsi attendre 2023.
Parmi les principales menaces à court terme, S&P évoque entre autres celle d'une hausse des défaillances d'entreprises et celle de dégâts plus lourds qu'anticipé dans le secteur immobilier.
Et l'agence souligne le rôle délicat des autorités monétaires et budgétaire, entre le risque de laisser les banques porter seules un lourd fardeau de créances et celui de favoriser “l'aléa moral”, c'est-à-dire d'inciter les établissements de crédit à assouplir les critères d'octroi de crédit ou à sous-évaluer les risques.
S&P ne prévoit en outre pas de modification de l'environnement de taux d'intérêt, dont le niveau historiquement faible continuera de peser sur les marges d'intérêt, obligeant les banques à prendre des initiatives.
“Celles qui seront en mesure d'entreprendre des changements structurels, parmi lesquels la réduction des coûts et la numérisation, souffriront moins”, explique l'étude, ajoutant qu'une rentabilité “médiocre” favorise un nouveau cycle de consolidation, notamment en Europe.
Concernant les banques françaises, S&P Global Ratings estime que “les fondamentaux restent sains” mais note que le plan de relance du gouvernement implique “une hausse supplémentaire de l'endettement souverain comme de celui d'une partie des ménages et de nombreuses entreprises”.
“Cela pourrait augmenter leur vulnérabilité si la reprise économique prend du retard, ce qui mettrait à l'épreuve la résilience des banques et leur bilan”, ajoute-t-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.