Sahara : D'éminentes personnalités internationales appellent Biden à appuyer la décision Américaine    Nasser Bourita : Le Maroc s'est engagé à tout mettre en œuvre au service d' une paix sincère au Proche-Orient    Session extraordinaire du Parlement: Voici les projets de lois à caractère urgent    Le vice-président du Mali salue le rôle joué par le Maroc dans le processus de transition de son pays    HCR/JICA : 275.000 dollars en faveur des réfugiés résidant au Maroc    Tanger Med : Chiffre d'affaires consolidé de 2,42 MMDH du pôle portuaire en 2020    Nouveauté Peugeot Landtrek : un pick-up qui sort ses griffes    Involys réalise un chiffre d' affaires de 33,4 MDH l' année dernière    Prolongation du couvre-feu : Un coup dur pour les TPME    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le Maroc pourrait recevoir un don de vaccins de la part d'Israël    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    Compteur coronavirus : 480 cas testés positifs et 3.327.858 personnes vaccinées    DGAPR : Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus    Percevoir le cannabis tout autrement    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    Transport touristique : un encours de crédits de plus de 5 MMDH    CIH : Un produit net bancaire en hausse de 10,3% en 2020    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Réunion vendredi du Conseil de gouvernement    Casablanca : Proparco, BMCI et ARMA s'allient pour la propreté urbaine    Harcèlement sexuel : des voix réclament une enquête sur le gouverneur de New York    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    VIH : Baisse drastique des dépistages à cause de la Covid-19    L'Algérie, à la traîne, reçoit 200 000 doses de vaccin chinois, le variant anglais du coronavirus détecté    Marrakech : un projet contre les violences à l'égard des femmes dans les espaces publics voit le jour    Fès : Les étudiants de l'UPF échangent avec Kamal Oudrhiri    Algérie: le remaniement gouvernemental révèle des conflits de pouvoir entre la présidence et les militaires    Algérie : le Hirak du vendredi est de retour    Questions à El Ec-Cherif Larkem Directeur régional de l'agriculture    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    ALM en visite à El Guergarat    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    OMC : le Maroc plaide pour un TSD des pays en développement    Le partenariat Maroc-CCG, un noyau solide pour un nouvel ordre arabe    "Pour une Maison de l'histoire du Maroc " , nouvel ouvrage de l'Académie du Royaumec    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Le MAT limoge son entraineur Younes Belahmar    Casablanca: «Al-Irfane» mène le combat de la culture en milieu populaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mix énergétique : Le GNL, un maillon essentiel pour la transition énergétique
Publié dans Finances news le 05 - 12 - 2013

Energies fossiles, énergies renouvelables, nucléaire, charbon et GNL, toutes ces énergies composeront le bouquet énergétique de demain.
Le GNL est une composante essentielle dans la réussite de l'intégration énergétique.
Une belle brochette d'experts nationaux et internationaux ont animé le débat sur la transition énergétique.
Face à l'augmentation inéluctable de la demande mondiale en énergie, le choix du mix énergétique est devenu un impératif. Une politique qui permet d'assurer les besoins en énergie tout en diversifiant les sources. Energies fossiles, énergies renouvelables, nucléaire, charbon et GNL, chaque pays devra composer son propre bouquet énergétique selon sa politique.
Le défi, désormais, est d'assurer l'intégration des énergies renouvelables pour réussir cette transition énergétique dont tout le monde parle. C'est l'un des points saillants soulevés par les participants lors de la Conférence sur la transition énergétique organisée la semaine dernière par la Fédération de l'énergie, en partenariat avec le ministère de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement.
L'implication de tous les acteurs, à savoir les pouvoirs publics, les bailleurs de fonds, les ONG et la société civile, est de mise pour réussir ce challenge.
Conscient des enjeux de demain, le Maroc a anticipé, par le passé, sur la diversification de ses ressources. Ce qui lui a permis d'avoir une certaine avance par rapport aux pays de la région. Grâce à la stratégique énergétique, lancée depuis 2009, le Royaume est considéré comme un pionnier dans ce domaine. L'une des composantes centrales de cette stratégie est le développement des énergies renouvelables qui permettront au Maroc de profiter pleinement de ses ressources naturelles et de répondre à une demande exponentielle. Les dés sont jetés et les chantiers sont lancés aussi bien dans le solaire que dans l'éolien.
Parmi ces acteurs présents à la rencontre, l'Office national de l'électricité et de l'eau potable(ONEE) qui joue un rôle primordial dans cette intégration. «Les actions en matière de renforcement du réseau permettront d'intégrer les énergies renouvelables dans notre système électrique», a souligné Taoufik El Abdi, Directeur de la stratégie et de la planification à l'ONEE.
Des mesures ont été entamées par l'Office pour accompagner cette politique, en l'occurrence le développement des stations de transfert d'énergie par pompage qui contribuent à maintenir l'équilibre entre production et consommation sur le réseau électrique, tout en limitant les coûts de production lors des pics de consommation.
Dans ce sens, un projet d'une station de transfert de 350 mégawatts est en cours de construction et sera mise en service en 2018.
Cette station, a rappelé Taoufik El Abdi, va permettre de jouer un rôle central dans l'atténuation de l'impact de l'intermittence des énergies renouvelables.
Aujourd'hui, pour assurer l'intégration, il est nécessaire de développer l'observabilité, la prévisibilité, le pilotage et surtout la flexibilité à travers la mise en place de moyens flexibles. Ceci ne peut se faire sans l'introduction du gaz naturel dans le système électrique.
Une rencontre pour échanger les expertises
L'introduction du GNL est donc une composante essentielle dans la réussite de l'intégration énergétique. Conscient de la portée de ce projet, Abdelkader Amara, ministre de l'Energie, compte donner un coup de pouce pour la concrétisation de ce projet. La feuille de route établie prévoit la substitution progressive du charbon et du fuel d'ici 2025.
Les experts internationaux, également présents, ont partagé l'expérience de leur pays respectifs en matière de transition énergétique. C'est le cas d'Hervé Mignon, Directeur de l'économie, de la prospective et de la transparence, réseau de transport d'électricité-France, qui est revenu sur les instruments de pilotage des réseaux d'électricité dans l'Hexagone. Parmi les caractéristiques du système français, la capacité d'assurer à tout moment, surtout lors des pics, l'électricité nécessaire pour répondre aux besoins.
«Les énergies renouvelables sont les seuls moyens de production nouveaux apparus dans le territoire métropolitain qui provoquent une modification structurelle du mix de production, même si elles restent minoritaires par rapport à d'autres moyens classiques (thermiques, nucléaires...). Ce sont elles qui modifient, aujourd'hui, le panorama de la production énergétique», a affirmé Hervé Mignon.
Et d'ajouter que la réussite de la stratégie énergétique marocaine se base sur la mise en place de solutions techniques qui répondront aux choix politiques.
La trajectoire de la transition au Maroc
La réussite de la transition énergétique dans notre pays repose sur deux piliers : l'efficacité des énergies fossiles et le développement des énergies renouvelables. Cependant, la trajectoire de la transition énergétique est réputée souple et elle est caractérisée par le manque de visibilité. Selon Abderrahim El Hafidi, Directeur de l'électricité et des énergies renouvelables au ministère de l'Energie, «c'est un domaine à risque puisque personne n'est capable de prévoir dans deux ou trois ans quel sera le prix du pétrole, ni du gaz et ni du kilowatt/heure. La force de la planification énergétique est de s'adapter rapidement aux nouvelles donnes».
L'objectif étant d'atteindre un avenir énergétique sûr et prometteur. Aujourd'hui, le Maroc a jeté les jalons d'une politique qui devra assurer l'adéquation offre/demande au meilleur prix. Le pays a prouvé, par le lancement de projets d'envergure, son engagement pour réussir sa politique énergétique qui n'aboutira pas sans la réussite de la transition énergétique. Le défi est donc de mettre en place, par tous les acteurs concernés, un plan d'action réaliste autour de la transition énergétique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.