La RAM reprend ses vols à destination du Canada dès le 29 octobre    Pfizer : Le stock disponible réservé aux deuxièmes doses suite à des contraintes logistiques    Le Maroc autorise les vols exceptionnels vers le Royaume-Uni    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 octobre 2021 à 16H00    Sahara Marocain: Alger doit prendre part aux tables rondes, tranche l'ONU    Chambre des représentants : séance plénière le 25 octobre consacrée aux questions orales    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Botola Pro D1 / WAC-OCS (1-0) : Le Wydad vainqueur en fin du match!    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Zoom: La guerre du football    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Sahara : Le Qatar réitère son soutien à la souveraineté marocaine    Gouvernement régional andalou : « Le Maroc, un partenaire privilégié de l'Espagne »    Vaccination : Les personnes souffrant d'allergies peuvent recevoir un certificat de contre-indication    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Les députés obligés de présenter le pass vaccinal pour accéder au Parlement dès lundi    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Reprise des vols vers le Canada en provenance du Maroc dès le 29 octobre    Trafic international de drogue : Interpellation de 4 individus à Errachidia    Université dans les prisons: La 9ème édition lancée à Salé    INDH : Remise de bus scolaires à Taza    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Nigéria : 30 élèves enlevés libérés    France : Le complotiste Rémy Daillet en garde à vue pour projets de coups d'état et d'attentats    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mais que veulent les caporaux généraux algériens ?
Publié dans Finances news le 24 - 09 - 2021


Professeur de droit, politique



Pathétique, ce que font les caporaux généraux d'Alger ! Les voilà en effet qui décident la fermeture «immédiate» de l'espace algérien à tous les avions civils et militaires marocains ainsi qu'aux appareils immatriculés au Maroc. Ils invoquent quelles raisons ? «Des provocations et pratiques hostiles du côté marocain», sans plus de précisions.

Cette décision va affecter les appareils du Royaume dont les plans de vol et les trajets survolant le territoire de ce pays voisin. Depuis un an et demi, les frontières aériennes de l'Algérie sont pratiquement fermées en raison de la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19. Elles n'ont rouvert que depuis le 1er juin dernier vers sept pays seulement – le Maroc n'en fait pas partie… Mais il y a plus et d'après certaines sources , le jeudi 23 septembre courant, des éléments de l'armée algérienne ont pénétré sur le territoire marocain dans la localité de Oued-Zelmou à Bouarfa. Munis de mégaphones, ces militaires ont sommé les habitants de quitter le territoire sous prétexte qu'il est algérien. Informations vite démentie par le Forum des FAR qui rappelle Qu'il s'agit en fait d'une commission militaire conjointe qui se réunit régulièrement.

La tension a augmenté visiblement quelques heures heures après la fermeture de l'espace aérien aux avions civils et militaires marocains.

En mars dernier, l'on se souvient d'un autre acte hostile, avec l'occupation des terres d'El Arja à Figuig en territoire marocain par l'armée algérienne.

Que veulent donc les officiels d'Alger ? Ils sont engagés dans une escalade conduisant à une montée des périls aux conséquences imprévisibles. L'on voit bien ce dont il s'agit : l'appareil d'Etat ne peut plus remplir ses fonctions essentielles. Il en résulte non seulement des troubles et une crise interne, mais aussi des prolongements extérieurs - intervention, contagion de l'instabilité...Un dysfonctionnement de ses institutions de gouvernance lié à des raisons internes comme la corruption ou la mauvaise gestion ?

Indicateurs au rouge

L'état économique de l'Algérie en 2021 témoigne bien du sinistre d'une politique mise en œuvre depuis des décennies. La métaphore est celle d'un tango au bord du gouffre. Les hydrocarbures auront été décidément une malédiction - c'est d'ailleurs propre aussi à des matières premières-, une thèse validée par toute une théorie économique du développement ou plutôt du mal développement.

Le système rentier en Algérie tient à ces données : les hydrocarbures constituent 20% du PIB. Et avec la récession économique mondiale et l'impact de la pandémie Covid-19, tous les indicateurs sont au rouge : un taux de croissance en fort recul de 6% en 2020, un chômage en aggravation autour de 5%, avec 20% et plus encore chez les jeunes et les femmes, un déficit budgétaire de 16%, des réserves de change en chute de 24% à 46 milliards de dollars en 2020 et des prévisions encore plus pessimistes en 2021 avec 32 milliards de dollars.

Ce système rentier est-il réformable ? Le discours officiel du président Tebboune le dit, mais qui peut lui accorder quelque crédit ? En l'état, ce système est malsain; il n'assure pas la distribution équitable du revenu national; il décourage le travail et l'esprit d'entreprise sauf à être branché sur des réseaux d'intérêts liant les généraux et des opérateurs; il empêche au final toute diversification de l'économie.

Menace sur la paix et la sécurité régionale

La politique algérienne de voisinage est ce qu'elle est : hostilité permanente à l'endroit du Maroc, mobilisation de l'appareil diplomatique dans ce sens dans toutes les instances internationales - une forme de glaciation qui ne permet d'espérer aucun infléchissement dans ce domaine.

L'Algérie n'a pas construit un Etat inspiré de ce que les libéraux appellent le «State-building»; elle n'a pas veillé à créer de nouvelles institutions gouvernementales et étatiques renforçant et transformant celles qui étaient en place. Elle ne s'est mobilisée que pour une gestion sécuritaire intérieure couplée à une hostilité graduelle pour son voisin de l'ouest.

C'est un appareil, mais dans un Etat fragile qui ne peut à terme qu'entrer en crise de par sa vulnérabilité aux chocs internes et peut-être même externes. Le principe démocratique pouvant fonder et conforter une stabilisation sur une base d'adhésion participative est évacué.

L'on en a eu une dernière illustration voici quatre mois à peine, avec des élections législatives où le taux de participation n'a pas dépassé 23%, avec le système des acteurs partisans «conservateurs» (FLN, RND) composantes astructurelles du système. L'Algérie Etat failli ? Etat effondré ? Etat abattu ? Etat fragile ? Un «mix» de tout cela !

Difficile d'escompter quoi que ce soit avec un régime de cette nature : il s'apparente à un «bateau ivre» dans le Maghreb. Une menace pour la stabilité et la sécurité régionale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.